Évangile selon Saint Luc - Crampon

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Évangile selon Saint Luc
Version Chanoine Crampon - 1923


Note de Wikisource


Ce texte de la Bible dans la traduction d’Augustin Crampon, édition révisée de 1923, comporte quelques déviations et inexactitudes. Il est remplacé par un texte dont la conformité à l’édition papier a été contrôlée, et le lecteur est invité à s’y référer : Bible Crampon 1923.


Chapitre 1[modifier]

  1. Comme plusieurs ont entrepris de composer une relation des choses accomplies parmi nous,
  2. conformément à ce que nous ont transmis ceux qui ont été dès le commencement témoins oculaires et ministres de la parole,
  3. il m’a paru bon à moi aussi, qui de longue date ai tout suivi avec soin, d’en écrire pour toi le récit suivi, noble Théophile,
  4. afin que tu reconnaisses la certitude des enseignements que tu as reçus.
  5. Aux jours d’Hérode, roi de Judée, il y avait un prêtre nommé Zacharie, de la classe d’Abia ; et sa femme, qui était des filles d’Aaron, se nommait Elisabeth.
  6. Tous deux étaient justes devant Dieu, marchant dans tous les commandements et ordonnances du Seigneur d’une manière irréprochable.
  7. Et ils n’avaient point d’enfants, parce qu’Elisabeth était stérile, et ils étaient l’un et l’autre avancés en âge.
  8. Or, comme il était de service devant Dieu au tour de sa classe,
  9. il lui échut par le sort, selon la coutume du service divin, d’avoir à entrer dans le sanctuaire du Seigneur pour offrir l’encens.
  10. Et toute la multitude du peuple était au dehors en prière, à l’heure de l’encens.
  11. Un ange du Seigneur lui apparut, debout à droite de l’autel de l’encens.
  12. Zacharie, en le voyant, fut troublé, et la crainte le saisit.
  13. Mais l’ange lui dit : « Ne crains point, Zacharie, car ta prière a été exaucée : ta femme Elisabeth t’enfantera un fils que tu appelleras Jean.
  14. Et ce sera pour toi joie et allégresse, et beaucoup se réjouiront de sa naissance ;
  15. car il sera grand devant le Seigneur, il ne boira ni vin ni rien qui enivre, et il sera rempli de l’Esprit-Saint dès le sein de sa mère ;
  16. il ramènera beaucoup des enfants d’Israël au Seigneur leur Dieu ;
  17. et lui-même marchera devant lui, avec l’esprit et la puissance d’Elie, pour ramener les cœurs des pères vers les enfants et les indociles à la sagesse des justes, afin de préparer au Seigneur un peuple bien disposé. »
  18. Zacharie dit à l’ange : « A quoi le reconnaîtrai-je ? Car je suis vieux, et ma femme est avancée en âge. »
  19. L’ange lui répondit : « Je suis Gabriel, qui me tiens devant Dieu ; j’ai été envoyé pour te parler et t’annoncer cette heureuse nouvelle.
  20. Et voici : tu seras muet et ne pourras parler jusqu’au jour où ces choses arriveront, parce que tu n’as pas cru à mes paroles, qui s’accompliront en leur temps. »
  21. Cependant le peuple attendait Zacharie et on s’étonnait qu’il s’attardât dans le sanctuaire.
  22. Or, étant sorti, il ne pouvait leur parler, et ils comprirent qu’il avait eu une vision dans le sanctuaire ; et lui leur faisait des signes, et il resta muet.
  23. Quand les jours de son service furent accomplis, il s’en alla en sa maison.
  24. Après ces jours, Elisabeth, sa femme, conçut, et elle se tint cachée pendant cinq mois, disant :
  25. « Ainsi a fait pour moi le Seigneur, au jour où il lui a plu d’ôter mon opprobre parmi les hommes. »
  26. Au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée appelée Nazareth,
  27. vers une vierge qui était fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph ; et le nom de la vierge était Marie.
  28. Etant entré où elle était, il lui dit : « Salut, pleine de grâce ! Le Seigneur est avec vous ; [vous êtes bénie entre les femmes]. »
  29. Mais à cette parole elle fut fort troublée, et elle se demandait ce que pouvait être cette salutation.
  30. L’ange lui dit : « Ne craignez point, Marie, car vous avez trouvé grâce devant Dieu.
  31. Voici que vous concevrez, et vous enfanterez un fils, et vous lui donnerez le nom de Jésus.
  32. Il sera grand et sera appelé fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;
  33. il régnera éternellement sur la maison de Jacob, et son règne n’aura point de fin. »
  34. Marie dit à l’ange : « Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais point l’homme ? »
  35. L’ange lui répondit : « L’Esprit-Saint viendra sur vous, et la vertu du Très-Haut vous couvrira de son ombre. C’est pourquoi l’être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu.
  36. Et voici qu’Elisabeth, votre parente, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse, et ce mois-ci est le sixième pour elle que l’on appelait stérile,
  37. car rien ne sera impossible pour Dieu. »
  38. Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur : qu’il me soit fait selon votre parole ! » Et l’ange la quitta.
  39. En ces jours-là Marie partit et s’en alla en hâte vers la montagne, en une ville de Juda.
  40. Et elle entra dans la maison de Zacharie, et salua Elisabeth.
  41. Or, quand Elisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint-Esprit.
  42. Et elle s’écria à haute voix, disant : « Vous êtes bénie entre les femmes, et le fruit de vos entrailles est béni.
  43. Et d’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne à moi ?
  44. Car votre voix, lorsque vous m’avez saluée, n’a pas plus tôt frappé mes oreilles, que l’enfant a tressailli de joie dans mon sein.
  45. Heureuse celle qui a cru ! Car elles seront accomplies les choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur ! »
  46. Et Marie dit : « Mon âme glorifie le Seigneur,
  47. et mon esprit tressaille de joie en Dieu, mon Sauveur,
  48. parce qu’il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Voici, en effet, que désormais toutes les générations me diront bienheureuse,
  49. parce que le Puissant a fait pour moi de grandes choses. Et son nom est saint,
  50. et sa miséricorde d’âge en âge, est pour ceux qui le craignent.
  51. Il a fait œuvre de force avec son bras ; il a dissipé ceux qui s’enorgueillissaient dans les pensées de leur cœur ;
  52. il a renversé de leur trône les potentats, et il a élevé les humbles ;
  53. il a rassasié de biens les affamés, et il a renvoyé les riches les mains vides.
  54. Il a pris soin d’Israël son serviteur, se ressouvenant de sa miséricorde,
  55. — ainsi qu’il l’avait promis à nos pères, — en faveur d’Abraham et de sa race, pour toujours. »
  56. Et Marie demeura avec elle environ trois mois, et elle s’en retourna chez elle.
  57. Cependant le temps s’accomplit où Elisabeth devait enfanter, et elle mit au monde un fils.
  58. Ses voisins et ses parents, ayant appris que le Seigneur avait manifesté sa miséricorde envers elle, se réjouissaient avec elle.
  59. Or, le huitième jour, ils vinrent pour circoncire l’enfant, et ils le nommaient Zacharie d’après le nom de son père.
  60. Alors sa mère, prenant la parole : « Non, dit-elle, mais il s’appellera Jean. »
  61. Ils lui dirent : « Il n’y a personne de votre parenté qui soit appelé de ce nom. »
  62. Et ils demandaient par signes à son père comment il voulait qu’on le nommât.
  63. S’étant fait donner une tablette, il écrivit : « Jean est son nom ; » et tous furent dans l’étonnement.
  64. A l’instant sa bouche s’ouvrit et sa langue (se délia) ; et il parlait, bénissant Dieu.
  65. La crainte s’empara de tous les habitants d’alentour, et partout dans la montagne de Judée on racontait toutes ces choses.
  66. Tous ceux qui en entendirent parler les recueillirent dans leur cœur, et ils disaient : « Que sera donc cet enfant ? » Et en effet la main du Seigneur était avec lui.
  67. Et Zacharie, son père, fut rempli de l’Esprit-Saint, et il prophétisa, en disant :
  68. « Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, parce qu’il a visité et racheté son peuple.
  69. et qu’il a suscité pour nous une corne de salut, dans la maison de David, son serviteur,
  70. — ainsi qu’il l’a promis par la bouche de ses saints prophètes, dès les temps anciens, —
  71. pour nous sauver de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent,
  72. afin d’exercer sa miséricorde envers nos pères et de se souvenir de son pacte saint,
  73. du serment qu’il fit à Abraham, notre père, de nous accorder que,
  74. sans crainte, affranchis de la main de nos ennemis, nous le servions,
  75. avec sainteté et justice devant lui, tous les jours de notre (vie).
  76. Quant à toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut, car tu marcheras devant la face du Seigneur pour lui préparer les voies,
  77. afin d’apprendre à son peuple à reconnaître le salut dans la rémission de leurs péchés,
  78. par l’effet de la tendre miséricorde de notre Dieu, par laquelle nous visitera une lumière d’en haut
  79. pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et l’ombre de la mort, pour diriger nos pas dans la voie de la paix. »
  80. Or l’enfant croissait et se fortifiait en esprit, et il demeura dans le désert jusqu’au jour de sa manifestation devant Israël.

Chapitre 2[modifier]

  1. Or, en ces jours-là, fut publié un édit de César Auguste, pour le recensement de toute la terre.
  2. Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie.
  3. Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville.
  4. Joseph aussi monta de Galilée, de la ville de Nazareth, en Judée, à la ville de David, qui s’appelle Bethléem, parce qu’il était de la maison et de la famille de David,
  5. pour se faire recenser avec Marie son épouse, qui était enceinte.
  6. Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter s’accomplit,
  7. et elle mit au monde son fils premier-né, l’emmaillota et le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie.
  8. Il y avait dans la même région des bergers qui vivaient aux champs et qui veillaient la nuit sur leur troupeau.
  9. Un ange du Seigneur parut auprès d’eux et la gloire du Seigneur les enveloppa de clarté, et ils furent saisis d’une grande crainte.
  10. Mais l’ange leur dit : « Ne craignez point, car je vous annonce une nouvelle qui sera pour tout le peuple une grande joie :
  11. il vous est né aujourd’hui, dans la ville de David, un Sauveur, qui est le Christ Seigneur.
  12. Et voici ce qui vous en sera le signe : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une crèche. »
  13. Tout à coup se joignit à l’ange une troupe de la milice céleste, louant Dieu et disant :
  14. « Gloire, dans les hauteurs, à Dieu ! Et, sur terre, paix chez les hommes de bon vouloir ! »
  15. Lorsque les anges, s’en allant au ciel, les eurent quittés, les bergers se dirent entre eux : « Passons donc jusqu’à Bethléem, et voyons cet événement qui est arrivé, et que le Seigneur nous a fait connaître. »
  16. Ils s’y rendirent en toute hâte, et trouvèrent Marie, Joseph et le nouveau-né couché dans la crèche.
  17. Après avoir vu, ils firent connaître ce qui leur avait été dit au sujet de cet enfant.
  18. Et tous ceux qui les entendirent furent dans l’admiration de ce que leur avaient dit les bergers.
  19. Quant à Marie, elle conservait avec soin toutes ces choses, les méditant dans son cœur.
  20. Et les bergers s’en retournèrent, glorifiant et louant Dieu de tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été dit.
  21. Les huit jours étant accomplis pour sa circoncision, il fut appelé du nom de Jésus, nom que l’ange avait donné avant qu’il eût été conçu dans le sein maternel.
  22. Puis, lorsque les jours de leur purification furent accomplis, selon la loi de Moïse, ils le menèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur,
  23. selon qu’il est écrit dans la loi du Seigneur : Tout mâle premier-né sera regardé comme consacré au Seigneur,
  24. et pour offrir en sacrifice, ainsi qu’il est dit dans la loi du Seigneur, une paire de tourterelles ou deux petites colombes.
  25. Or, il y avait à Jérusalem un homme nommé Siméon ; c’était un homme juste et pieux, qui attendait la consolation d’Israël, et l’Esprit-Saint était sur lui.
  26. L’Esprit-Saint lui avait révélé qu’il ne mourrait point avant d’avoir vu le Christ du Seigneur.
  27. Il vint donc dans le temple, poussé par l’Esprit. Et comme ses parents amenaient l’enfant Jésus pour observer les coutumes légales à son égard,
  28. lui-même le reçut en ses bras, et il bénit Dieu en disant :
  29. « Maintenant, ô Maître, vous congédiez votre serviteur en paix, selon votre parole ;
  30. car mes yeux ont vu le salut,
  31. que vous avez préparé à la face de tous les peuples,
  32. lumière qui doit éclairer les nations et gloire d’Israël, votre peuple. »
  33. Et son père et sa mère étaient dans l’étonnement pour les choses que l’on disait de lui.
  34. Et Siméon les bénit, et il dit à Marie, sa mère : « Voici qu’il est placé pour la chute et le relèvement d’un grand nombre en Israël, et pour être un signe en butte à la contradiction, —
  35. vous-même, un glaive transpercera votre âme, — afin que soient révélées les pensées d’un grand nombre de cœurs. »
  36. Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanouel, de la tribu d’Aser ; elle était fort avancée en âge, ayant vécu, depuis sa virginité, sept ans avec son mari,
  37. et veuve jusqu’à quatre-vingt-quatre ans. Elle ne quittait point le temple, servant Dieu nuit et jour par des jeûnes et des prières.
  38. Survenant à cette heure, elle se mit à louer Dieu et à parler de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.
  39. Lorsqu’ils eurent accompli tout ce qui était selon la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, à Nazareth, leur ville.
  40. L’enfant croissait et se fortifiait, étant rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.
  41. Or ses parents se rendaient chaque année à Jérusalem, pour la fête de la Pâque.
  42. Quand il eut douze ans, comme ils étaient montés selon la coutume de la fête,
  43. et qu’ils s’en retournaient, le temps étant passé, l’enfant Jésus resta à Jérusalem et ses parents ne le surent pas.
  44. Pensant qu’il était avec la caravane, ils marchèrent tout un jour, puis ils le cherchèrent parmi leurs parents et leurs connaissances.
  45. Ne l’ayant point trouvé, ils s’en retournèrent à Jérusalem en le recherchant.
  46. Or, au bout de trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant ;
  47. et tous ceux qui l’entendaient étaient ravis de son intelligence et de ses réponses.
  48. En le voyant, ils furent stupéfaits, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous avez-vous fait cela ? Voyez, votre père et moi, nous vous cherchions tout affligés. »
  49. Et il leur répondit : « Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être dans les choses de mon Père ? »
  50. Mais ils ne comprirent pas la parole qu’il leur dit.
  51. Et il descendit avec eux, et il vint à Nazareth, et il leur était soumis. Et sa mère conservait toutes ces choses en son cœur.
  52. Et Jésus progressait en sagesse, en taille et en grâce, auprès de Dieu et des hommes.

Chapitre 3[modifier]

  1. La quinzième année du règne de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée ; Hérode, tétrarque de la Galilée ; Philippe, son frère, tétrarque de l’Iturée et du pays de la Trachonitide, et Lysanias, tétrarque de l’Abilène ;
  2. au temps des grands prêtres Anne et Caïphe, la parole de Dieu fut sur Jean, fils de Zacharie, dans le désert.
  3. Et il vint dans toute la région du Jourdain, prêchant un baptême de repentir pour la rémission des péchés,
  4. ainsi qu’il est écrit au livre des oracles du prophète Isaïe : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers.
  5. Toute vallée sera comblée, toute montagne et colline seront abaissées ; les chemins tortueux deviendront droits, et les raboteux unis.
  6. Et toute chair verra le salut de Dieu.
  7. Il disait donc aux foules qui s’en venaient se faire baptiser par lui : « Race de vipères, qui vous a appris à fuir la colère qui vient ?
  8. Faites donc de dignes fruits de repentir et n’allez pas dire en vous-mêmes : Nous avons Abraham pour père ! Car je vous dis que de ces pierres mêmes Dieu peut faire naître des enfants à Abraham.
  9. Déjà la cognée est à la racine des arbres : tout arbre donc qui ne porte pas de bon fruit sera coupé et jeté au feu. »
  10. Et les foules lui demandaient : « Que devons-nous donc faire ? »
  11. Il leur répondait : « Que celui qui a deux tuniques en donne une à qui n’en a point, et que celui qui a de quoi manger fasse de même. »
  12. Il vint aussi des publicains pour se faire baptiser et ils lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? »
  13. Il leur dit : « N’exigez rien au delà de ce qui vous est prescrit. »
  14. Des gens de la milice aussi lui demandèrent : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur dit : « Ne molestez ni ne dénoncez faussement personne, et contentez-vous de votre solde. »
  15. Comme le peuple s’y attendait, et que tous se demandaient dans leurs cœurs, relativement à Jean, s’il n’était pas le Christ,
  16. Jean, s’adressant à tous, dit : « Moi, je vous baptise avec l’eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi, et dont je ne suis pas digne de délier la courroie de ses sandales ; lui, il vous baptisera dans l’Esprit-Saint et le feu.
  17. Dans sa main est le van pour nettoyer son aire et amasser le froment dans son grenier, et il brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint point. »
  18. Par ces exhortations donc, et beaucoup d’autres, il annonçait au peuple la bonne nouvelle.
  19. Mais Hérode le tétrarque, repris par lui au sujet d’Hérodiade, la femme de son frère, et au sujet de tous les méfaits que lui, Hérode, avait commis,
  20. en ajouta un à tous les autres, en enfermant Jean en prison.
  21. Or, quand tout le peuple eut reçu le baptême, et que Jésus qui avait été baptisé priait, le ciel s’ouvrit,
  22. et L’Esprit-Saint descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe, et du ciel il y eut une voix : « Tu es mon Fils bien-aimé : en toi j’ai mes complaisances. »
  23. Jésus avait environ trente ans lorsqu’il commença (son ministère), étant, comme on le croyait, fils de Joseph, fils d’Héli,
  24. fils de Matthat, fils de Lévi, fils de Melchi, fils de Iannaï, fils de Joseph,
  25. fils de Mattathias, fils d’Amos, fils de Naoum, fils d’Esli, fils de Naggaï,
  26. fils de Maath, fils de Mattathias, fils de Séméïn, fils de Iosech, fils de Ioda,
  27. fils de Ioanan, fils de Résa, fils de Zorobabel, fils de Salathiel, fils de Néri,
  28. fils de Melchi, fils d’Addi, fils de Kosam, fils d’Elmadam, fils d’Er,
  29. fils de Jésus, fils d’Eliézer, fils de Iorim, fils de Matthat, fils de Lévi,
  30. fils de Siméon, fils de Juda, fils de Joseph, fils de Ionam, fils d’Eliacim,
  31. fils de Méléa, fils de Menna, fils de Mattatha, fils de Nathan, fils de David,
  32. fils de Jessé, fils de Iobed, fils de Booz, fils de Sala, fils de Naasson,
  33. fils d’Aminadab, fils d’Admin, fils d’Arni, fils de Hesron, fils de Pharès, fils de Juda,
  34. fils de Jacob, fils d’Isaac, fils d’Abraham, fils de Thara, fils de Nachor,
  35. fils de Sérouch, fils de Ragau, fils de Phalec, fils d’Eber, fils de Sala,
  36. fils de Caïnan, fils d’Arphaxad, fils de Sem, fils de Noé, fils de Lamech,
  37. fils de Mathousala, fils de Hénoch, fils de Iaret, fils de Maléléël, fils de Caïnan,
  38. fils d’Enos, fils de Seth, fils d’Adam, fils de Dieu.

