Œuvres complètes (Tolstoï)/Tome I/Avertissement

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

AVERTISSEMENT

DU TRADUCTEUR ET DE l’ÉDITEUR




En présentant au public français cette édition nouvelle, et qui doit être considérée comme définitive, des Œuvres Complètes de Léon Tolstoï, nous croyons devoir en faire ressortir très brièvement le caractère, ainsi que les titres qui la désigneront à l’approbation des écrivains et des penseurs. D’autre part, nous indiquerons le plan que nous nous proposons de suivre dans la mise à jour des volumes dont elle se composera, et nous énumérerons le contenu de chacun de ces volumes.

L’œuvre de Tolstoï est trop connue et trop considérable, sa portée et son influence, aujourd’hui universelles, sont trop indiscutées pour que nous ayons à insister sur ces divers points. Nous nous bornerons à citer un seul fait : en Russie, un érudit, M. Zédlinsky, a entrepris de réunir tout ce qui a été écrit sur Léon Tolstoï, en Russie seulement. Or, M. Zédlinsky a déjà publié sur ce sujet sept forts volumes, et son travail s’arrête actuellement à l’année 1870. Trente années — les plus importantes — du labeur littéraire de l’illustre écrivain sont encore à parcourir et viendront ajouter à cette monographie.

Mais le point capital sur quoi nous tenons à appeler l’attention du lecteur averti est le suivant :

Notre édition des Œuvres Complètes de Léon Tolstoï peut, en quelque sorte, être regardée comme inédite, et voici pourquoi. On sait que la censure, en Russie, est plus que sévère. Dans les ouvrages des écrivains russes, elle anéantit tous les passages qui lui déplaisent, quelles qu’en soient la nature ou les proportions. L’acheteur de ces livres ne peut donc se former de leur contenu qu’une idée tout à fait imparfaite, et qui ne répond plus à la conception des auteurs. C’est ainsi que, comme l’explique plus loin M. Paul Birukov, on s’est longtemps mépris sur la signification des livres de Tolstoï, sur le sens et la portée des pensées qu’il y exprimait. Depuis que des traductions, publiées un peu partout, ont aidé à leur diffusion, quelques lacunes ont pu être comblées : jamais ou presque jamais un lecteur ou un critique n’a eu sous les yeux un texte qui fut véritablement sincère et conforme à l’original, qui, en un mot, n’eût pas été tronqué en maint endroit.

Et cette affirmation ne vise en aucune manière la bonne foi ou le talent des traducteurs, ou du moins de certains d’entre eux, car nous sommes obligés de faire ici une exception, que de nombreux faits rendent légitime, et qui révèle que Tolstoï n’a pas eu à souffrir que des sévérités de la censure. Il a paru en effet mainte édition française d’ouvrages de Tolstoï que les traducteurs avaient remaniés à leur guise, retranchant et raturant d’importants fragments des textes. En cet avertissement, nous ne citerons aucun exemple de ces interpolations qui seront toutes, au fur et à mesure de la publication des volumes composant notre édition, mentionnées dans un index bibliographique annexé à chacun de ces volumes. Nous signalerons, dans cet index, les passages qui, figurant dans notre traduction, ont été omis ou retranchés dans les traductions françaises parues jusqu’à ce jour. Ces traductions ne sont donc pas sincères, soit par la faute de la censure, soit par la faute des traducteurs — mais non pas, repétons-le, de tous les traducteurs.

La publication que nous offrons au public français vient donc à son heure. Elle est complète à un double point de vue, d’abord parce quelle embrasse tous les travaux littéraires du comte Tolstoï, ensuite parce que la pensée de l’auteur y sera toujours respectée, y apparaîtra avec son caractère propre, son entière personnalité, et dans les mêmes conditions que si elle n’avait jamais été déformée et mutilée par les censeurs ou les traducteurs.

Notre édition des Œuvres Complètes de Léon Tolstoï comprendra quarante volumes de quatre cents pages environ. La traduction, aussi littérale que possible, sera faite d’après les textes révisés et comparés par M. Paul Birukov, sur les manuscrits originaux de Tolstoï. Ces manuscrits sont pieusement conservés par M. V. Tchertkov, qui, expulsé de Russie pour son trop grand dévouement à la cause des Doukhobors, est parvenu à conserver ces précieuses archives[1] ; elles sont actuellement à Christchurch, où il habite.

De telles garanties d’authenticité et de sincérité nous semblent assez méritoires et dignes d’attention pour que le lecteur désireux de bien connaître et de suivre, dans toutes les phases de sa puissante évolution, un écrivain de la valeur et du talent de Tolstoï, nous pardonne d’avoir insisté plus longuement peut-être que nous ne l’aurions voulu, sur le caractère d’inédit et d’intégrité littéraire par où se distingue, à nos yeux, la présente publication, dont notre plus cher désir sera de faire un monument utile et durable.

Pour ne rien omettre, ajoutons qu’à chaque volume seront annexés des notes bibliographiques et des renseignements inédits, qui nous seront fournis par M. Paul Birukov.

Voici l’ordre de publication que nous pensons suivre, avec cette réserve toutefois que des modifications y pourront être apportées en cas de besoin.[2]

Vol. I. — 1° L’Enfance. Nouvelle. 1852 ; — 2° L’Adolescence. Nouvelle. 1854.

Vol. II. — 1° La Jeunesse. Nouvelle. 1855-1857 ; — 2° La Matinée d’un seigneur rural. Nouvelle. 1852.

Vol. III. — 1° Les Cosaques. Nouvelle du Caucase. 1852 ; — 2° Sébastopol, en décembre 1854 et en mai et août 1855. (1854-1856.)