Chapitre 4[modifier]

  1. Jésus, rempli de l’Esprit-Saint, revint du Jourdain, et il fut conduit par l’Esprit dans le désert,
  2. pendant quarante jours tenté par le diable. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ils furent passés, il eut faim.
  3. Le diable lui dit : « Si vous êtes le fils de Dieu, dites à cette pierre qu’elle devienne du pain. »
  4. Jésus lui répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain. »
  5. Et l’ayant élevé, il lui montra en un instant tous les royaumes de la terre,
  6. et le diable lui dit : « Je vous donnerai toute cette puissance avec leur gloire, car elle m’a été remise et je la donne à qui je veux.
  7. Si donc vous vous prosternez devant moi, elle sera toute à vous. »
  8. Jésus répondant lui dit : « Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu ne serviras que lui seul. »
  9. Il le conduisit à Jérusalem, et le posa sur le pinacle du temple et lui dit : « Si vous êtes Fils de Dieu, jetez-vous d’ici en bas ;
  10. car il est écrit : Il donnera pour vous des ordres à ses anges pour vous garder,
  11. et : Ils vous prendront sur leurs mains, de peur que votre pied ne heurte contre une pierre. »
  12. Jésus répondant lui dit : « Il est dit : Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu. »
  13. Ayant épuisé toute tentation, le diable s’éloigna de lui jusqu’au temps (marqué).
  14. Jésus retourna avec la puissance de l’Esprit en Galilée, et sa renommée se répandit dans toute la région.
  15. Et il enseignait dans leurs synagogues, et tous publiaient ses louanges.
  16. Il vint à Nazareth, où il avait été élevé, et il entra, selon sa coutume le jour du sabbat, dans la synagogue, et il se leva pour faire la lecture.
  17. On lui remit le livre du prophète Isaïe ; et ayant déroulé le livre, il trouva l’endroit où il était écrit :
  18. L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres ; il m’a envoyé publier aux captifs la délivrance, aux aveugles le retour à la vue, renvoyer libres les opprimés,
  19. publier l’année favorable du Seigneur.
  20. Ayant roulé le livre, il le rendit à l’employé et s’assit ; et tous, dans la synagogue, avaient les yeux attachés sur lui.
  21. Il se mit à dire à leur adresse : « Aujourd’hui cette Ecriture est accomplie devant vous. »
  22. Et tous lui rendaient témoignage et admiraient les paroles toutes de grâce qui sortaient de sa bouche, et ils disaient : « N’est-ce pas là le fils de Joseph ? »
  23. Et il leur dit : « Sans doute, vous me direz cet adage : Médecin, guéris-toi toi-même. Tout ce que nous avons ouï dire que vous avez fait pour Capharnaüm, faites-le ici aussi, dans votre patrie. »
  24. Et il dit : « En vérité, je vous le dis, aucun prophète n’est en faveur dans sa patrie.
  25. Je vous le dis, en vérité, il y avait beaucoup de veuves en Israël aux jours d’Elie, lorsque le ciel fut fermé pendant trois ans et six mois, quand il y eut une grande famine sur toute la terre ;
  26. et Elie ne fut envoyé vers aucune d’elles, mais à Sarepta de Sidon, vers une femme veuve.
  27. Et il y avait beaucoup de lépreux en Israël au temps du prophète Elisée ; et aucun d’eux ne fut guéri, mais Naaman le Syrien. »
  28. En entendant cela, ils furent tous remplis de colère dans la synagogue,
  29. et s’étant levés, ils le poussèrent hors de la ville, et le menèrent jusqu’au sommet de la montagne, sur laquelle leur ville était bâtie, pour le précipiter.
  30. Mais lui, passant au milieu d’eux, s’en alla.
  31. Il descendit à Capharnaüm, ville de Galilée, et il les enseignait le jour du sabbat.
  32. Et ils étaient stupéfaits de son enseignement, parce qu’il parlait avec autorité.
  33. Il y avait dans la synagogue un homme possédé de l’esprit d’un démon impur, qui s’écria très fort :
  34. « Ah ! Qu’avons-nous affaire ensemble, Jésus de Nazareth ? Vous êtes venu pour nous perdre ? Je sais qui vous êtes : le saint de Dieu. »
  35. Et Jésus lui commanda avec force : « Tais-toi et sors de lui. » Et le démon, l’ayant jeté (par terre) au milieu, sortit de lui sans lui avoir fait aucun mal.
  36. Et la stupeur fut sur tous, et ils s’entretenaient entre eux, disant : « Quelle parole que celle-là ! Il commande avec autorité et puissance aux esprits impurs, et ils sortent ! »
  37. Et un bruit circulait à son sujet en tout endroit de la région.
  38. Ayant quitté la synagogue, il entra dans la maison de Simon. Or, la belle-mère de Simon était atteinte d’une grosse fièvre, et ils le prièrent pour elle.
  39. Venant auprès d’elle, il commanda avec force à la fièvre qui la quitta ; et s’étant levée aussitôt, elle se mit à les servir.
  40. Lorsque le soleil fut couché, tous ceux qui avaient chez eux des malades souffrant de maladies diverses, les lui amenèrent ; et lui, imposant les mains à chacun d’eux, les guérissait.
  41. Des démons aussi sortaient de beaucoup, criant et disant : « Tu es le Fils de Dieu ! » et, commandant avec force, il ne les laissait pas parler, parce qu’ils savaient qu’il était le Christ.
  42. Quand il fit jour, il sortit et alla dans un lieu désert. Les foules se mirent à sa recherche et vinrent jusqu’à lui ; et elles voulaient le retenir, pour qu’il ne les quittât point.
  43. mais il leur dit : « Il faut que j’annonce aussi aux autres villes la bonne nouvelle du royaume de Dieu, car j’ai été envoyé pour cela. »
  44. Et il prêchait dans les synagogues de la Judée.

Chapitre 5[modifier]

  1. Or, comme la foule se pressait vers lui pour entendre la parole de Dieu, et qu’il se tenait sur le bord du lac de Génésareth,
  2. il vit deux barques qui stationnaient sur le bord ; les pêcheurs étaient descendus et lavaient les filets.
  3. Il monta dans une des barques, qui était à Simon, et le pria de s’éloigner un peu de terre ; et s’étant assis, de la barque il enseignait les foules.
  4. Lorsqu’il eut cessé de parler, il dit à Simon : « Mène au large, et jetez vos filets pour la pêche. »
  5. Simon répondit : « Maître, toute la nuit nous avons peiné sans rien prendre ; mais, sur votre parole, je jetterai les filets. »
  6. Et l’ayant fait, ils prirent une grande quantité de poissons ; et leurs filets se rompaient.
  7. Et ils firent signe aux compagnons, qui étaient dans l’autre barque, de venir à leur aide. Ils vinrent, et on remplit les deux barques, au point qu’elles enfonçaient.
  8. Ce que voyant, Simon Pierre tomba aux genoux de Jésus en disant : « Eloignez-vous de moi, parce que je suis un pécheur, Seigneur ! »
  9. Car la stupeur l’avait envahi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, à cause de la pêche des poissons qu’ils avaient faite ;
  10. et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, qui étaient associés à Simon. Et Jésus dit à Simon : « Ne crains point ; désormais ce sont des hommes que tu prendras. »
  11. Ils ramenèrent les barques à terre et, laissant tout, ils le suivirent.
  12. Or, comme il était dans une des villes, survint un homme tout couvert de lèpre. En voyant Jésus, il se prosterna la face contre terre et le supplia, disant : « Seigneur, si vous voulez vous pouvez me guérir. »
  13. Il étendit la main, le toucha et dit : « Je le veux, sois guéri. » Et à l’instant la lèpre le quitta.
  14. Et il lui défendit d’en parler à personne ; mais : « Va, (dit-il), te montrer au prêtre, et offre pour ta guérison selon qu’a prescrit Moïse, en attestation pour eux. »
  15. Sa renommée se répandit de plus en plus, et des foules nombreuses se rassemblaient pour l’entendre et se faire guérir de leurs maladies.
  16. Mais lui se retirait dans les (lieux) déserts et il priait.
  17. Or, un jour, il enseignait, et étaient assis des Pharisiens et des docteurs de la Loi, venus de tous les bourgs de la Galilée, de la Judée et de Jérusalem, et la vertu du Seigneur le poussait à opérer des guérisons.
  18. Et voilà que des gens, portant sur un lit un homme qui était paralysé, cherchaient à le faire entrer et à le mettre devant lui.
  19. Et ne trouvant pas moyen de le faire entrer à cause de la foule, ils montèrent sur la terrasse et, à travers les tuiles, le descendirent avec la couchette, au milieu devant Jésus.
  20. Voyant leur foi, il dit : « Homme, tes péchés te sont remis. »
  21. Les scribes et les Pharisiens se mirent à penser, disant : « Qui est celui-ci qui profère des blasphèmes ? Qui peut remettre les péchés, sinon Dieu seul ? »
  22. Jésus, connaissant leurs pensées, prit la parole et leur dit : « Quelles pensées avez-vous en vous-mêmes ?
  23. Lequel est le plus facile, de dire : « Tes péchés te sont remis, » ou de dire : « Lève-toi et marche » ?
  24. Mais, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a, sur la terre, le pouvoir de remettre les péchés, il dit au paralytique : Je te le dis, lève-toi, prends ta couchette et va-t’en dans ta maison. »
  25. A l’instant, il se leva devant eux, prit (le lit) sur lequel il était couché, et s’en retourna dans sa maison en glorifiant Dieu.
  26. Et tous furent pris de stupeur et ils glorifiaient Dieu, et ils furent remplis de crainte, disant : « Nous avons vu aujourd’hui des choses merveilleuses. »
  27. Après cela, il sortit et il considéra un publicain nommé Lévi, assis au bureau du fisc, et il lui dit : « Suis-moi. »
  28. Et quittant tout, il se leva et se mit à le suivre.
  29. Et Lévi lui fit un grand festin dans sa maison ; et il y avait une foule nombreuse de publicains et d’autres qui étaient à table avec eux.
  30. Les Pharisiens et leurs scribes murmuraient et disaient à ses disciples : « Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les publicains et les pécheurs ? »
  31. Jésus leur répondit : « Ce ne sont pas ceux qui sont en bonne santé qui ont besoin de médecin, mais les malades.
  32. Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs au repentir. »
  33. Quelques-uns lui dirent : « Les disciples de Jean observent souvent le jeûne et font des prières ; pareillement aussi ceux des Pharisiens ; mais les vôtres mangent et boivent ! »
  34. Jésus leur dit : « Pouvez-vous faire observer le jeûne aux amis de l’époux, pendant que l’époux est avec eux ?
  35. Mais viendront des jours où l’époux leur sera enlevé, et alors ils observeront le jeûne en ces jours-là. »
  36. Il leur dit aussi une parabole : « Personne ne met à un vieux vêtement une pièce déchirée d’un vêtement neuf : autrement il déchire le neuf, et la pièce (prise) du neuf ne va pas avec le vieux.
  37. Personne non plus ne met du vin nouveau dans des outres vieilles : autrement, le vin nouveau fera éclater les outres, il se répandra, et les outres seront perdues.
  38. Mais il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves.
  39. Et personne, buvant du (vin) vieux, ne veut du nouveau, car il dit : Le vieux est meilleur. »

Chapitre 6[modifier]

  1. Il arriva, un jour de sabbat, qu’il traversait des moissons, et ses disciples arrachaient et mangeaient les épis, en les frottant dans leurs mains.
  2. Quelques Pharisiens dirent : « Pourquoi faites-vous ce qui n’est pas permis le jour du sabbat ? »
  3. Jésus leur répondit : « N’avez-vous pas même lu ce que fit David, lorsqu’il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui :
  4. comment il entra dans la maison de Dieu, prit les pains de proposition, en mangea et en donna à ceux qui étaient avec lui, alors qu’il n’est permis d’en manger qu’aux prêtres seuls ? »
  5. Et il leur disait : « Le Fils de l’homme est maître du sabbat. »
  6. Il arriva, un autre jour de sabbat, que Jésus entra dans la synagogue, et il enseignait. Et il se trouvait là un homme dont la main droite était sèche.
  7. Or, les scribes et les Pharisiens l’épiaient (pour voir) s’il guérissait le jour du sabbat, afin de trouver à l’accuser.
  8. Mais lui connaissait leurs pensées, et il dit à l’homme qui avait la main sèche : « Lève-toi, et tiens-toi debout au milieu ! » Et s’étant levé, il se tint debout.
  9. Et Jésus leur dit : « Je vous le demande, est–il permis, le jour du sabbat, de faire du bien ou de faire du mal, de sauver une vie ou de l’ôter ? »
  10. Et, après avoir promené son regard sur eux tous, il lui dit : « Etends ta main. » Il le fit et sa main redevint saine.
  11. Mais eux furent remplis de fureur, et ils s’entretenaient entre eux de ce qu’ils feraient à Jésus.
  12. Or, en ces jours-là, il s’en alla dans la montagne pour prier, et il passa la nuit à prier Dieu.
  13. Quand il fut jour, il appela ses disciples, et il choisit douze d’entre eux, à qui il donna le nom d’apôtres :
  14. Simon, à qui aussi il donna le nom de Pierre, André son frère, Jacques, Jean, Philippe, Barthélemy,
  15. Matthieu, Thomas, Jacques fils d’Alphée, et Simon surnommé Zélote,
  16. Judas fils de Jacques, et Judas Iscarioth, qui devint traître.
  17. Etant descendu avec eux, il s’arrêta en un lieu en forme de plaine, ainsi qu’une foule nombreuse de ses disciples et une grande multitude de peuple de toute la Judée, de Jérusalem et du littoral de Tyr et de Sidon,
  18. qui étaient venus pour l’entendre et pour être guéris de leurs maladies ; et ceux qui étaient tourmentés par des esprits impurs étaient guéris.
  19. Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu’une vertu sortait de lui et les guérissait tous.
  20. Et lui, levant les yeux sur ses disciples, disait : « Heureux, vous qui êtes pauvres, car le royaume de Dieu est à vous !
  21. Heureux, vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés ! Heureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez !
  22. Heureux serez-vous, lorsque les hommes vous haïront, lorsqu’ils vous excommunieront et insulteront, et proscriront votre nom comme mauvais à cause du Fils de l’homme.
  23. Réjouissez-vous en ce jour-là et tressaillez (de joie), car voici que votre récompense est grande dans le ciel : c’est ainsi en effet que leurs pères traitaient les prophètes.
  24. Mais malheur à vous, les riches, car vous tenez votre consolation !
  25. Malheur à vous, qui êtes repus maintenant, car vous aurez faim ! Malheur à vous, qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et dans les larmes !
  26. Malheur à vous, quand tous les hommes diront du bien de vous ; car c’est ainsi que leurs pères traitaient les faux prophètes !
  27. Mais à vous qui m’écoutez je dis : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent,
  28. bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient.
  29. A celui qui te frappe sur une joue, présente encore l’autre ; et à celui qui t’enlève ton manteau, n’empêche pas (de prendre) aussi ta tunique.
  30. Donne à quiconque te demande, et à qui t’enlève ce qui est à toi, ne réclame point.
  31. Et ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le pareillement pour eux.
  32. Et si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on ? Aussi bien, les pécheurs aiment ceux qui les aiment.
  33. Et si vous faites du bien à ceux qui vous font du bien, quel gré vous en saura-t-on ? Les pécheurs aussi en font autant.
  34. Et si vous prêtez à ceux de qui vous espérez recevoir, quel gré vous en saura-t-on ? Des pécheurs aussi prêtent à des pécheurs, afin de recevoir l’équivalent.
  35. Mais aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour ; et votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Très-Haut, lui qui est bon pour les ingrats et les méchants.
  36. Soyez miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux.
  37. Et ne jugez point, et vous ne serez point jugés ; ne condamnez point, et vous ne serez point condamnés ; absolvez et vous serez absous.
  38. Donnez, et l’on vous donnera : on versera dans votre sein une bonne mesure, pressée, tassée, débordante ; car avec la mesure dont vous mesurez il vous sera mesuré en retour. »
  39. Il leur dit aussi une parabole : « Un aveugle peut-il conduire un aveugle ? Ne tomberont-ils pas tous les deux dans une fosse ?
  40. Il n’y a pas de disciple au-dessus du maître ; mais tout (disciple), son instruction achevée, sera comme son maître.
  41. Pourquoi regardes-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et ne remarques-tu pas la poutre qui est dans ton œil à toi ?
  42. Ou comment peux-tu dire à ton frère : « Frère, laisse-moi ôter la paille qui est dans ton œil, » toi qui ne vois pas la poutre qui est dans ton œil ? Hypocrite, ôte d’abord la poutre de ton œil, et alors tu verras à ôter la paille qui est dans l’œil de ton frère.
  43. En effet, il n’y a pas de bon arbre qui donne de mauvais fruits, ni non plus de mauvais arbre qui donne de bons fruits ;
  44. car chaque arbre se reconnaît à son propre fruit. On ne cueille pas des figues sur les épines ; on ne ramasse pas de raisin sur les ronces.
  45. L’homme bon sort le bien du trésor de bonté de son cœur ; et, du (trésor) de sa malice, l’homme mauvais sort le mal ; car sa bouche parle du trop-plein du cœur.
  46. Pourquoi m’appelez-vous : « Seigneur, Seigneur ! » et ne faites-vous pas ce que je dis ?
  47. Quiconque vient à moi, entend mes paroles et les met en pratique, je vous montrerai à qui il est semblable.
  48. Il est semblable à un homme qui bâtit une maison, qui a creusé bien avant, et en a posé le fondement sur le roc ; une inondation étant survenue, le torrent s’est rué contre cette maison, et il n’a pu l’ébranler, parce qu’elle était bien bâtie.
  49. Mais celui qui entend et qui ne met pas en pratique est semblable à un homme qui a bâti sa maison sur le sol, sans fondement ; le torrent s’est rué contre elle, et elle s’est écroulée aussitôt, et grande a été la ruine de cette maison. »

Chapitre 7[modifier]

  1. Quand il eut achevé de faire entendre au peuple toutes ses paroles, il entra dans Capharnaüm.
  2. Or un centurion avait un serviteur malade, sur le point de mourir, et qui lui était cher.
  3. Ayant entendu parler de Jésus, il lui députa quelques-uns des anciens des Juifs, le priant de venir sauver son serviteur.
  4. Ceux-ci, étant arrivés auprès de Jésus, le priaient avec grande instance, disant : « Il mérite que vous fassiez cela pour lui ;
  5. car il aime notre nation, et c’est lui qui nous a bâti la synagogue. »
  6. Et Jésus s’en alla avec eux. Déjà il était non loin de la maison, lorsque le centurion envoya des amis pour lui dire : « Seigneur, ne prenez pas cette peine, car je ne suis pas digne que vous entriez sous mon toit ;
  7. aussi ne me suis-je pas même jugé digne de venir vers vous ; mais dites un mot et que mon serviteur soit guéri !
  8. Car moi qui suis soumis à des chefs, j’ai des soldats sous mes ordres, et je dis à l’un : « Va, » et il va ; et à un autre : « Viens, » et il vient ; et à mon serviteur : « Fais ceci, » et il le fait. »
  9. En entendant cela, Jésus fut dans l’admiration pour lui et, se tournant, il dit à la foule qui le suivait : « Je vous le dis : même en Israël je n’ai pas trouvé une si grande foi. »
  10. Et s’en étant retournés à la maison, les envoyés trouvèrent le serviteur en bonne santé.
  11. Or il se rendit ensuite à une ville nommée Naïn ; ses disciples et une foule nombreuse faisaient route avec lui.
  12. Comme il approchait de la porte de la ville, voilà qu’on emportait un mort, fils unique de sa mère, laquelle était veuve, et une foule considérable (de gens) de la ville étaient avec elle.
  13. Le Seigneur l’ayant vue, fut touché de compassion pour elle, et il lui dit : « Ne pleurez pas. »
  14. Et s’approchant, il toucha le cercueil, et les porteurs s’arrêtèrent ; et il dit : « Jeune homme, je te le dis, lève-toi ! »
  15. Et le mort se dressa sur son séant et se mit à parler ; et il le rendit à sa mère.
  16. Tous furent saisis de crainte, et ils glorifiaient Dieu en disant : « Un grand prophète s’est levé parmi nous, » et : « Dieu a visité son peuple. »
  17. Et cette parole (prononcée) à son sujet se répandit dans toute la Judée et dans tout le pays d’alentour.
  18. Les disciples de Jean lui rapportèrent tout cela. Et Jean appela deux de ses disciples,
  19. qu’il envoya vers Jésus pour lui dire : « Etes-vous celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »
  20. Arrivés près de lui, les hommes lui dirent : « Jean-Baptiste nous a envoyés vers vous pour dire : Etes-vous celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »
  21. En ce même moment il guérit un grand nombre de personnes de maladies, d’infirmités et d’esprits mauvais, et il accorda de voir à beaucoup d’aveugles.
  22. Puis il leur répondit : « Allez rapporter à Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts ressuscitent, les pauvres sont évangélisés.
  23. Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute ! »
  24. Lorsque les envoyés de Jean furent partis, il se mit à dire aux foules, au sujet de Jean : « Qu’êtes-vous allés voir au désert ? Un roseau agité par le vent ?
  25. Qu’êtes-vous allés voir ? Un homme vêtu d’habits somptueux ? Mais ceux qui sont en habillement magnifique et dans les délices se trouvent dans les palais des rois.
  26. Enfin, qu’êtes-vous allés voir ? Un prophète ? Oui, vous dis-je, et plus qu’un prophète.
  27. C’est celui dont il est écrit : Voici que j’envoie mon messager en avant de vous, pour vous préparer la voie devant vous.
  28. Je vous le dis en effet, parmi les fils de la femme, nul n’est plus grand que Jean ; mais le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui.
  29. Tout le peuple qui l’a entendu et les publicains ont reconnu la justice de Dieu, en se faisant baptiser du baptême de Jean ;
  30. mais les Pharisiens et les docteurs de la Loi ont rendu vain pour eux le dessein de Dieu, en ne se faisant pas baptiser par lui.
  31. A qui donc comparerai-je les hommes de cette génération ? A qui sont-ils semblables ?
  32. Ils sont semblables à des enfants qui sont assis sur une place publique et qui se crient les uns aux autres : « Nous vous avons joué de la flûte pour vous, et vous n’avez pas dansé ; nous vous avons chanté une lamentation, et vous n’avez point pleuré. »
  33. Jean le Baptiste, en effet, est venu, ne mangeant point de pain et ne buvant point de vin, et vous dites : « Il est possédé du démon. »
  34. Le Fils de l’homme est venu, mangeant et buvant, et vous dites : « C’est un mangeur et un buveur de vin, un ami des publicains et des pécheurs. »
  35. Et la Sagesse a été reconnue juste par tous ses enfants. »
  36. Un Pharisien l’invitant à manger avec lui, il entra dans la maison du Pharisien et se mit à table.
  37. Et voici qu’une femme qui, dans la ville, était pécheresse, ayant appris qu’il était à table dans la maison du Pharisien, apporta un vase d’albâtre (plein) de parfum ;
  38. et se tenant par derrière, près de ses pieds, tout en pleurs, elle se mit à arroser ses pieds de ses larmes, et elle essuyait avec les cheveux de sa tête et embrassait ses pieds, et elle les oignait de parfum.
  39. A cette vue, le Pharisien qui l’avait invité se dit en lui-même : « S’il était prophète, il saurait qui et de quelle espèce est la femme qui le touche, que c’est une pécheresse. »
  40. Et prenant la parole, Jésus lui dit : « Simon, j’ai quelque chose à te dire. » Et lui : « Maître, parlez, » dit-il.
  41. « Un créancier avait deux débiteurs : l’un devait cinq cents deniers et l’autre cinquante.
  42. Comme ils n’avaient pas de quoi rendre, il fit remise à tous les deux. Lequel donc d’entre eux l’aimera davantage ? »
  43. Simon répondit : « Celui, je pense, auquel il a remis le plus. » Il lui dit : « Tu as bien jugé. »
  44. Et, se tournant vers la femme, il dit à Simon : « Vois-tu cette femme ? Je suis entré dans ta maison, et tu n’as pas versé d’eau sur mes pieds ; mais elle, elle a arrosé mes pieds de (ses) larmes et les a essuyés avec ses cheveux.
  45. Tu ne m’as point donné de baiser ; mais elle, depuis que je suis entré, elle ne cessait pas d’embrasser mes pieds.
  46. Tu n’as pas oint ma tête d’huile ; mais elle, elle a oint mes pieds de parfum.
  47. C’est pourquoi, je te le dis, ses nombreux péchés lui sont pardonnés, parce qu’elle a beaucoup aimé ; mais celui à qui l’on pardonne peu, aime peu. »
  48. Et à elle, il dit : « Tes péchés sont pardonnés. »
  49. Et les convives se mirent à se dire en eux-mêmes : « Qui est celui-ci qui même pardonne les péchés ? »
  50. Et il dit à la femme : « Ta foi t’a sauvée, va en paix. »

Chapitre 8[modifier]

  1. Ensuite il cheminait par les villes et par les bourgs, prêchant et annonçant la bonne nouvelle du royaume de Dieu ; et les Douze étaient avec lui,
  2. ainsi que quelques femmes qui avaient été guéries d’esprits mauvais et de maladies : Marie, surnommée la Magdaléenne, de laquelle étaient sortis sept démons ;
  3. Jeanne, femme de Khouza intendant d’Hérode, Suzanne et plusieurs autres, qui les assistaient de leurs biens.
  4. Comme une foule nombreuse s’amassait et que de toutes les villes on venait vers lui, il dit par parabole :
  5. « Le semeur sortit pour semer sa semence ; et, pendant qu’il semait, du (grain) tomba le long du chemin ; il fut foulé aux pieds, et les oiseaux du ciel le mangèrent.
  6. D’autre tomba sur de la pierre, et, après avoir poussé, se dessécha, parce qu’il n’avait pas d’humidité.
  7. D’autre tomba dans les épines, et les épines poussant avec, l’étouffèrent.
  8. D’autre tomba dans la bonne terre, et, après avoir poussé, donna du fruit au centuple. » Parlant ainsi, il clamait : « Qui a des oreilles pour entendre, entende ! »
  9. Ses disciples lui demandèrent ce que signifiait cette parabole :
  10. « A vous, leur dit-il, il a été donné de connaître les mystères du royaume de Dieu ; mais pour les autres, (c’est) en paraboles, pour que regardant ils ne voient point, et qu’écoutant ils ne comprennent point.
  11. Voici ce que signifie la parabole : La semence, c’est la parole de Dieu.
  12. Ceux qui sont le long du chemin sont creux qui ont entendu ; ensuite le diable vient, et il enlève la parole de leur cœur, de peur qu’ils ne croient et ne se sauvent.
  13. Ceux qui sont sur de la pierre sont ceux qui, en entendant la parole, l’accueillent avec joie ; mais ils n’ont point de racine : ils croient pour un temps, et ils se retirent à l’heure de l’épreuve.
  14. Ce qui est tombé dans les épines, ce sont ceux qui ont entendu, mais vont et se laissent étouffer par les sollicitudes, les richesses et les plaisirs de la vie, et ils n’arrivent point à maturité.
  15. Ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux qui, après avoir entendu la parole avec un cœur noble et bon, la gardent et portent du fruit grâce à la constance.
  16. Personne, après avoir allumé une lampe, ne la couvre d’un vase ou ne la met sous un lit ; mais on la met sur un chandelier, afin que ceux qui entrent voient la lumière.
  17. Car il n’y a rien de caché qui ne soit manifesté, ni rien de secret qui ne finisse par être connu et ne vienne au grand jour.
  18. Prenez donc garde à la manière dont vous écoutez ; car on donnera à celui qui a, et à celui qui n’a pas, même ce qu’il croit avoir lui sera enlevé. »
  19. Sa mère et ses frères vinrent le trouver, mais ils ne pouvaient l’aborder à cause de la foule.
  20. On lui annonça : « Votre mère et vos frères se tiennent dehors, et ils désirent vous voir. »
  21. Il leur répondit : « Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la mettent en pratique. »
  22. Or, un jour, il monta en barque avec ses disciples et leur dit : « Passons à l’autre rive du lac. » Et ils gagnèrent le large.
  23. Pendant qu’ils naviguaient, il s’endormit. Et un tourbillon de vent s’étant abattu sur le lac, ils étaient envahis par l’eau et se trouvaient en péril.
  24. S’approchant, ils le réveillèrent en disant : « Maître ! Maître ! nous périssons ! » Il se réveilla et commanda avec force au vent et à la houle de l’eau, et le calme se fit.
  25. Puis il leur dit : « Où est votre foi ? » Saisis de crainte et d’étonnement, ils se dirent les uns aux autres : « Quel est donc celui-ci, qu’il commande même au vent et à l’eau, et qu’ils lui obéissent ? »
  26. Ils abordèrent au pays des Gergéséniens, qui est vis-à-vis de la Galilée.
  27. Lorsqu’il fut débarqué à terre, vint à sa rencontre un homme de la ville, qui était possédé par des démons, qui depuis longtemps ne portait aucun vêtement et qui ne demeurait pas dans une maison, mais dans les tombeaux.
  28. Ayant aperçu Jésus, il poussa des cris, tomba à ses pieds et dit d’une voix forte : « Qu’avons-nous affaire ensemble, Jésus, Fils du Dieu très-haut ? De grâce, ne me tourmentez point. »
  29. C’est qu’il ordonnait à l’esprit impur de sortir de cet homme. Bien des fois en effet il s’en était emparé, et on le tenait lié avec des chaînes et des entraves, bien gardé, mais, rompant les liens, il était poussé par le démon dans les lieux déserts.
  30. Jésus lui demanda : « Quel est ton nom ? » Il dit : « Légion, » car beaucoup de démons étaient entrés en lui.
  31. Et ils le priaient de ne pas leur enjoindre de s’en aller dans l’abîme.
  32. Or, il y avait là un assez grand troupeau de porcs qui paissaient sur la montagne ; et ils lui firent cette prière : qu’il leur permît d’entrer en eux ; et il le leur permit.
  33. Sortant de l’homme, les démons entrèrent dans les porcs ; et le troupeau, prenant sa course, se précipita par les pentes escarpées dans le lac, et s’y noya.
  34. Ceux qui le gardaient, à la vue de ce qui venait d’arriver, s’enfuirent, et ils racontèrent (la chose) dans la ville et dans la campagne.
  35. Ils sortirent pour voir ce qui était arrivé : ils vinrent à Jésus et trouvèrent l’homme de qui les démons étaient sortis, assis aux pieds de Jésus, vêtu et dans son bon sens ; ils furent saisis de frayeur.
  36. Ceux qui avaient vu leur racontèrent comment avait été guéri celui qui avait été possédé du démon.
  37. Et toute la gent du territoire des Gergéséniens lui demanda de s’éloigner d’eux, car ils étaient saisis d’une grande crainte. Et lui monta en barque pour s’en retourner.
  38. L’homme de qui les démons étaient sortis lui demandait la grâce de rester avec lui, mais il le congédia en disant :
  39. « Retourne dans ta maison, et fais le récit de tout ce que Dieu a fait pour toi. » Et il s’en alla et publia par toute la ville tout ce que Jésus avait fait pour lui.
  40. Jésus, à son retour, fut accueilli par la foule, car tous l’attendaient.
  41. Et voici que vint un homme, nommé Jaïre, qui était chef de la synagogue ; tombant aux pieds de Jésus, il le suppliait d’entrer dans sa maison,
  42. parce qu’il avait une fille unique, d’environ douze ans, qui se mourait.
  43. Comme il s’y rendait, les foules l’étouffaient. Or une femme qui avait un flux de sang depuis douze ans et qui, après avoir dépensé tout son bien en médecins, n’avait pu être guérie par aucun,
  44. s’approcha par derrière et toucha la houppe de son vêtement ; et à l’instant son flux de sang s’arrêta.
  45. Et Jésus dit : « Qui m’a touché ? » Tous s’en défendant, Pierre dit : « Maître, la foule vous entoure et vous presse ! »
  46. Mais Jésus dit : « Quelqu’un m’a touché, car j’ai senti qu’une vertu était sortie de moi. »
  47. Se voyant découverte, la femme vint toute tremblante se jeter à ses pieds, et elle raconta devant tout le peuple pour quel motif elle l’avait touché, et comment elle avait été guérie à l’instant.
  48. Il lui dit : « Ma fille, ta foi t’a guérie ; va en paix. »
  49. Il parlait encore, lorsque quelqu’un de chez le chef de synagogue vient dire : « Ta fille est morte, n’importune plus le Maître. »
  50. Jésus, qui avait entendu, s’adressa à lui : « Ne crains pas, crois seulement et elle sera guérie. »
  51. Arrivé à la maison, il ne laissa personne entrer avec lui, si ce n’est Pierre, Jean et Jacques, et le père de l’enfant et la mère.
  52. Or tous pleuraient et se lamentaient sur elle. Il dit : « Ne pleurez point ; elle n’est pas morte, mais elle dort. »
  53. Et ils se moquaient de lui, sachant bien qu’elle était morte.
  54. Mais lui, la prenant par la main, dit à haute voix : « Enfant, lève-toi ! »
  55. Et son esprit revint, et elle se leva à l’instant ; et Jésus ordonna de lui donner à manger.
  56. Ses parents furent frappés de stupeur, et il leur recommanda de ne dire à personne ce qui était arrivé.

Chapitre 9[modifier]

  1. Ayant convoqué les Douze, il leur donna puissance et autorité sur tous les démons, et pour guérir les maladies.
  2. Et il les envoya prêcher le royaume de Dieu et guérir les malades,
  3. et il leur dit : « Ne prenez rien pour la route, ni bâton, ni besace, ni pain, ni argent, et ne pas avoir deux tuniques.
  4. En quelque maison que vous entriez, demeurez-y et repartez de là.
  5. La ville dont les gens ne vous recevraient pas, sortez-en et secouez sur eux, en témoignage, la poussière de vos pieds. »
  6. Etant partis, ils allèrent de village en village, annonçant la bonne nouvelle et opérant partout des guérisons.
  7. Or Hérode le tétrarque entendit parler de tout ce qui se passait, et il ne savait que penser, car les uns disaient que Jean était ressuscité des morts,
  8. d’autres qu’Elie était apparu, d’autres qu’un des anciens prophètes était ressuscité.
  9. Hérode dit : « Jean, je l’ai fait décapiter. Quel est donc celui dont j’entends dire de telles choses ? » Et il cherchait à le voir.
  10. Les apôtres, à leur retour, lui racontèrent tout ce qu’ils avaient fait. Il les prit avec lui et se retira à l’écart dans la direction d’une ville nommée Bethsaïde.
  11. Les foules, l’ayant su, le suivirent. Les ayant accueillies, il leur parlait du royaume de Dieu, et il rendit la santé à ceux qui en avaient besoin.
  12. Le jour commençait à baisser, et les Douze s’approchèrent et lui dirent : « Renvoyez la foule, afin qu’ils s’en aillent loger dans les bourgs et les hameaux des environs et y trouvent de la nourriture ; car nous sommes ici dans un lieu désert. »
  13. Il leur dit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Ils lui dirent : « Nous n’avons pas plus de cinq pains et deux poissons, à moins peut-être que nous ne nous en allions nous-mêmes acheter des vivres pour tout ce peuple ! »
  14. Il y avait en effet environ cinq mille hommes. Il dit à ses disciples : « Faites-les s’étendre par groupe d’environ cinquante. »
  15. Et ils firent ainsi et les firent tous s’étendre.
  16. Il prit les cinq pains et les deux poissons, leva les yeux au ciel, prononça la bénédiction, les rompit et les donna aux disciples pour les servir à la foule.
  17. Tous mangèrent et furent rassasiés, et l’on emporta, de ce qui leur était resté, douze corbeilles de morceaux.
  18. Un jour qu’il priait seul, ayant ses disciples avec lui, il leur fit cette question : « Qui suis-je, au dire des foules ? »
  19. Ils répondirent : « Jean le Baptiste ; d’autres, Elie ; d’autres, qu’un des anciens prophètes est ressuscité. »
  20. Il leur dit : « Et vous, qui dites-vous que je suis ? » Pierre, prenant la parole, dit : « Le Christ de Dieu. »
  21. Et il leur défendit sévèrement de dire cela à personne :
  22. « Il faut, ajouta-t-il, que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, par les grands prêtres et par les scribes, qu’il soit mis à mort et qu’il ressuscite le troisième jour. »
  23. Et, s’adressant à tous, il dit : « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renonce lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour et me suive.
  24. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra ; et celui qui perdra sa vie à cause de moi, la sauvera.
  25. Quel profit en effet a l’homme qui a gagné le monde entier, mais qui s’est ruiné lui-même ou perdu ?
  26. Celui qui aura eu honte de moi et de mes paroles, le Fils de l’homme aura honte de lui, lorsqu’il viendra dans sa gloire et celle du Père et des saints anges.
  27. Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici présents ne goûteront point la mort qu’ils n’aient vu le royaume de Dieu. »
  28. Il se passa environ huit jours après (qu’il eut dit) ces paroles, et, prenant avec lui Pierre, Jean et Jacques, il monta sur la montagne pour prier.
  29. Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage devint autre, et son vêtement d’un blanc éblouissant.
  30. Et voilà que deux hommes conversaient avec lui : c’étaient Moïse et Elie,
  31. qui, apparaissant en gloire, parlaient de sa mort qu’il devait accomplir à Jérusalem.
  32. Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, s’étant réveillés, ils virent sa gloire et les deux hommes qui se tenaient avec lui.
  33. Or, comme ils se séparaient de lui, Pierre dit à Jésus : « Maître, il nous est bon d’être ici ; faisons trois tentes : une pour vous, une pour Moïse et une pour Elie, » ne sachant pas ce qu’il disait.
  34. Comme il disait cela, il se fit une nuée qui les couvrit de son ombre ; et ils furent saisis de frayeur tandis qu’ils entraient dans la nuée.
  35. Et de la nuée se fit entendre une voix qui disait : « Celui-ci est mon Fils élu : écoutez-le. »
  36. Pendant que la voix parlait, Jésus se trouva seul Et ils gardèrent le silence, et ils ne racontèrent rien à personne, en ce temps-là, de ce qu’ils avaient vu.
  37. Le jour suivant, lorsqu’ils furent descendus de la montagne, une foule nombreuse se porta à sa rencontre.
  38. Et voilà que de la foule un homme s’écria : « Maître, je vous en prie, jetez un regard sur mon fils, car c’est mon unique.
  39. Un esprit s’empare-t-il de lui qu’aussitôt il pousse des cris, et il l’abat en le faisant écumer, à grand’peine le quitte-t-il après l’avoir tout meurtri.
  40. J’ai prié vos disciples de le chasser, et ils ne l’ont pu. »
  41. Jésus répondit : « O génération incrédule et perverse, jusques à quand serai-je près de vous et vous supporterai-je ? Conduis ici ton fils. »
  42. Et comme il approchait, le démon le jeta par terre et l’abattit. Mais Jésus commanda avec force à l’esprit impur et guérit l’enfant, et il le rendit à son père.
  43. Et tous étaient stupéfaits devant la grandeur de Dieu. Comme tous étaient dans l’admiration pour tout ce qu’il faisait, il dit à ses disciples :
  44. « Vous, mettez bien ces mots dans vos oreilles, car le Fils de l’homme doit être livré entre les mains des hommes. »
  45. Mais ils ne comprenaient point cette parole, et elle leur était voilée pour qu’ils n’en eussent pas l’intelligence, et ils craignaient de l’interroger sur cette parole.
  46. Or, une préoccupation entra dans leur esprit, savoir lequel d’entre eux pouvait bien être le plus grand.
  47. Jésus, voyant la préoccupation de leur cœur, prit un enfant, le plaça près de lui
  48. et leur dit : « Celui qui reçoit en mon nom cet enfant, me reçoit ; et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé ; car celui qui se trouve être le plus petit parmi vous tous, celui-là est grand. »
  49. Jean, prenant la parole, dit : « Maître, nous avons vu quelqu’un qui chassait les démons en votre nom, et nous voulions l’en empêcher, parce qu’il ne (vous) suit pas avec nous. »
  50. Jésus lui dit : « N’empêchez pas, car celui qui n’est pas contre vous est pour vous. »
  51. Or, comme allaient arriver les jours où il devait être enlevé (de ce monde), il prit résolument la direction de Jérusalem,
  52. et il envoya devant lui des messagers, qui se mirent en route et entrèrent dans un bourg des Samaritains pour lui préparer (le gîte) ;
  53. mais ils refusèrent de le recevoir, parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem.
  54. Ce que voyant, les disciples Jacques et Jean dirent : « Seigneur, voulez-vous que nous commandions que le feu descende du ciel et les consume ? »
  55. Mais, s’étant retourné, il les réprimanda.
  56. Et ils firent route vers un autre bourg.
  57. Pendant qu’ils faisaient route, en chemin, quelqu’un lui dit : « Je vous suivrai où que vous alliez. »
  58. Jésus lui dit : « Les renards ont des tanières et les oiseaux du ciel des abris, mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer la tête. »
  59. Il dit à un autre : « Suis-moi. » Celui-ci dit : « Seigneur, permettez-moi d’aller d’abord ensevelir mon père. »
  60. Mais il lui dit : « Laisse les morts ensevelir leurs morts ; pour toi, va annoncer le royaume de Dieu. »
  61. Un autre encore lui dit : « Je vous suivrai, Seigneur ; mais d’abord permettez-moi de faire mes adieux à ceux de ma maison. »
  62. Jésus lui dit : « Celui qui, ayant mis la main à la charrue, regarde en arrière, n’est pas propre au royaume de Dieu. »

Chapitre 10[modifier]

  1. Après cela, le Seigneur en désigna encore soixante-dix autres, et il les envoya devant lui, deux à deux, en toute ville et endroit où lui-même devait aller.
  2. Il leur disait : « La moisson est grande, mais les ouvriers sont en petit nombre. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson.
  3. Allez : voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.
  4. Ne portez ni bourse, ni besace, ni sandales, et ne saluez personne en chemin.
  5. En quelque maison que vous entriez, dites d’abord : « Paix à cette maison ! »
  6. Et s’il y a là un fils de paix, votre paix reposera sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous.
  7. Demeurez dans cette maison, mangeant et buvant de ce qu’il y aura chez eux, car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
  8. Et en quelque ville que vous entriez et qu’on vous reçoive, mangez ce qui vous sera servi ;
  9. guérissez les malades qui s’y trouveront, et dites-leur : « Le royaume de Dieu est proche de vous. »
  10. Et en quelque ville que vous entriez et qu’on ne vous reçoive pas, allez sur les places publiques et dites :
  11. « La poussière même de votre ville, qui s’est attachée à nos pieds, nous l’essuyons contre vous ; sachez cependant ceci, que le royaume de Dieu est proche. »
  12. Je vous le dis : il y aura, en ce jour-là, moins de rigueur pour Sodome que pour cette ville.
  13. Malheur à toi, Corozaïn ! Malheur à toi, Bethsaïde ! Car si les miracles qui ont été faits au milieu de vous, avaient été faits dans Tyr et Sidon, il y a longtemps qu’elles auraient fait pénitence, assises avec le sac et la cendre.
  14. Aussi bien, il y aura, au jugement, moins de rigueur pour Tyr et Sidon que pour vous.
  15. Et toi, Capharnaüm, est-ce que tu seras élevée jusqu’au ciel ? Tu seras abaissée jusqu’aux enfers.
  16. Celui qui vous écoute m’écoute, et celui qui vous rejette me rejette ; or celui qui me rejette, rejette celui qui m’a envoyé. »
  17. Les soixante-dix revinrent tout joyeux, disant : « Seigneur, même les démons nous sont soumis par votre nom. »
  18. Il leur dit : « Je voyais Satan qui tombait du ciel comme un éclair.
  19. Voici que je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, (le pouvoir) aussi sur toute la puissance de l’ennemi, et rien ne pourra vous nuire.
  20. Du reste, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis, mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont écrits dans les cieux. »
  21. Au même moment, il tressaillit de joie par l’Esprit-Saint, et il dit : « Je vous bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que vous avez caché ces choses aux sages et aux prudents, et les avez révélées aux simples. Oui, Père, car tel fut votre bon plaisir.
  22. Toutes choses m’ont été remises par mon Père ; et personne ne sait ce qu’est le Fils, si ce n’est le Père, ni ce qu’est le Père, si ce n’est le Fils, et celui à qui le Fils aura bien voulu le révéler. »
  23. Et se tournant vers les disciples, il leur dit en particulier : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez !
  24. Car, je vous le dis, beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous, vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. »
  25. Et voici qu’un docteur de la Loi se leva, et, pour l’embarrasser, lui dit : « Maître, que dois-je faire pour posséder la vie éternelle ? »
  26. Il lui dit : « Qu’y a-t-il d’écrit dans la Loi ? Qu’y lis-tu ? »
  27. Il répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton proche comme toi-même. »
  28. Il lui dit : « Tu as bien répondu : fais cela et tu vivras. »
  29. Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : « Et qui est mon proche ? »
  30. Jésus reprit et dit : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho ; il tomba entre les mains de brigands qui, après l’avoir dépouillé et chargé de coups, s’en allèrent, le laissant à demi-mort.
  31. Or, par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa outre.
  32. De même un lévite aussi vint en ce lieu, le fit et passa outre.
  33. Mais un Samaritain, qui était en voyage, vint près de lui, le vit et fut touché de compassion.
  34. Il s’approcha, banda ses blessures, y versant de l’huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit dans une hôtellerie et prit soin de lui.
  35. Le lendemain, tirant deux deniers, il les donna à l’hôtelier et lui dit : « Prends soin de lui, et ce que tu pourrais dépenser en plus, c’est moi qui te le rembourserai à mon retour. »
  36. Lequel de ces trois te semble avoir été le proche de l’homme qui était tombé aux mains des brigands ? »
  37. Il dit : « Celui qui a pratiqué la miséricorde envers lui. » Et Jésus lui dit : « Va, toi aussi fais de même. »
  38. Pendant qu’ils étaient en chemin, il entra dans un certain bourg, et une femme, nommée Marthe, le reçut dans sa maison.
  39. Elle avait une sœur, appelée Marie, qui, s’étant même assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.
  40. Marthe, qui était occupée par maint service, se présenta, disant : « Seigneur, vous n’avez cure que ma sœur me laissait seule faire le service ? Dites-lui donc de m’aider. »
  41. Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, vous vous inquiétez et vous agitez pour beaucoup de choses !
  42. Or il n’est besoin que de peu de choses ou d’une seule. Marie en effet a choisi la bonne part, qui ne lui sera point ôtée. »

Chapitre 11[modifier]

  1. Il arriva, comme il était en prière en un certain lieu, lorsqu’il eut achevé, qu’un de ses disciples luit dit : « Seigneur, apprenez-nous à prier, comme Jean l’a appris à ses disciples. »
  2. Il leur dit : « Lorsque vous priez, dites : Père, que votre nom soit sanctifié ; que votre règne arrive.
  3. Donnez-nous chaque jour le pain nécessaire à notre subsistance ;
  4. et remettez-nous nos péchés, car nous remettons nous-mêmes à tous ceux qui nous doivent ; et ne nous induisez pas en tentation. »
  5. Et il leur dit : « Qui de vous, ayant un ami, s’il va le trouver au milieu de la nuit et lui dit : « Ami, prête-moi trois pains,
  6. car un mien ami m’est arrivé de voyage, et je n’ai rien à lui offrir, »
  7. et que celui-là réponde de l’intérieur : « Ne m’importune point : déjà la porte est fermée et mes enfants sont avec moi au lit ; je ne puis me lever pour te donner, »
  8. je vous le dis, quand même il ne se lèverait pas pour lui donner parce qu’il est son ami, du moins à cause de son importunité, il se lèvera pour lui donner tout ce dont il a besoin.
  9. Et moi je vous dis : Demandez et l’on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira.
  10. Car quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve, et l’on ouvrira à qui frappe.
  11. Y a-t-il parmi vous un père qui, si son fils lui demande du pain, lui donnera une pierre ? Ou, (s’il demande) un poisson, lui donnera-t-il, au lieu de poisson, un serpent ?
  12. Ou, s’il demande un œuf, lui donnera-t-il un scorpion ?
  13. Si donc vous, tout méchants que vous êtes, vous savez donner à vos enfants de bonnes choses, combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit-Saint à ceux qui lui demandent. »
  14. Il chassait un démon, qui était muet. Or, quand le démon fut sorti, le muet parla, et les foules furent dans l’admiration.
  15. Mais quelques-uns d’entre eux dirent : « C’est par Béelzéboul, le chef des démons, qu’il chasse les démons. »
  16. D’autres, pour le mettre à l’épreuve, lui demandaient un signe (venant) du ciel.
  17. Connaissant leurs réflexions, il leur dit : « Tout royaume divisé contre lui-même va à la ruine et les maisons tombent l’une sur l’autre.
  18. Et si Satan aussi est divisé contre lui-même, comment son royaume pourra-t-il subsister ? puisque vous dites que c’est par Béelzéboul que je chasse les démons.
  19. Mais si, moi, je chasse les démons par Béelzéboul, par qui vos fils les chassent-ils ? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges.
  20. Mais si c’est par le doigt de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc arrivé à vous.
  21. Lorsque l’homme fort et bien armé garde son palais, ce qu’il possède est en sûreté.
  22. Mais qu’il en survienne un plus fort qui le vainque, il lui enlève toutes les armes dans lesquelles il mettait sa confiance, et il distribue ses dépouilles.
  23. Qui n’est pas avec moi est contre moi, et qui n’amasse pas avec moi disperse.
  24. Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos. N’en trouvant point, il dit : « Je retournerai dans ma maison, d’où je suis sorti. »
  25. et revenu, il la trouve nettoyée et ornée.
  26. Alors il s’en va prendre sept autres esprits plus mauvais que lui et, étant entrés, ils y fixent leur demeure, et le dernier état de cet homme devient pire que le premier. »
  27. Or, comme il parlait ainsi, une femme, élevant la voix du milieu de la foule, lui dit : « Heureux le sein qui vous a porté, et les mamelles que vous avez sucées ! »
  28. Mais il lui dit : « Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent ! »
  29. Comme les foules s’amassaient, il se mit à dire : « Cette génération est une génération mauvaise ; elle demande un signe, et il ne lui sera point donné d’autre signe que le signe du prophète Jonas.
  30. Car, de même que Jonas a été un signe pour les Ninivites, ainsi le Fils de l’homme en sera aussi un pour cette génération.
  31. La reine du Midi se lèvera, au (jour du) jugement, avec les hommes de cette génération, et les fera condamner, car elle est venue des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et il y a ici plus que Salomon.
  32. Les hommes de Ninive se dresseront, au (jour du) jugement, avec cette génération et la feront condamner, car ils ont fait pénitence à la prédication de Jonas, et il y a ici plus que Jonas.
  33. Personne n’allume une lampe pour la mettre dans un lieu caché ou sous le boisseau, mais sur le chandelier, afin que ceux qui entrent voient la clarté.
  34. La lampe du corps, c’est ton œil. Tant que ton œil est sain, tout ton corps aussi est éclairé ; mais s’il est gâté, ton corps aussi est dans les ténèbres.
  35. Vois donc à ce que la lumière qui est en toi ne soit pas ténèbres.
  36. Si donc tout ton corps est éclairé, n’ayant aucune partie ténébreuse, il sera tout éclairé, comme lorsque la lampe t’éclaire de son éclat. »
  37. Quand il eut parlé, un Pharisien le pria de dîner chez lui ; il entra et se mit à table.
  38. Or le Pharisien vit avec étonnement qu’il n’avait pas auparavant fait l’ablution avant le dîner.
  39. Le Seigneur lui dit : « Vous donc, Pharisiens, vous purifiez le dehors de la coupe et du plat ; mais, en vous, le dedans est plein de rapine et de malice.
  40. Insensés ! Celui qui a fait le dehors n’a-t-il pas fait aussi le dedans ?
  41. Toutefois, donnez l’aumône selon vos moyens, et voici que tout est pur pour vous.
  42. Mais malheur à vous, Pharisiens, parce que vous payez la dîme de la menthe, de la rue et de tout légume, et que vous laissez de côté la justice et l’amour de Dieu ! Il fallait pratiquer ceci, sans négliger cela.
  43. Malheur à vous, Pharisiens, parce que vous aimez le premier siège dans les synagogues et les saluts sur les places publiques !
  44. Malheur à vous, parce que vous êtes comme les tombeaux qu’on ne voit pas, et sur lesquels on passe sans le savoir ! »
  45. Alors un des docteurs de la Loi, prenant la parole, lui dit : « Maître, en parlant de la sorte, vous nous outragez, nous aussi. »
  46. Il dit : « A vous aussi, docteurs de la Loi, malheur ! Parce que vous chargez les hommes de fardeaux difficiles à porter, et vous-mêmes, vous ne touchez pas aux fardeaux d’un seul de vos doigts.
  47. Malheur à vous parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, et ce sont vos pères qui les ont tués !
  48. Vous êtes donc des témoins et vous approuvez les actes de vos pères ; car eux les ont tués, et vous, vous bâtissez.
  49. C’est pourquoi aussi la Sagesse de Dieu a dit : Je leur enverrai des prophètes et des apôtres ; ils en tueront et persécuteront ;
  50. afin qu’il soit demandé compte à cette génération du sang de tous les prophètes qui a été répandu depuis la fondation du monde,
  51. depuis le sang d’Abel jusqu’au sang de Zacharie, mis à mort entre l’autel et le sanctuaire. Oui, je vous le dis, il en sera demandé compte à cette génération.
  52. Malheur à vous, docteurs de la Loi, parce que vous avez enlevé la clef de la science ; vous-mêmes n’êtes pas entrés, et vous avez empêché ceux qui étaient pour entrer ! »
  53. Et quand il fut sorti de là, les scribes et les Pharisiens se mirent à le presser vivement et à provoquer des réponses sur une foule de choses,
  54. lui tendant des pièges pour surprendre quelque chose de sa bouche.

Chapitre 12[modifier]

  1. Sur ces entrefaites, la foule s’étant amassée par milliers, au point qu’on s’écrasait les uns les autres, il se mit à dire d’abord à l’adresse de ses disciples : « Gardez-vous du levain des Pharisiens, qui est l’hypocrisie.
  2. Il n’y a rien de caché qui ne doive se découvrir, rien de secret qui ne doive être connu.
  3. C’est pourquoi, tout ce que vous aurez dit dans les ténèbres sera entendu au grand jour, et ce que vous aurez dit à l’oreille dans les celliers sera publié sur les toits.
  4. Je le dis à vous, mes amis : Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et qui après cela ne peuvent rien faire de plus.
  5. Mais je vais vous apprendre qui vous devez craindre : craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la géhenne ; oui, je vous le dis, craignez celui-là.
  6. Cinq moineaux ne se vendent-ils pas deux as ? Et pas un d’entre eux n’est en oubli devant Dieu.
  7. Mais même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Ne craignez pas : vous valez plus que beaucoup de moineaux.
  8. Je vous le dis : celui qui me confessera devant les hommes, le Fils de l’homme le confessera aussi devant les anges de Dieu ;
  9. mais celui qui m’aura renié devant les hommes sera renié devant les anges de Dieu.
  10. Et quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il y aura rémission pour lui ; mais pour qui aura blasphémé contre l’Esprit-Saint, il n’y aura pas de rémission.
  11. Quand on vous amènera devant les synagogues, les magistrats et les autorités, ne vous préoccupez pas de la manière dont vous vous défendrez, ni de ce que vous direz ;
  12. car le Saint-Esprit vous enseignera à l’heure même ce qu’il faudra dire. »
  13. De la foule quelqu’un lui dit : « Maître, dites à mon frère de partager avec moi l’héritage. »
  14. Il lui dit : « Homme, qui m’a établi pour être votre juge ou pour faire vos partages ? »
  15. Et il leur dit : « Faites attention à vous garder de toute avarice ; car, quelqu’un serait-il dans l’abondance, sa vie ne dépend pas des biens qu’il possède. »
  16. Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche dont le domaine avait beaucoup rapporté.
  17. Et il se faisait en lui-même cette réflexion : « Que vais-je faire ? car je n’ai pas où ramasser mes récoltes…
  18. Voici, dit-il, ce que je fais faire : j’abattrai mes greniers, et j’en construirai de plus grands, et j’y ramasserai tout mon blé et mes biens,
  19. et je dirai à mon âme : Mon âme, tu as beaucoup de biens en réserve pour beaucoup d’années ; repose-toi, mange, bois, festoie ! »
  20. Or Dieu lui dit : « Insensé ! cette nuit même on va te redemander ton âme ; et ce que tu as préparé, pour qui sera-ce ? »
  21. Ainsi en est-il de celui qui thésaurise pour lui-même et n’est pas riche en vue de Dieu. »
  22. Et il dit à ses disciples : « C’est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour (votre) âme de ce que vous mangerez, ni pour votre cops de quoi vous le vêtirez ;
  23. car l’âme est plus que la nourriture et le corps plus que le vêtement.
  24. Considérez les corbeaux, qui ne sèment ni ne moissonnent, qui n’ont ni cellier ni grenier, et Dieu les nourrit. Combien plus valez-vous que les oiseaux !
  25. Qui de vous, à force soucis, pourrait ajouter une coudée à la longueur de sa vie ?
  26. Si donc vous ne pouvez pas le moins, pourquoi vous inquiétez-vous du reste ?
  27. Considérez les lis, comment ils ne filent ni ne tissent ; or, je vous le dis, Salomon même dans toute sa gloire n’était pas vêtu comme l’un d’eux.
  28. Si donc Dieu revêt ainsi, dans les champs, l’herbe qui est aujourd’hui et demain sera jetée au four, combien plus (le fera-t-il) pour vous, gens de peu de foi !
  29. Vous non plus, ne vous mettez pas en quête de ce que vous mangerez ou ce que vous boirez, et ne soyez pas anxieux.
  30. C’est de tout cela, en effet, que les païens du monde sont en quête ; mais votre Père sait que vous avez besoin de cela.
  31. Au reste, cherchez son royaume, et cela vous sera donné en plus.
  32. Ne crains point, petit troupeau, car il a plus à votre Père de vous donner le royaume.
  33. Vendez ce que vous avez, et donnez-le en aumône. Faites-vous des bourses qui ne s’usent pas, un trésor inépuisable dans les cieux, où le voleur n’approche pas et la teigne ne détruit point.
  34. Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur.
  35. Que vos reins restent ceints et vos lampes allumées !
  36. Et vous, soyez semblables à des hommes qui attendent leur maître à son retour des noces, afin que, lorsqu’il arrivera et frappera, ils lui ouvrent aussitôt.
  37. Heureux ces serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera veillant ! Je vous le dis en vérité, il se ceindra, les fera mettre à table et passera pour les servir.
  38. Et si c’est à la deuxième ou à la troisième veille qu’il arrive et (les) trouve ainsi, heureux sont-ils !
  39. Sachez-le bien, si le maître de maison savait à quelle heure le voleur doit venir, il ne laisserait pas percer sa maison.
  40. Vous aussi, tenez-vous prêts, car c’est à l’heure que vous ne pensez pas que le Fils de l’homme viendra. »
  41. Pierre (lui) dit : « Seigneur, est-ce pour nous que vous dites cette parabole, ou aussi pour tous ? »
  42. Le Seigneur répondit : « Quel est donc l’intendant fidèle, prudent, que le maître établira sur sa domesticité pour donner, au temps (voulu), la ration de froment ?
  43. Heureux ce serviteur, que son maître, à son arrivée, trouvera agissant ainsi !
  44. Vraiment, je vous le dis, il l’établira sur tous ses biens.
  45. mais si ce serviteur se dit en lui-même : « Mon maître tarde à venir, » et qu’il se mette à battre les serviteurs et les servantes, à manger, à boire et à s’enivrer,
  46. le maître de ce serviteur viendra au jour où il ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne sait pas, et il le fendra en deux, et lui assignera pour lot celui des infidèles.
  47. Ce serviteur qui, ayant connu la volonté de son maître, n’a rien préparé ni agi selon sa volonté, recevra un grand nombre de coups.
  48. Quant à celui qui, ne l’ayant pas connue, aura agi de façon à mériter des coups, il n’en recevra qu’un petit nombre. On exigera beaucoup de toux ceux à qui l’on a beaucoup donné ; et de celui à qui on a confié beaucoup, on demandera davantage.
  49. Je suis venu mettre le feu sur la terre, et qu’est-ce que je désire, si déjà il est allumé ?
  50. J’ai à recevoir un baptême, et comme je suis dans l’angoisse jusqu’à ce qu’il soit accompli !
  51. Pensez-vous que je sois venu donner la paix sur la terre ? Non point, vous dis-je, mais bien la division.
  52. Car, désormais, cinq dans une maison seront divisés : trois contre deux, et deux contre trois.
  53. Ils seront divisés : père contre fils et fils contre père, mère contre fille et fille contre la mère, belle-mère contre sa belle-fille et belle-fille contre la belle-mère. »
  54. Il disait encore aux foules : « Quand vous voyez un nuage s’élever au couchant, vous dites aussitôt : « La pluie vient, » et cela arrive ainsi.
  55. Et quand (vous voyez) souffler le vent du midi, vous dites : « Il fera chaud, » et cela arrive.
  56. Hypocrites, vous savez reconnaître l’aspect de la terre et du ciel ; comment ne reconnaissez-vous pas ce temps-ci ?
  57. Et pourquoi aussi ne jugez-vous pas, de vous-mêmes, ce qui est juste ?
  58. En effet, lorsque tu te rends avec ton adversaire chez le magistrat, tâche en chemin de te dégager de lui, de peur qu’il ne te traîne devant le juge, et que le juge ne te livre à l’agent, et que l’agent ne te jette en prison.
  59. Je te le dis, tu n’en sortiras pas que tu n’aies payé la dernière obole. »

Chapitre 13[modifier]

  1. Or, en ce même temps, quelques-uns vinrent lui rapporter ce qui était arrivé aux Galiléens, dont Pilate avait mêlé le sang à celui de leurs victimes.
  2. Prenant la parole, il leur dit : « Pensez-vous que ces Galiléens fussent de plus grands pécheurs que tous les (autres) Galiléens, pour avoir souffert de la sorte ?
  3. Non, je vous le dis ; mais si vous ne vous repentez pas, vous périrez tous de même.
  4. Ou bien ces dix-huit, sur qui est tombée la tour de Siloé et qu’elle a tués, pensez-vous que leur dette fût plus grande que celle de tous les (autres) hommes qui habitent à Jérusalem ?
  5. Non, je vous le dis ; mais si vous ne vous repentez pas, vous périrez tous pareillement. »
  6. Et il disait cette parabole : « Quelqu’un avait un figuier planté dans sa vigne ; il vint y chercher des fruits, et il n’en trouva point.
  7. Et il dit au vigneron : « Voilà trois ans que je viens chercher des fruits sur ce figuier, et je n’en trouve point ; coupe-le : pourquoi aussi rend-il la terre inutile ? »
  8. Il lui répondit : « Maître, laissez-le encore cette année, jusqu’à ce que j’aie creusé tout autour et mis du fumier.
  9. Et s’il donnait des fruits à la saison prochaine… Sinon, vous le couperez. »
  10. Il enseignait dans une synagogue un jour de sabbat.
  11. Et il y avait là une femme tenue depuis dix-huit ans par un esprit qui la rendait infirme : elle était courbée et ne pouvait absolument pas lever la tête.
  12. L’ayant vue, Jésus l’appela et lui dit : « Femme, tu es délivrée de ton infirmité. »
  13. Et il lui imposa les mains ; aussitôt elle se redressa, et elle glorifiait Dieu.
  14. Mais le chef de synagogue, indigné de ce que Jésus avait guéri le jour du sabbat, prit la parole et dit à la foule : « Il y a six jours pour travailler ; venez donc vous faire guérir ces jours-là et non pas le jour du sabbat. »
  15. Le Seigneur lui répliqua : « Hypocrites ! Est-ce que chacun de vous, le jour du sabbat, ne détache pas de la crèche son bœuf ou son âne pour le mener boire ?
  16. Et cette (femme), une fille d’Abraham, que Satan tenait liée depuis dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de ce lien le jour du sabbat ? »
  17. Pendant qu’il parlait ainsi, tous ses adversaires étaient couverts de confusion, et toute la foule se réjouissait de toutes les choses merveilleuses accomplies par lui.
  18. Il disait donc : « A quoi le royaume de Dieu est-il semblable, et à quoi le comparerai-je ?
  19. Il est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et a jeté dans son jardin ; il a poussé et il est devenu un grand arbre, et les oiseaux du ciel ont niché dans ses branches. »
  20. Il dit encore : « A quoi comparerai-je le royaume de Dieu ?
  21. Il est semblable au levain qu’une femme prit et mélangea dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que le tout eût fermenté. »
  22. Et il passait par les villes et bourgs, enseignant et faisant route vers Jérusalem.
  23. Quelqu’un lui dit : « Seigneur, n’y aura-t-il qu’un petit nombre de sauvés ? » Et il leur dit :
  24. « Luttez pour entrer par la porte étroite ; car beaucoup, je vous le dis, chercheront à entrer et ne pourront pas,
  25. après que le maître de maison se sera levé et aura fermé la porte, et que, demeurés dehors, vous vous mettrez à frapper à la porte, disant : « Seigneur, ouvrez-nous ! » Et il vous répondra : « Je ne sais d’où vous êtes. »
  26. Alors vous vous mettrez à dire : « Nous avons mangé et bu devant vous, et vous avez enseigné sur nos places. »
  27. Et il dira : « Je vous le dis, je ne sais d’où vous êtes. Retirez-vous de moi, vous tous, artisans d’iniquité. »
  28. Là seront les pleurs et le grincement de dents, lorsque vous verrez Abraham, Isaac et Jacob, et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et vous rejetés dehors.
  29. Et l’on viendra de l’Orient et de l’Occident, de l’Aquilon et du Midi, pour prendre place à table dans le royaume de Dieu.
  30. Et voici : il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers. »
  31. Au même moment, quelques Pharisiens vinrent lui dire : « Partez et allez-vous en d’ici, car Hérode veut vous tuer. »
  32. Et il leur dit : « Allez-vous-en dire à ce renard : Voici que je chasse les démons et que j’opère des guérisons aujourd’hui et demain, et le troisième jour je suis à terme.
  33. Seulement, il faut que je poursuive ma route aujourd’hui, et demain, et le jour suivant, car il n’est pas admissible qu’un prophète périsse hors de Jérusalem.
  34. Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés ! Que de fois j’ai voulu rassembler tes enfants comme une poule sa couvée sous ses ailes, et vous n’avez pas voulu !
  35. Voici que votre maison va vous être laissée (déserte). Je vous le dis, vous ne me verrez plus que ne [soit venu quand] vous direz : Béni celui qui vient au nom du Seigneur ! »

Chapitre 14[modifier]

  1. Un jour de sabbat, comme il était entré dans la maison d’un chef des Pharisiens pour y manger, eux le guettaient.
  2. Et voici qu’un homme hydropique se trouvait devant lui.
  3. Et Jésus, prenant la parole, dit aux docteurs de la Loi et aux Pharisiens : « Est-il permis de guérir le jour du sabbat, ou non ? »
  4. Mais ils gardaient le silence. L’ayant pris, il le guérit et le congédia.
  5. Puis, il leur dit : « Qui d’entre vous, si son fils ou son bœuf tombe dans un puits, ne l’en retire pas aussitôt, un jour du sabbat ? »
  6. Et à cela ils ne purent répliquer.
  7. Et il dit une parabole aux invités, ayant remarqué comment ils choisissaient les premières places. Il leur dit :
  8. « Quand tu seras invité par quelqu’un à un repas de noces, ne te mets pas à la première place : un homme plus considérable que toi pourrait avoir été invité par lui,
  9. et celui qui vous aurait invités l’un et l’autre viendrait te dire : « Cède-lui la place, » et alors tu n’aurais, avec confusion, qu’à occuper la dernière place.
  10. Mais, quand tu es invité, va te mettre à la dernière place ; de cette façon, quand viendra celui qui t’a invité, il te dira : « Mon ami, avance plus haut. » Alors ce sera pour toi un honneur devant tous les convives.
  11. Car quiconque s’élève sera abaissé, et quiconque s’abaisse sera élevé. »
  12. Il disait à celui qui l’avait invité : « Lorsque tu donnes un déjeuner ou un dîner, ne convoque pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni des voisins riches, de peur qu’ils ne t’invitent à leur tour et que ce ne soit pour toi un rendu.
  13. Mais, quand tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ;
  14. et heureux seras-tu de ce qu’ils n’ont pas de quoi te rendre, car cela te sera rendu lors de la résurrection des justes. »
  15. Un des convives, ayant entendu cela, lui dit : « Heureux qui mangera dans le royaume de Dieu ! »
  16. Il lui dit : « Un homme faisait un grand dîner, auquel il avait invité beaucoup de gens.
  17. Et à l’heure du dîner, il envoya son serviteur dire aux invités : « Venez, car tout est déjà prêt. »
  18. Et tous, unanimement, se mirent à s’excuser. Le premier lui dit : « J’ai acheté un champ, et il faut nécessairement que j’aille le voir ; je te prie, tiens-moi pour excusé. »
  19. Et un autre dit : « J’ai acheté cinq paires de bœufs, et je vais les essayer ; je te prie, tiens-moi pour excusé. »
  20. Et un autre dit : « J’ai pris femme, et c’est pourquoi je ne puis venir. »
  21. Le serviteur s’en revint et rapporta cela à son maître. Alors le maître de maison, irrité, dit à son serviteur : « Va-t’en vite sur les places et par les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux. »
  22. Et le serviteur (revint) dire : « Maître, ce que vous avez commandé a été fait, et il y a encore de la place. »
  23. Et le maître dit au serviteur : « Va-t’en par les chemins et aux clôtures, et contrains (les gens) à entrer, afin que ma maison soit remplie.
  24. Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera à mon dîner. »
  25. Comme des foules nombreuses cheminaient avec lui, il se retourna et leur dit :
  26. « Si quelqu’un vient à moi et ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple.
  27. Quiconque ne porte pas sa croix et ne me suis pas, ne peut pas être mon disciple.
  28. Qui de vous, en effet, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour calculer la dépense, (pour voir) s’il a de quoi l’achever ?
  29. De peur qu’ayant posé le fondement et ne pouvant pas terminer, tous ceux qui verront (cela) ne se mettent à le ridiculiser,
  30. disant : « Cet homme a commencé à bâtir, et il n’a pu terminer ! »
  31. Ou quel roi, s’il va faire la guerre à un autre roi, ne s’assied d’abord pour délibérer s’il est capable de se heurter, avec dix mille hommes, à celui qui vient contre lui avec vingt mille ?
  32. S’il ne l’est pas, tandis qu’il est encore loin, il envoie une ambassade faire demande de paix.
  33. Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple.
  34. [Certes] le sel est bon ; mais si le sel s’affadit, avec quoi l’assaisonnera-t-on ?
  35. Inutile et pour la terre et pour le fumier, on le jette dehors. Qui a des oreilles pour entendre entende ! »

Chapitre 15[modifier]

  1. Tous les publicains et les pécheurs s’approchaient de lui pour l’entendre.
  2. Et les Pharisiens et les scribes murmuraient, disant : « Cet homme accueille des pécheurs et mange avec eux. »
  3. Et il dit à leur adresse cette parabole :
  4. « Qui d’entre vous, ayant cent brebis, s’il en perd une, ne laisse pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert, pour aller après celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il l’ait retrouvée ?
  5. Et quand il l’a retrouvée, il la met sur ses épaules tout joyeux et,
  6. de retour à la maison, il convoque les amis et les voisins et leur dit : « Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis qui était perdue. »
  7. Ainsi, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance.
  8. Ou bien, quelle est la femme ayant dix drachmes qui, si elle perd une drachme, n’allume une lampe, ne balaie la maison, et ne cherche avec soin jusqu’à ce qu’elle l’ait retrouvée ?
  9. et quand elle l’a retrouvée, elle convoque les amies et les voisines et leur dit : « Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé la drachme que j’avais perdue. »
  10. Ainsi, je vous le dis, il y a de la joie chez les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent. »
  11. Il dit encore : « Un homme avait deux fils.
  12. Le plus jeune dit à son père : « Mon père, donne-moi la part de biens qui doit me revenir. » Et il leur partagea son avoir.
  13. Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout réalisé, partit pour un pays lointain, et il y dissipa son bien en menant une vie de prodigue.
  14. Lorsqu’il eut tout dépensé, survint une grande famine dans ce pays, et il commença à sentir le besoin.
  15. Et il alla se mettre au service d’un habitant de ce pays, qui l’envoya dans ses champs paître des porcs.
  16. Et il eût bien voulu se remplir le ventre des caroubes que mangeaient les porcs, mais personne ne lui en donnait.
  17. Alors, rentrant en lui-même, il dit : « Combien de mercenaires de mon père ont du pain en trop, et moi, ici, je meurs de faim ! »
  18. Je me lèverai et j’irai à mon père, et je lui dirai : Mon père, j’ai péché contre le ciel et envers toi ;
  19. je ne suis plus digne d’être appelé ton fils : traite-moi comme l’un de tes mercenaires. »
  20. Et il se leva et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit ; et, touché de compassion, il courut, se jeta à son cou, et le couvrit de baisers.
  21. Le fils lui dit : « Mon père, j’ai péché contre le ciel et envers toi ; je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. »
  22. Mais le père dit à ses serviteurs : « Vite, apportez la plus belle robe et l’en revêtez ; mettez-lui un anneau au doigt et des chaussures aux pieds ;
  23. et amenez le veau gras, tuez-le ; et mangeons, festoyons :
  24. car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il a été retrouvé. » Et ils se mirent à festoyer.
  25. Or son fils aîné était aux champs. Quand, à son retour, il approcha de la maison, il entendit de la musique et des chœurs.
  26. Ayant appelé un des serviteurs, il s’enquit de ce que cela pouvait être.
  27. L’autre lui dit : « Votre frère est arrivé, et votre père a tué le veau gras, parce qu’il l’a recouvré bien portant. »
  28. Mais il se mit en colère, et il ne voulait pas entrer. Son père sortit pour l’en prier.
  29. Et il répondit à son père : « Voilà tant d’années que je te sers, sans avoir jamais transgressé un ordre de toi, et jamais tu ne m’as donné, à moi, un chevreau pour festoyer avec mes amis.
  30. Mais, quand est revenu ton fils que voilà, qui a dévoré ton avoir avec des courtisanes, tu as tué pour lui le veau gras ! »
  31. Il lui dit : « Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi.
  32. Mais il fallait festoyer et se réjouir, car ton frère que voici était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il a été retrouvé. »

Chapitre 16[modifier]

  1. Il disait aussi à ses disciples : « Il était un homme riche qui avait un intendant ; celui-ci lui fut dénoncé comme dissipant ses biens.
  2. Il l’appela et lui dit : « Qu’est-ce que j’entends dire de toi ? Rends compte de ton intendance, car tu ne pourras plus être intendant. »
  3. Or l’intendant se dit en lui-même : « Que ferai-je, puisque mon maître me retire l’intendance ? Bêcher, je n’en ai pas la force ; mendier, j’en ai honte.
  4. Je sais ce que je ferai pour que, quand je serai destitué de l’intendance, (il y ait des gens) qui me reçoivent chez eux. »
  5. Ayant convoqué chacun des débiteurs de son maître, il dit au premier : « Combien dois-tu à mon maître ? »
  6. Il dit : « Cent mesures d’huile. » Et il lui dit : « Prends ton billet, assieds-toi vite et écris : cinquante. »
  7. Ensuite il dit à un autre : « Et toi, combien dois-tu ? » Il dit : « Cent mesures de froment. » Et il lui dit : « Prends ton billet et écris : quatre-vingts. »
  8. Et le maître loua l’intendant malhonnête d’avoir agi d’une façon avisée. C’est que les enfants de ce siècle sont plus avisés à l’égard de ceux de leur espèce que les enfants de la lumière.
  9. Et moi je vous dis : Faites-vous des amis avec la Richesse malhonnête, afin que, lorsqu’elle viendra à manquer, ils vous reçoivent dans les pavillons éternels.
  10. Qui est fidèle dans les petites choses est fidèle aussi dans les grandes, et qui est malhonnête dans les petites choses est malhonnête aussi dans les grandes.
  11. Si donc vous n’avez pas été fidèles pour la Richesse malhonnête, qui vous confiera le (bien) véritable ?
  12. Et si vous n’avez pas été fidèles pour le (bien) d’autrui, qui vous donnera le vôtre ?
  13. Nul domestique ne peut servir deux maîtres : car ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et la Richesse. »
  14. Les Pharisiens, qui étaient amis de l’argent, écoutaient tout cela, et ils se moquaient de lui.
  15. Et il leur dit : « Vous, vous êtes ceux qui se font justes aux yeux des hommes ; mais Dieu connaît vos cœurs ; car ce qui est élevé parmi les hommes est abomination aux yeux de Dieu.
  16. Jusqu’à Jean, (c’était) la Loi et les prophètes ; depuis lors, le royaume de Dieu est annoncé et chacun le force pour y entrer.
  17. Mais il est plus facile que le ciel et la terre passent, que ne tombe un seul trait de la Loi.
  18. Quiconque répudie sa femme et en épouse une autre, commet l’adultère ; et celui qui épouse la femme répudiée par son mari, commet l’adultère.
  19. Il y avait un homme riche qui s’habillait de pourpre et de lin et qui, chaque jour, festoyait splendidement.
  20. Un pauvre, nommé Lazare, était couché à sa porte, couvert d’ulcères
  21. et désireux de se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; et même, les chiens venaient lécher ses ulcères.
  22. Or il arriva que le pauvre mourut, et il fut emporté par les anges dans le sein d’Abraham. Le riche aussi mourut, et on lui donna la sépulture.
  23. Dans l’enfer, il leva les yeux, en proie aux tourments, et il aperçut de loin Abraham, et Lazare dans son sein.
  24. Et il s’écria : « Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie Lazare pour qu’il trempe dans l’eau le bout de son doigt et me rafraîchisse la langue, car je souffre dans cette flamme. »
  25. Abraham dit : « Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et pareillement Lazare ses maux. Maintenant il est consolé ici, et toi tu souffres.
  26. Et avec tout cela, entre nous et vous a été établi un grand abîme, de sorte que ceux qui voudraient passer d’ici vers vous ne le pourraient pas, et que [ceux] de là-bas ne traversent pas non plus vers nous. »
  27. Et il dit : « Je te prie donc, père, de l’envoyer à la maison de mon père,
  28. — car j’ai cinq frères, — pour leur attester (ces choses) de peur qu’ils ne viennent, eux aussi, dans ce lieu de tourment. »
  29. Abraham dit : « Ils ont Moïse et les prophètes : qu’ils les écoutent ! »
  30. Il dit : « Non, père Abraham ; mais si quelqu’un de chez les morts va vers eux, ils se repentiront. »
  31. Il lui dit : « S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, même si quelqu’un ressuscitait d’entre les morts, ils ne seraient pas persuadés. »

Chapitre 17[modifier]

  1. Il dit à ses disciples : « On ne peut supposer qu’il n’arrivera pas de scandale ; mais malheur à celui par qui ils arrivent !
  2. Il serait plus utile pour lui qu’on lui suspende autour du cou une pierre de meule et qu’on le lance dans la mer, plutôt qu’il ne scandalise un de ces petits.
  3. Prenez garde pour vous-mêmes. Si ton frère vient à pécher, réprimande-le, et s’il se repent, pardonne-lui.
  4. Et quand il pécherait contre toi sept fois le jour, et que sept fois il revienne à toi, disant : « Je me repens, » tu lui pardonneras. »
  5. Et les apôtres dirent au Seigneur : « Augmentez notre foi ! »
  6. Le Seigneur (leur dit) : « Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à ce mûrier : « Déracine-toi, et replante-toi dans la mer, » et il vous obéirait.
  7. Qui d’entre vous, ayant un serviteur employé comme laboureur ou pâtre, lui dira à son retour des champs : « Vite, viens te mettre à table » ?
  8. Au contraire, ne lui dira-t-il pas : « Prépare-moi à dîner ; puis, tu te ceindras et tu me serviras jusqu’à ce que j’aie mangé et bu ; et après cela, toi, tu mangeras et boiras » ?
  9. Est-ce qu’il a de la reconnaissance à ce serviteur, parce qu’il a fait ce qui a été ordonné ?
  10. De même vous, quand vous aurez fait ce qui vous a été ordonné, dites : « Nous sommes des serviteurs inutiles ; nous avons fait ce que nous devions faire. »
  11. Et, comme il se rendait à Jérusalem, il passa par les confins de la Samarie et de la Galilée.
  12. Et alors qu’il entrait dans un village, vinrent à sa rencontre dix lépreux, qui se tinrent à distance ;
  13. et, élevant la voix, ils dirent : « Maître Jésus, ayez pitié de nous ! »
  14. Les ayant vus, il leur dit : « Allez vous montrer aux prêtres. » Et, comme ils y allaient, ils furent guéris.
  15. L’un d’entre eux, voyant qu’il était guéri, revint en glorifiant Dieu à haute voix,
  16. tomba à ses pieds la face contre terre et lui rendit grâces. Et c’était un Samaritain.
  17. Prenant la parole, Jésus dit : « Est-ce que les dix n’ont pas été guéris ? Et les neuf, où (sont-ils) ?
  18. Ne s’est-il trouvé parmi eux que cet étranger pour revenir rendre gloire à Dieu ? »
  19. Et il lui dit : « Lève-toi, va ; ta foi t’a sauvé. »
  20. Interrogé par les Pharisiens : « Quand vient le royaume de Dieu ? » il leur répondit, disant : « Le royaume de Dieu ne vient pas avec (des signes) à observer ;
  21. et on ne dira pas : « Il est ici ! » ou : « Il est là ! » car voici que le royaume de Dieu est au dedans de vous. »
  22. Il dit à ses disciples : « Viendra un temps où vous désirerez voir un seul des jours du Fils de l’homme, et vous ne le verrez point.
  23. On vous dira : « Il est là ! Il est ici ! » N’y allez pas, ne courez pas après.
  24. Car, comme l’éclair qui jaillit d’un point du ciel brille jusqu’à un autre point du ciel, ainsi en sera-t-il du Fils de l’homme, en son jour.
  25. Mais il faut d’abord qu’il souffre beaucoup et qu’il soit rejeté par cette génération.
  26. Et comme il arriva aux jours de Noé, ainsi arrivera-t-il aux jours du Fils de l’homme.
  27. On mangeait, on buvait, on épousait, on était épousé, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche, et le déluge vint qui les fit périr tous.
  28. Pareillement, comme il arriva aux jours de Lot : on mangeait, on buvait, on achetait, on vendait, on plantait, on bâtissait ;
  29. mais le jour où Lot sortit de Sodome, (Dieu) fit pleuvoir du ciel feu et soufre, et les fit périr tous.
  30. De même en sera-t-il au jour où le Fils de l’homme se révélera.
  31. Et en ce jour-là, que celui qui sera sur la terrasse, et dont les affaires seront dans la maison, ne descende pas pour les prendre ; et pareillement, que celui qui sera aux champs ne retourne pas en arrière.
  32. Souvenez-vous de la femme de Lot.
  33. Celui qui cherchera à conserver sa vie la perdra, et celui qui la perdra la gardera vivante.
  34. Je vous le dis : cette nuit-là, de deux (hommes) qui seront à la même table, l’un sera enlevé et l’autre laissé ;
  35. de deux femmes qui moudront ensemble, l’une sera enlevée et l’autre laissée. »
  36. Et prenant la parole, ils lui dirent : « Où Seigneur ? » Il leur dit : « Où sera le corps, là aussi se rassembleront les aigles. »

Chapitre 18[modifier]

  1. Et il leur disait une parabole sur la nécessité de toujours prier et de ne pas se lasser.
  2. Il dit : « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait point Dieu et n’avait point égard aux hommes.
  3. Et il y avait dans cette ville une veuve qui venait à lui et disait : « Fais-moi justice de mon adversaire. »
  4. Et pendant un temps il ne le voulait pas. Après quoi cependant il se dit en lui-même : « Encore que je ne craigne pas Dieu et que je n’aie pas égard aux hommes,
  5. néanmoins, parce que cette veuve m’importune, je lui ferai justice, pour qu’elle ne vienne pas me rompre la tête éternellement. »
  6. Et le Seigneur dit : « Ecoutez ce que dit le juge inique !
  7. Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus qui crient à lui nuit et jour, lui qui use de patience envers eux ?
  8. Je vous le dis, il leur fera justice promptement. Seulement, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? »
  9. Il dit encore cette parabole à l’adresse de certains qui avaient en eux-mêmes la conviction d’être justes et qui méprisaient les autres :
  10. « Deux hommes montèrent au temple pour prier, l’un Pharisien et l’autre publicain.
  11. Le Pharisien, s’étant arrêté, priait ainsi en lui-même : « O Dieu, je vous rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont rapaces, injustes, adultères, ni encore comme ce publicain.
  12. Je jeûne deux fois la semaine ; je paie la dîme de tout ce que j’acquiers. »
  13. Le publicain, se tenant à distance, n’osait pas même lever les yeux au ciel ; mais il se frappait la poitrine en disant : « O Dieu, ayez pitié de moi le pécheur ! »
  14. Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que celui-là ; car quiconque s’élève sera abaissé, et qui s’abaisse sera élevé. »
  15. On lui amenait aussi les tout petits pour qu’il les touchât ; ce que voyant, les disciples les gourmandaient.
  16. Mais Jésus les appela à lui, disant : « Laissez les petits enfants venir à moi, et ne les en empêchez pas ; car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.
  17. Je vous le dis, en vérité : qui ne recevra pas comme un petit enfant le royaume de Dieu n’y entrera point. »
  18. Et certain chef lui demanda : « Bon Maître, en quoi faisant entrerai-je en possession de la vie éternelle ? »
  19. Jésus lui dit : « Pourquoi m’appelles-tu bon ? Nul n’est bon que Dieu seul.
  20. Tu connais les commandements : Ne commets pas l’adultère, ne tue pas, ne dérobe pas, ne porte pas de faux témoignage, honore ton père et ta mère. »
  21. Il dit : « J’ai observé tous ces (commandements) depuis ma jeunesse. »
  22. Ayant entendu (cela), Jésus dit : « Une chose encore te fait défaut : vends tout ce que tu as, distribue-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux ; puis viens, et suis-moi. »
  23. Lorsqu’il eut entendu cela, il devint tout triste, car il était fort riche.
  24. Le voyant (triste), Jésus dit : « Combien difficilement ceux qui ont les richesses pénétreront dans le royaume de Dieu !
  25. Il est, en effet, plus aisé pour un chameau de passer par le trou d’une aiguille, que pour un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. »
  26. Ceux qui entendaient dirent : « Et qui peut être sauvé ? »
  27. Il dit : « Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu. »
  28. Et Pierre dit : « Voici que nous, quittant ce que nous avions, nous vous avons suivi. »
  29. Il leur dit : « Je vous le dis, en vérité, nul n’aura quitté maison, ou femme, ou frères, ou parents, ou enfants, à cause du royaume de Dieu,
  30. qui ne reçoive plusieurs fois autant en ce temps-ci, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle. »
  31. Prenant auprès de lui les Douze, il leur dit : « Voici que nous montons à Jérusalem et que va s’accomplir pour le Fils de l’homme tout ce qui a été écrit par les prophètes.
  32. En effet, il sera livré aux Gentils, sera bafoué, sera outragé, et sera couvert de crachats ;
  33. et, après l’avoir flagellé, on le fera mourir, et il ressuscitera le troisième jour. »
  34. Et eux ne comprirent rien à cela ; c’était pour eux un langage caché et ils ne savaient pas ce qui (leur) était dit.
  35. Comme il approchait de Jéricho, il se trouva qu’un aveugle était assis sur le bord du chemin, qui mendiait.
  36. Entendant passer la foule, il demanda ce que c’était.
  37. On l’informa que c’était Jésus de Nazareth qui passait.
  38. Et il s’écria : « Jésus, fils de David, ayez pitié de moi ! »
  39. Ceux qui marchaient devant lui commandèrent avec force de faire silence ; mais il criait beaucoup plus fort : « Fils de David, ayez pitié de moi ! »
  40. Jésus, s’étant arrêté, ordonna qu’on le lui amenât ; et quand il se fut approché, il lui demanda :
  41. « Que veux-tu que je te fasse ? » Il dit : « Seigneur, que je voie ! »
  42. Et Jésus lui dit : « Vois ! Ta foi t’a sauvé. »
  43. Et à l’instant il vit, et il le suivait en glorifiant Dieu. Et tout le peuple, à cette vue donna louange à Dieu.

Chapitre 19[modifier]

  1. Etant entré dans Jéricho, il traversait (la ville).
  2. Et voici qu’un homme appelé du nom de Zachée, qui était un publicain-chef et qui était riche,
  3. cherchait à voir Jésus, qui il était ; et il ne le pouvait pas à cause de la foule, car il était petit de taille.
  4. Courant en avant, il monta sur un sycomore pour le voir, car il devait passer par là.
  5. Quand il arriva à cet endroit, Jésus leva les yeux et lui dit : « Zachée, hâte-toi de descendre, car aujourd’hui il faut que je demeure dans ta maison. »
  6. Il se hâta de descendre et le reçut avec joie.
  7. Ce que voyant, ils murmuraient tous, disant : « Il est entré pour loger chez un pécheur. »
  8. Or Zachée, s’étant arrêté, dit au Seigneur : « Voici, Seigneur, je donne aux pauvres la moitié de mes biens ; et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je rends le quadruple. »
  9. Jésus lui dit : « Le salut est arrivé aujourd’hui pour cette maison, parce que lui aussi est fils d’Abraham.
  10. Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »
  11. Comme ils écoutaient cela, il ajouta une parabole, parce qu’il était proche de Jérusalem et qu’ils pensaient que le royaume de Dieu allait apparaître aussitôt.
  12. Il dit donc : « Un homme de haute naissance s’en alla dans un pays lointain pour recevoir la dignité royale et revenir ensuite.
  13. Ayant appelé dix de ses serviteurs, il leur donna dix mines et leur dit : « Faites-les valoir jusqu’à ce que je revienne. »
  14. Or ses concitoyens le haïssaient, et ils envoyèrent une députation derrière lui pour dire : « Nous ne voulons pas de celui-là pour notre roi. »
  15. Quand il fut de retour, après avoir reçu la dignité royale, il se fit appeler ces serviteurs auxquels il avait donné l’argent, pour savoir quel profit chacun en avait tiré.
  16. Le premier se présenta et dit : « Seigneur, votre mine a rapporté dix mines. »
  17. Il lui dit : « Très bien, bon serviteur ; puisque tu as été fidèle en chose infime, tu auras le gouvernement de dix villes. »
  18. Le second vint et dit : « Votre mine, Seigneur, a produit cinq mines. »
  19. A lui aussi il dit : « Et toi, deviens gouverneur de cinq villes. »
  20. Et un autre vint et dit : « Seigneur, voici votre mine que j’ai tenue serrée dans un linge.
  21. Car j’avais peur de vous, parce que vous êtes un homme dur : vous retirez ce que vous n’avez pas mis en dépôt, et vous moissonnez ce que vous n’avez pas semé. »
  22. Il lui dit : « Je te juge sur ce qui vient de ta bouche, mauvais serviteur ! Tu savais que je suis un homme dur, retirant ce que je n’ai pas mis en dépôt et moissonnant ce que je n’ai pas semé ;
  23. alors pourquoi n’as-tu pas mis mon argent à la banque ? Et à mon retour, je l’aurais recouvré avec un intérêt. »
  24. Et il dit à ceux qui étaient là : « Otez-lui la mine et donnez-la à celui qui a dix mines. »
  25. Ils lui dirent : « Seigneur, il a (déjà) dix mines ! »
  26. (Il répliqua) : « Je vous le dis : A celui qui a on donnera ; mais à celui qui n’a pas, on ôtera même ce qu’il a.
  27. Quant à mes ennemis, ceux qui n’ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et égorgez-les devant moi. »
  28. Après avoir dit cela, il marchait en tête, montant à Jérusalem.
  29. Lorsqu’il approcha de Bethphagé et de Béthanie, près du mont appelé des Oliviers, il envoya deux de ses disciples,
  30. en disant : « Allez au village qui est en face ; en y entrant, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel aucun homme ne s’est jamais assis ; après l’avoir détaché, amenez-le.
  31. Et si quelqu’un vous demande : « Pourquoi le détachez-vous ? » vous direz ainsi : « Le Seigneur en a besoin. » »
  32. S’en étant allés, ceux qui étaient envoyés trouvèrent (les choses) comme il leur avait dit.
  33. Comme ils détachaient l’ânon, ses maîtres leur dirent : « Pourquoi détachez-vous l’ânon ? »
  34. Ils dirent : « Le Seigneur en a besoin. »
  35. Et ils l’amenèrent à Jésus ; puis, ayant jeté leurs manteaux sur l’ânon, ils firent monter Jésus.
  36. Tandis qu’il avançait, ils étendaient leurs manteaux sur le chemin.
  37. Lorsqu’il était déjà proche de la descente du mont des Oliviers, toute la troupe des disciples transportés de joie se mirent à louer Dieu à haute voix pour tous les miracles qu’ils avaient vus,
  38. disant : « Béni soit celui qui vient, le roi, au nom du Seigneur ! Paix dans le ciel, et gloire au plus haut des cieux ! »
  39. De la foule quelques Pharisiens lui dirent : « Maître, réprimandez vos disciples ! »
  40. Il répondit : « Je vous les dis, si ceux-ci se taisent, les pierres crieront. »
  41. Et quand il fut proche, voyant la ville, il pleura sur elle,
  42. disant : « Si, en ce jour, tu avais connu, toi aussi, ce qui était pour (ta) paix ! Mais maintenant cela demeure caché à tes yeux.
  43. Car vont venir sur toi des jours où tes ennemis établiront contre toi un retranchement, t’investiront et te serreront de toute part ;
  44. ils t’abattront à terre, ainsi que tes enfants (qui sont) chez toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas connu le moment où tu as été visitée. »
  45. Etant entré dans le temple, il se mit à chasser ceux qui vendaient,
  46. leur disant : « Il est écrit : Et ma maison sera maison de prière, et vous en avez fait une caverne de voleurs. »
  47. Et il enseignait chaque jour dans le temple. Les grands prêtres et les scribes cherchaient à le faire périr, ainsi que les chefs du peuple ;
  48. mais ils ne trouvaient pas ce qu’ils pourraient faire, car le peuple entier était, en l’écoutant, suspendu à ses lèvres.

Chapitre 20[modifier]

  1. Or un jour, comme il enseignait le peuple dans le temple et annonçait la bonne nouvelle, survinrent les grands prêtres et les scribes avec les anciens,
  2. et ils lui dirent : « Dites-nous, par quel pouvoir faites-vous cela ? ou qui est celui qui vous a donné ce pouvoir ? »
  3. Il leur répondit : « Moi aussi, je vous demanderai une chose. Dites-moi :
  4. Le baptême de Jean, était-il du ciel ou des hommes ? »
  5. Mais ils se firent en eux-mêmes cette réflexion : « Si nous disons : « Du ciel, » il dira : « Pourquoi n’avez-vous pas cru en lui ? »
  6. Et si nous disons : « Des hommes, » le peuple entier nous lapidera, car il est persuadé que Jean était un prophète. »
  7. Ils répondirent donc qu’ils ne savaient d’où (il était).
  8. Et Jésus leur dit : « Moi non plus, je ne vous dis pas par quel pouvoir je fais cela. »
  9. Et il se mit à dire au peuple cette parabole : « Un homme planta une vigne et l’afferma à des vignerons ; puis il partit en voyage pour un long temps.
  10. Au temps (voulu), il envoya un serviteur aux vignerons pour qu’ils lui donnassent (sa part) du fruit de la vigne. Mais les vignerons, l’ayant battu, le renvoyèrent les mains vides.
  11. Il dépêcha encore un autre serviteur ; mais, l’ayant aussi battu, ils le chargèrent d’outrages et le renvoyèrent les mains vides.
  12. Il en dépêcha encore un troisième ; mais, lui aussi, ils le blessèrent et le jetèrent dehors.
  13. Le maître de la vigne dit : « Que ferai-je ? Je dépêcherai (vers eux) mon fils bien-aimé ; peut-être auront-ils égard à lui. »
  14. Mais, quand les vignerons le virent, ils se firent les uns aux autres cette réflexion : « Voici l’héritier ; tuons-le pour que l’héritage devienne nôtre. »
  15. Et l’ayant jeté hors de la vigne, ils le tuèrent. Que leur fera donc le maître de la vigne ?
  16. Il viendra et fera périr ces vignerons, et il donnera la vigne à d’autres. » Ce qu’ayant entendu, ils dirent : « A Dieu ne plaise ! »
  17. Mais, fixant le regard sur eux, il dit : « Qu’est-ce donc que cette Ecriture : La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue tête d’angle ?
  18. Quiconque tombe sur cette pierre sera brisé ; et celui sur qui elle tombera, elle l’écrasera. »
  19. Les scribes et les grands prêtres cherchèrent à mettre la main sur lui à l’heure même, mais ils craignirent le peuple ; ils avaient compris, en effet, qu’il avait dit cette parabole à leur adresse.
  20. Ils l’épièrent et lui envoyèrent des gens apostés qui feignirent d’être justes, pour le prendre en faute en parole, afin de pouvoir le livrer à l’autorité et au pouvoir du gouverneur.
  21. Et ils l’interrogèrent, disant : « Maître, nous savons que vous parlez et enseignez avec droiture, et que vous ne faites acception de personne, mais que vous enseignez la voie de Dieu en (toute) vérité.
  22. Nous est-il permis, ou non, de payer l’impôt à César ? »
  23. Ayant compris leur fourberie, il leur dit : « Pourquoi me tentez-vous ?
  24. Montrez-moi un denier. De qui porte-t-il image et inscription ? » Ils dirent : « De César. »
  25. Et il leur dit : « Ainsi donc, rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »
  26. Et ils ne purent le prendre en faute pour un mot devant le peuple ; et, pris d’admiration pour sa réponse, ils gardèrent le silence.
  27. Quelques-uns des Sadducéens, qui soutiennent qu’il n’y a pas de résurrection, s’approchèrent et lui posèrent cette question :
  28. « Maître, Moïse nous a prescrit : Si le frère de quelqu’un meurt ayant femme, et qu’il soit sans enfant, que son frère prenne la femme et suscite une postérité à son frère.
  29. Il y avait donc sept frères ; le premier prit femme et mourut sans enfant.
  30. Le second,
  31. puis le troisième, la prirent ; pareillement les sept ne laissèrent pas d’enfant et moururent.
  32. Après, la femme aussi mourut.
  33. Cette femme donc, à la résurrection, duquel d’entre eux devient-elle femme, car les sept l’ont eue pour femme ? »
  34. Jésus leur dit : « Les enfants de ce siècle épousent et sont épousés ;
  35. mais ceux qui ont été jugés dignes de parvenir au siècle à venir et à la résurrection des morts n’épousent pas et ne sont pas épousés ;
  36. aussi bien ne peuvent-ils plus mourir : ils sont en effet semblables aux anges, et ils sont enfants de Dieu, étant enfants de la résurrection.
  37. Mais que les morts ressuscitent, Moïse aussi l’a indiqué, au passage du Buisson, lorsqu’il dit : Le Seigneur, Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac et Dieu de Jacob.
  38. Or il n’est pas Dieu de morts, mais de vivants, car pour lui, tous sont vivants. »
  39. Quelques-uns des scribes, prenant la parole, dirent : « Maître, vous avez bien parlé. »
  40. Et ils n’osaient plus lui poser aucune question.
  41. Il leur dit : « Comment peut-on dire que le Christ est fils de David ?
  42. Car David lui-même dit dans le livre des Psaumes : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite,
  43. jusqu’à ce que j’aie mis tes ennemis (comme) escabeau de tes pieds.
  44. David l’appelle donc « Seigneur ; » comment alors est-il son fils ? »
  45. Tandis que tout le peuple l’écoutait, il dit à ses disciples :
  46. « Défiez-vous des scribes, qui aiment à se promener en robes longues, qui recherchent les premiers sièges dans les synagogues et les premières places dans les repas,
  47. qui dévorent les maisons des veuves et affectent de prier longuement : ces gens-là subiront une condamnation plus forte. »

Chapitre 21[modifier]

  1. En regardant, il vit les riches qui mettaient leurs offrandes dans le Trésor.
  2. Il vit aussi une veuve misérable qui y mettait deux petites pièces,
  3. et il dit : « Vraiment, je vous le dis, cette pauvre veuve a mis plus que tous.
  4. Car toux ceux-là, c’est de leur superflu qu’ils ont mis aux offrandes à Dieu ; mais elle, c’est de son indigence qu’elle a mis tous les moyens de subsistance qu’elle avait. »
  5. Comme quelques-uns disaient du temple qu’il était orné de belles pierres et d’offrandes votives, il dit :
  6. « Des jours viendront où, de ce que vous regardez, il ne sera pas laissé pierre sur pierre qui ne soit renversée. »
  7. Et ils l’interrogèrent, disant : « Maître, quand donc ces choses arriveront-elles, et quel sera le signe quand ces choses seront près d’avoir lieu ? »
  8. Il dit : « Prenez garde qu’on ne vous induise en erreur. Car beaucoup viendront sous mon nom, disant : « C’est moi, » et « Le temps est arrivé. » N’allez pas à leur suite.
  9. Quand vous entendrez parler de guerres et de bouleversements, ne soyez pas terrifiés ; car il faut que cela arrive d’abord ; mais ce n’est pas tout de suite la fin. »
  10. Il leur dit alors : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume.
  11. Il y aura de grands tremblements de terre et, par endroits, des pestes et des famines, et il y aura des choses effrayantes et de grands signes (venant) du ciel.
  12. Mais, avant tout cela, on mettra la main sur vous, on vous poursuivra, on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous emmènera devant rois et gouverneurs, à cause de mon nom.
  13. (Cela) aboutira pour vous au témoignage.
  14. Prenez donc la résolution de ne pas vous exercer par avance à vous défendre,
  15. car moi, je vous donnerai bouche et science, auxquelles tous vos adversaires ne pourront ni résister ni contredire.
  16. Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, vos proches et vos amis, et ils en feront mettre à mort d’entre vous.
  17. Vous serez en haine à tous à cause de mon nom.
  18. Et pas un cheveu de votre tête ne périra.
  19. C’est par votre constance que vous gagnerez vos âmes.
  20. Mais lorsque vous verrez des armées investir Jérusalem, sachez alors que sa désolation est arrivée.
  21. Alors, que ceux (qui seront) dans la Judée s’enfuient dans les montagnes, que ceux (qui seront) dans la (ville) s’en éloignent, et que ceux (qui seront) dans les campagnes n’y rentrent pas.
  22. Car ce seront des jours de châtiment, en accomplissement de tout ce qui est écrit.
  23. Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là, car il y aura grande détresse sur la terre et colère contre ce peuple !
  24. Ils tomberont au fil de l’épée et ils seront emmenés captifs dans toutes les nations, et Jérusalem sera foulée aux pieds par les Gentils, jusqu’à ce que les temps des Gentils soient accomplis.
  25. Et il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les astres, et, sur la terre, une angoisse des nations inquiètes du fracas de la mer et de son agitation,
  26. les hommes expirant de frayeur et d’anxiété pour ce qui doit arriver à l’univers, car les puissances des cieux seront ébranlées.
  27. Alors on verra le Fils de l’homme venant dans une nuée avec grande puissance et grande gloire.
  28. Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et relevez la tête, parce que votre délivrance approche. »
  29. Et il leur dit une parabole : « Voyez le figuier et tous les arbres :
  30. quand déjà ils bourgeonnent, à cette vue vous savez de vous-mêmes que déjà l’été est proche.
  31. Ainsi, quand vous verrez ces choses arriver, sachez que le royaume de Dieu est proche.
  32. Je vous le dis, en vérité, cette génération ne passera point que toutes (ces) choses ne soient arrivées.
  33. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.
  34. Prenez garde à vous-mêmes, de peur que vos cœurs ne s’alourdissent dans les excès de table, l’ivrognerie et les soucis de la vie, et que ce jour ne fonde sur vous à l’improviste,
  35. comme un filet ; car il viendra sur tous ceux qui habitent sur la face de la terre entière.
  36. Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous soyez en état d’échapper à tout ce qui doit arriver et de vous maintenir devant le Fils de l’homme. »
  37. Pendant le jour, il enseignait dans le temple, mais il en sortait pour aller passer la nuit au mont dit des Oliviers.
  38. Et tout le peuple, de bon matin, venait à lui dans le temple pour l’écouter.

Chapitre 22[modifier]

  1. Or la fête des Azymes, qu’on appelle Pâque, approchait ;
  2. et les grands prêtres et les scribes cherchaient comment ils pourraient le faire périr ; car ils craignaient le peuple.
  3. Or Satan entra dans Judas, surnommé Iscariote, qui était du nombre des Douze.
  4. Et il s’en alla conférer avec les grands prêtres et les commandants (du temple) sur le moyen de le leur livrer.
  5. Ils furent dans la joie et convinrent de lui donner de l’argent.
  6. Il se dit d’accord ; et il cherchait une occasion favorable pour le leur livrer sans tumulte de foule.
  7. Vint le jour des Azymes, où l’on devait sacrifier la pâque.
  8. Il envoya Pierre et Jean, disant : « Allez nous faire les préparatifs de la pâque pour que nous la mangions. »
  9. Ils lui dirent : « Où voulez-vous que nous fassions les préparatifs ? »
  10. Il leur dit : « Voici : en entrant dans la ville, vous rencontrerez un homme portant une cruche d’eau ; suivez-le dans la maison où il pénétrera,
  11. et vous direz au maître de la maison : « Le Maître te fait dire : Où est la salle, où je pourrai manger la pâque avec mes disciples ? »
  12. Et il vous montrera une chambre du haut, vaste et meublée : faites là les préparatifs. »
  13. Ils partirent et trouvèrent (les choses) comme il le leur avait dit ; et ils firent les préparatifs de la pâque.
  14. Quand l’heure fut venue, il se mit à table et les apôtres avec lui ;
  15. et il leur dit : « J’ai ardemment désiré manger cette pâque avec vous avant de souffrir.
  16. Car, je vous le dis, je ne la mangerai plus jusqu’à ce qu’elle soit accomplie dans le royaume de Dieu. »
  17. Et, prenant une coupe, il rendit grâces et dit : « Prenez-la et partagez entre vous.
  18. Car, je vous le dis, je ne boirai plus désormais du produit de la vigne, jusqu’à ce que le royaume de Dieu soit venu. »
  19. Et il prit du pain, et, après avoir rendu grâces, il le rompit et le leur donna, en disant : « Ceci est mon corps, donné pour vous. Faites ceci en mémoire de moi. »
  20. Et pareillement (pour) la coupe, après qu’ils eurent soupé, en disant : « Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, répandu pour vous.
  21. Cependant voici que la main de celui qui me trahit est avec moi sur la table.
  22. Car le Fils de l’homme s’en va selon ce qui est décrété ; mais malheur à l’homme par qui il est trahi ! »
  23. Et ils se mirent à se demander entre eux qui pouvait bien être celui d’entre eux qui allait faire cela.
  24. Il y eut aussi parmi eux une dispute : lequel d’entre eux devait passer pour le plus grand.
  25. Et il leur dit : « Les rois des nations leur commandent en maîtres, et ceux qui exercent empire sur elles se font appeler Bienfaiteurs.
  26. Vous, (ne faites) pas ainsi ; mais que le plus grand parmi vous devienne comme le plus jeune, et celui qui gouverne comme celui qui sert.
  27. Qui, en effet, est le plus grand, celui qui est à table ou celui qui sert ? N’est-ce pas celui qui est à table ? Or moi, au milieu de vous, je suis comme celui qui sert.
  28. Vous, vous êtes ceux qui sont demeurés constamment avec moi dans mes épreuves ;
  29. et moi, je vous attribue la royauté comme mon Père me l’a attribuée,
  30. afin que vous mangiez et buviez à ma table dans mon royaume ; et vous siégerez sur des trônes, jugeant les douze tribus d’Israël.
  31. Simon, Simon, voici que Satan vous a réclamés pour vous passer au crible comme le froment.
  32. Mais moi, j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point ; et toi, quand tu seras revenu, affermis tes frères. »
  33. Il lui dit : « Seigneur, je suis prêt à aller avec vous et en prison et à la mort. »
  34. Mais il dit : « Je te le dis, Pierre, le coq ne chantera pas aujourd’hui que tu n’aies trois fois nié me connaître. »
  35. Et il leur dit : « Quand je vous ai envoyés sans bourse, ni besace, ni sandales, avez-vous manqué de quelque chose ? » Ils dirent : « De rien. »
  36. Il leur dit : « Mais maintenant, que celui qui a une bourse la prenne, et de même la besace ; et que celui qui n’a pas de glaive vende son manteau et en achète un.
  37. Car, je vous le dis, il faut encore que cette Ecriture s’accomplisse en moi : Et il a été compté parmi les malfaiteurs. Aussi bien, ce qui me concerne touche à sa fin. »
  38. Ils lui dirent : « Seigneur, voici ici deux glaives. » Il leur dit : « C’est assez. »
  39. Etant sorti, il s’en alla, comme de coutume, vers le mont des Oliviers ; les disciples aussi l’accompagnèrent.
  40. Lorsqu’il fut à l’endroit, il leur dit : « Priez afin de ne pas entrer en tentation. »
  41. Et il s’éloigna d’eux environ d’un jet de pierre ; et, s’étant mis à genoux, il priait, disant :
  42. « Père, si vous voulez, détournez de moi ce calice. Cependant, que ce ne soit pas ma volonté, mais la vôtre qui soit faite. »
  43. Et lui apparut, (venant) du ciel, un ange qui le réconfortait.
  44. Et, se trouvant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des gouttes de sang, qui tombaient sur la terre.
  45. S’étant relevé de (sa) prière, il vint vers les disciples, qu’il trouva plongés dans le sommeil à cause de la tristesse.
  46. Et il leur dit : « Pourquoi dormez-vous ? Levez-vous et priez, afin que vous n’entriez point en tentation. »
  47. Comme il parlait encore, voici (venir) une foule, et le nommé Judas, l’un des Douze, les précédait. Il s’approcha de Jésus pour lui donner un baiser.
  48. Et Jésus lui dit : « Judas, c’est par un baiser que tu livres le Fils de l’homme ! »
  49. Ceux qui étaient autour de lui, voyant ce qui allait arriver, dirent : « Seigneur, si nous frappions du glaive ? »
  50. Et l’un d’eux frappa le serviteur du grand prêtre et lui emporta l’oreille droite.
  51. Jésus répondit : « Laissez (faire) jusque là ! » Et touchant l’oreille, il le guérit.
  52. Et Jésus dit à ceux qui étaient venus contre lui, grands prêtres, commandants du temple et anciens : « Comme contre un brigand, vous êtes sortis avec des glaives et des bâtons !
  53. Alors que chaque jour j’étais avec vous dans le temple, vous n’avez pas porté les mains sur moi. Mais c’est (maintenant) votre heure et la puissance des Ténèbres. »
  54. S’étant saisis de lui, ils l’emmenèrent et le firent entrer dans la maison du grand prêtre. Or Pierre suivait de loin.
  55. Ayant allumé du feu au milieu de la cour, ils s’assirent autour, et Pierre s’assit parmi eux.
  56. Une servante, qui le vit assis près de la flamme, le dévisagea et dit : « Celui-là aussi était avec lui. »
  57. Mais il nia, en disant : « Femme, je ne le connais point. »
  58. Un peu après, un autre, l’ayant vu, dit : « Toi aussi, tu en es. » Mais Pierre dit : « Homme, je n’en suis point. »
  59. Et une heure environ s’étant écoulée, un autre affirma avec force : « Pour sûr, celui-là aussi était avec lui ; aussi bien, il est Galiléen. »
  60. Pierre dit : « Homme, je ne sais ce que tu dis. » Et à l’instant, comme il parlait encore, un coq chanta.
  61. Et le Seigneur, s’étant retourné, arrêta son regard sur Pierre, et Pierre se souvint de la parole du Seigneur, comme il lui avait dit : « Avant que le coq ait chanté aujourd’hui, tu me renieras trois fois. »
  62. Et étant sorti, il pleura amèrement.
  63. Et ceux qui le tenaient se moquaient de lui et le frappaient.
  64. Et lui ayant voilé (le visage), ils l’interrogeaient, disant : « Prophétise ! Quel est celui qui t’a frappé ? »
  65. Et ils proféraient contre lui beaucoup d’autres injures.
  66. Quand il fit jour, se réunit le conseil des anciens du peuple, grands prêtres et scribes ; et ils l’amenèrent à leur tribunal.
  67. Ils dirent : « Si tu es le Christ, dis-le-nous. » Il leur dit : « Si je vous le dis, vous ne le croirez pas ;
  68. et si je vous interroge, vous ne répondrez pas.
  69. Mais dès maintenant le Fils de l’homme sera assis à la droite de la puissance de Dieu. »
  70. Ils dirent tous : « Tu es donc le Fils de Dieu ? » Il leur répondit : « Vous le dites : je le suis. »
  71. Et ils dirent : « Qu’avons-nous encore besoin de témoignage ? Car nous l’avons nous-mêmes entendu de sa bouche. »

Chapitre 23[modifier]

  1. Alors toute l’assemblée s’étant levée, ils le menèrent à Pilate ;
  2. et ils se mirent à l’accuser, en disant : « Nous avons trouvé que cet homme détourne notre nation en l’empêchant de payer les impôts à César et en disant de lui-même qu’il est Christ-roi. »
  3. Pilate l’interrogea, disant : « Es-tu le roi des Juifs ? » Jésus lui répondit : « Tu le dis. »
  4. Pilate dit aux grands prêtres et aux foules : « Je ne trouve rien de coupable en cet homme. »
  5. Mais eux insistaient avec force, disant : « Il soulève le peuple, enseignant par toute la Judée, depuis la Galilée, où il a commencé, jusqu’ici. »
  6. A ces mots, Pilate demanda si l’homme était Galiléen ;
  7. et apprenant qu’il était de la juridiction d’Hérode, il le renvoya à Hérode, qui, lui aussi, était à Jérusalem en ces jours-là.
  8. Hérode, en voyant Jésus, se réjouit fort, car depuis longtemps il avait le désir de le voir, pour ce qu’il entendait dire de lui, et il espérait lui voir faire quelque miracle.
  9. Il lui adressa beaucoup de questions, mais lui ne répondit rien.
  10. Or les grands prêtres et les scribes se trouvaient là, l’accusant avec force.
  11. Hérode le traita avec mépris, ainsi que ses hommes d’armes, se moqua de lui et, après l’avoir revêtu d’un vêtement de couleur éclatante, il le renvoya à Pilate.
  12. En ce jour même, Hérode et Pilate devinrent amis, eux qui auparavant étaient en inimitié entre eux.
  13. Pilate, ayant convoqué les grands prêtres, les chefs et le peuple,
  14. leur dit : « Vous m’avez amené cet homme comme détournant le peuple ; or j’ai instruit l’affaire devant vous et je n’ai rien trouvé de coupable en cet homme quant aux choses dont vous l’accusez ;
  15. ni Hérode non plus, car il nous l’a renvoyé ; c’est bien qu’il n’a rien fait qui mérite la mort.
  16. Je le relâcherai donc après l’avoir fait châtier. »
  17. Or il était obligé, à chaque fête, de leur relâcher quelqu’un.
  18. Mais tous ensemble ils crièrent : « Fais mourir celui-ci, et relâche-nous Barabbas ! »
  19. lequel était en prison à cause d’une sédition qui avait eu lieu dans la ville et d’un meurtre.
  20. Et de nouveau Pilate, qui désirait relâcher Jésus, s’adressa à eux ;
  21. mais ils clamaient, disant : « Crucifie ! crucifie-le ! »
  22. Pour la troisième fois, il leur dit : « Qu’a-t-il donc fait de mal ? Je n’ai rien trouvé en lui qui mérite la mort. Donc, après l’avoir fait châtier, je le relâcherai. »
  23. Mais ils insistaient avec de grands cris, demandant qu’il fût crucifié, et leurs cris allaient grandissant.
  24. Alors Pilate décréta qu’il serait fait selon leur demande.
  25. Il relâcha celui qui avait été mis en prison pour sédition et meurtre, qu’ils demandaient, et il livra Jésus à leur volonté.
  26. Comme ils l’emmenaient, ils saisirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait de la campagne, et ils le chargèrent de la croix, pour qu’il la portât derrière Jésus.
  27. Or, il était suivi d’une grande masse du peuple et de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui.
  28. Se tournant vers elles, Jésus dit : « Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi, mais pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants,
  29. car voici venir des jours où l’on dira : Heureuses les stériles, et les entrailles qui n’ont point enfanté et les mamelles qui n’ont point allaité !
  30. Alors on se mettra à dire aux montagnes : Tombez sur nous ! et aux collines : Recouvrez-nous !
  31. Car, si l’on traite ainsi le bois vert, qu’en sera-t-il du sec ? »
  32. On menait aussi deux autres, des malfaiteurs, pour être exécutés avec lui.
  33. Lorsqu’ils furent arrivés au lieu appelé Calvaire, ils l’y crucifièrent, ainsi que les malfaiteurs, l’un à droite, l’autre à gauche.
  34. Et Jésus disait : « Père, pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. » Et se partageant ses vêtements, ils les tirèrent au sort.
  35. Le peuple se tenait là et regardait. Même les chefs raillaient, disant : « Il en a sauvé d’autres, qu’il se sauve lui-même, s’il est le Christ de Dieu, l’Elu ! »
  36. Les soldats aussi se moquèrent de lui, s’avançant pour lui présenter du vinaigre, et disant :
  37. « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! »
  38. Il y avait aussi au-dessus de lui une inscription en caractères grecs, latins et hébraïques : « Celui-ci est le roi des Juifs. »
  39. Or, l’un des malfaiteurs, mis en croix l’injuriait, disant : « N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même et sauve-nous ! »
  40. Mais l’autre le reprenait, disant : « Tu n’as pas même la crainte de Dieu, toi qui subis la même condamnation !
  41. Pour nous, c’est justice, car nous recevons ce que méritent les choses que nous avons faites ; mais lui n’a rien fait de mal. »
  42. Et il dit : « Jésus, souvenez-vous de moi, quand vous reviendrez avec votre royauté. »
  43. Et il lui dit : « Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis. »
  44. Il était alors environ la sixième heure, et il se fit des ténèbres sur la terre entière jusqu’à la neuvième heure,
  45. le soleil s’étant éclipsé, et le voile du sanctuaire se fendit par le milieu.
  46. Et Jésus clama d’une voix forte : « Père, je remets mon esprit entre vos mains. » Et, ce disant, il expira.
  47. Le centurion, ayant vu ce qui s’était passé, glorifia Dieu, disant : « Réellement, cet homme était un juste. »
  48. Et toutes les foules rassemblées à ce spectacle, après voir regardé ce qui s’était passé, s’en retournaient en se frappant la poitrine.
  49. Tous ceux de sa connaissance se tenaient à distance, ainsi que les femmes qui l’avaient suivi depuis la Galilée, pour voir (tout) cela.
  50. Et alors un homme, nommé Joseph, qui était membre du conseil, homme bon et juste,
  51. — il n’avait donné son assentiment à leur résolution ni à leur acte, — d’Arimathie, ville juive, qui attendait le royaume de Dieu,
  52. cet (homme) alla trouver Pilate pour lui demander le corps de Jésus ;
  53. il le descendit, l’enveloppa d’un linceul, et le déposa dans un sépulcre taillé dans le roc, où personne n’avait encore été mis.
  54. C’était le jour de Préparation, et le sabbat commençait.
  55. Ayant suivi (Joseph), les femmes qui étaient venues de la Galilée avec (Jésus), considérèrent le sépulcre et comment son corps (y) avait été déposé.
  56. S’en étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums ; et, pendant le sabbat, elles demeurèrent en repos, selon le précepte.

Chapitre 24[modifier]

  1. Mais le premier jour de la semaine, de grand matin, elles allèrent au sépulcre, portant les aromates qu’elles avaient préparés.
  2. Or elles trouvèrent la pierre roulée de devant le sépulcre ;
  3. et, étant entrées, elles ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus.
  4. Tandis qu’elles étaient perplexes à ce sujet, voici que deux hommes, en vêtement éblouissant, se présentèrent à elles.
  5. Comme elles étaient prises de peur et inclinaient le visage vers la terre, ils leur dirent : « Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ?
  6. Il n’est point ici, mais il est ressuscité. Souvenez-vous de ce qu’il vous a dit, lorsqu’il était encore en Galilée,
  7. disant que le Fils de l’homme devait être livré aux mains d’hommes pécheurs, être crucifié et ressusciter le troisième jour. »
  8. Et elles se ressouvinrent de ses paroles et,
  9. à leur retour du sépulcre, elles annoncèrent toutes ces choses aux Onze et à tous les autres.
  10. Or c’étaient la Magdaléenne Marie, Jeanne et Marie (mère) de Jacques ; et les autres, leurs compagnes, en disaient autant aux apôtres.
  11. Et ces paroles leur parurent du radotage et ils ne les crurent point.
  12. Pierre partit et courut au sépulcre ; et, se penchant, il vit les bandelettes seules ; et il s’en retourna chez lui, s’étonnant de ce qui s’était passé.
  13. Or, ce même jour, deux d’entre eux se rendaient à un bourg, nommé Emmaüs, distant de Jérusalem de soixante stades,
  14. et ils causaient entre eux de tous ces événements.
  15. Tandis qu’ils causaient et discutaient, Jésus lui-même, s’étant approché, se mit à faire route avec eux ;
  16. mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
  17. Il leur dit : « De quoi vous entretenez-vous ainsi en marchant ? » Et ils s’arrêtèrent tout tristes.
  18. L’un d’eux, nommé Cléophas, lui dit : « Tu es bien le seul qui, de passage à Jérusalem, ne sache pas ce qui s’y est passé ces jours-ci ! »
  19. Il leur dit : « Quoi ? » Ils lui dirent : « Ce qui concerne Jésus de Nazareth, qui fut un prophète puissant en œuvres et en parole devant Dieu et tout le peuple ;
  20. et comment nos grands prêtres et nos chefs l’ont livré pour être condamné à mort et l’ont crucifié.
  21. Quant à nous, nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël ; mais, en plus de tout cela, on est au troisième jour depuis que cela s’est passé.
  22. Aussi bien, quelques femmes, des nôtres, nous ont jetés dans la stupeur : étant allées de grand matin au sépulcre,
  23. et n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire même qu’elles avaient vu une apparition d’anges qui disaient qu’il est vivant.
  24. Quelques-uns de nos compagnons s’en sont allés au sépulcre et ont bien trouvé (toutes choses) comme les femmes avaient dit : mais lui, ils ne l’ont point vu. »
  25. Et lui leur dit : « O (hommes) sans intelligence et lents de cœur pour croire à tout ce qu’ont dit les prophètes !
  26. Ne fallait-il pas que le Christ souffrit cela pour entrer dans sa gloire ? »
  27. Et commençant par Moïse et (continuant) par tous les prophètes, il leur expliqua, dans toutes les Ecritures, ce qui le concernait.
  28. Ils approchèrent du bourg où ils se rendaient, et lui feignit de se rendre plus loin.
  29. Mais ils le contraignirent, disant : « Reste avec nous, car on est au soir et déjà le jour est sur son déclin. » Et il entra pour rester avec eux.
  30. Or, quand il se fut mis à table avec eux, il prit le pain, dit la bénédiction, puis le rompit et le leur donna.
  31. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent ; et il disparut de leur vue.
  32. Et ils se dirent l’un à l’autre : « Est-ce que notre cœur n’était pas brûlant en nous, lorsqu’il nous parlait sur le chemin, tandis qu’il nous dévoilait les Ecritures ? »
  33. Sur l’heure même, ils partirent et retournèrent à Jérusalem ; et ils trouvèrent réunis les Onze et leurs compagnons,
  34. qui disaient : « Réellement le Seigneur est ressuscité, et il est apparu à Simon. »
  35. Et eux de raconter ce qui (s’était passé) sur le chemin, et comment il avait été reconnu par eux à la fraction du pain.
  36. Comme ils discouraient ainsi, lui se trouva au milieu d’eux et leur dit : « Paix à vous ! »
  37. Saisis de stupeur et d’effroi, ils croyaient voir un esprit.
  38. Et il leur dit : « Pourquoi êtes-vous troublés, et pourquoi des pensées s’élèvent-elles dans vos cœurs ?
  39. Voyez mes mains et mes pieds ; c’est bien moi. Touchez-moi et constatez, car un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’en ai. »
  40. Et ce disant, il leur montra ses mains et ses pieds.
  41. Comme ils ne croyaient pas encore à cause de leur joie et qu’ils étaient dans l’étonnement, il leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? »
  42. Ils lui donnèrent un morceau de poisson grillé.
  43. Il le prit et en mangea devant eux.
  44. Il leur dit : « C’est bien là ce que je vous ai dit quand j’étais encore avec vous : qu’il fallait que tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes s’accomplît. »
  45. Alors il leur ouvrit l’intelligence pour comprendre des Ecritures ;
  46. et il leur dit : « Ainsi il est écrit que le Christ devait souffrir et ressusciter des morts le troisième jour,
  47. et que le repentir pour la rémission des péchés doit être prêché en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem.
  48. Vous êtes témoins de ces choses.
  49. Et voici que je vais envoyer sur vous ce qui a été promis par mon Père. Quant à vous, demeurez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez d’en haut revêtus de force. »
  50. Et il les emmena jusque vers Béthanie, et, levant les mains, il les bénit.
  51. Et tandis qu’il les bénissait, il s’éloigna d’eux, et il était enlevé vers le ciel.
  52. Et eux, après l’avoir adoré, retournèrent à Jérusalem avec grande joie.
  53. Et ils étaient continuellement dans le temple, louant et bénissant Dieu.