Vol. IV. — 1° L’Invasion. Récit d’un volontaire. 1852 ; — 2° La Coupe en forêt. Récit d’un sous-officier. 1854-1855 ; — 3° Une Rencontre dans le détachement avec une connaissance de Moscou. 1856 ; — 4° Une tourmente de neige. Récit. 1856 ; — 5° Le Journal d’un marqueur. Nouvelle. 1856 ; — 6° Deux hussards. Nouvelle. 1856; — 7° Albert. Récit. 1856 ; — 8° Du Journal du prince Nekhludov. Lucerne. 1857 ; — 9° Trois morts. Récit. 1859.

Vol. V. — 1° Le bonheur de famille. Roman. 1859 ; — 2° Polikouchka. Nouvelle. 1860 ; 3° Kholstomier. Histoire d’un cheval. 1861 ; — 4° Les Décembristes. Extrait d’un roman en projet. 1861.

Vol. VI, VII, VIII, IX, X, XI. — Guerre et Paix. Roman. 1864-1869.

Vol. XII. — 1° Articles pédagogiques du Journal de Iasnaïa Poliana. 1862 ; — 2° L’École de Iasnaïa Poliana, en novembre et décembre. 1862.

Vol. XIII. — 1° Contes et traductions pour les enfants. 1869-1872 ; — 2° Sur l’Instruction du peuple ; 1875.

Vol. XIV, XV, XVI, XVII. — Anna Karénina.

Vol. XVIII. — Les Confessions. 1879-1881 ; — 2° Récits populaires. 1881-1886.

Vol. XIX. — Critique de Théologie dogmatique.

Vol. XX, XXI, XXII. — Les Évangiles. 1881-1882.

Vol. XXIII. — 1° En quoi consiste ma foi. 1883 ; — 2° L’Église et L’État. 1883.

Vol. XXIV — 1° Récit succinct des Évangiles. 1883 ; — 2° Lettre à N. N. 1884 ; — 3° La Doctrine des douze Apôtres. 1884.

Vol. XXV. — 1° Article sur le recensement. 1885 ; — 2° Que nous faut-il faire ? 1885-1886.

Vol. XXVI. — 1° La mort d’Ivan Ilitch. 1884-1886 ; — 2° Marchez dans la lumière pendant qu’il y en a. 1887 ; — 3° Sonate à Kreutzer et post-face. 1889; — 4° Nicolas Palkine. 1889.

Vol. XXVII. — 1° Sur la vie. 1887 ; — 2° Sur la vie et la mort. (Première variante.) 1887 ; — 3° Sur la vie et la mort. (Deuxième variante.) 1887 ; — 4° Pensées sur le sens de la vie. — 5° Le Travail manuel et l’activité intellectuelle. Lettre à un Français. 1888 ; — 6° Préface pour les œuvres de Bondarev. 1888.

Vol. XXVIII. — Œuvres dramatiques : 1° La Puissance des Ténèbres. 1886 ; — 2° Les Fruits de l’Instruction. 1887 ; 3° Le premier Bouilleur.

Vol. XXIX. — 1° La Fête de l’Instruction. 1889 ; — 2° Pourquoi les hommes s’étourdissent-ils ? 1889 ; — 3° Il est temps de se ressaisir. 1889 ; — 4° Le Premier échelon. 1892 ; — 5° Articles sur la famine. 1890-1892.

Vol. XXX. — Le Royaume de Dieu est en vous. 1891-1893.

Vol. XXXI. — 1° Ça coûte cher ; — 2° Le Café de Surate ; Françoise ; — 4° Karma ; — 5° Lettre de Mazzini sur l’Immortalité ; — 6° Lettre de Lise Burns. 1893 ; — 7° Préface à la Tocologie ; — 8° Préface aux œuvres de Guy de Maupassant. 1894 ; — 9° Préface au Journal d’Amiel ; — 10° Le Non-Agir. 1894 ; 11° La Religion et la Morale ; — 12° Christianisme et Patriotisme. 1894.

Vol. XXXII. — 1° L’Ouvrier Emélian et le Tambour vide. 1892 ; — 2° Le Patron et l’Ouvrier. 1895 ; — 3° Trois paraboles. 1895 ; — 4° Post-face au livre « La vie et la mort de Drojgine. » 1894 ; — 5° Post-face à la brochure « La persécution des Chrétiens en 1895 » ; — 6° Post-face à la brochure « Au secours ». — 7° L’Approche de la fin ; — 8° Le Chrétien et l’État. 1896 ; — 9° Carthago delenda est. — 10° Les deux guerres ; — 11° Lettres diverses. 1890-1895.

Vol. XXXIII. — 1° La Doctrine chrétienne. 1897 ; — 2° Pensées sur Dieu. 1885-1900 ; — 3° Lettres diverses.

Vol. XXXIV. — 1° Qu’est-ce que l’art ? 1897-1898 ; — 2° Pensées sur l’art. (Variantes et lettres.) 1890-1900.

Vol. XXXV, XXXVI. — Résurrection. 1899-1900.

Vol. XXXVII. — 1° L’Esclavage contemporain. 1900 ; — 2° Où est l’issue ? 1901 ; — 3° Le faut-il ainsi ? 1901 ; — 4° Sur la question sexuelle. — 5° L’Unique moyen. 1901 ; — 6° Raison, Foi, Prière. 1901.

Vol. XXXVIII, XXXIX. — Lettres.

Vol. XL. — Biographie de L.-N. Tolstoï.

Nous devons ajouter que les mots en français qui se trouvent dans l’original figurent en petites capitales dans notre texte ; que les mots soulignés dans le texte original par l’auteur figurent en italiques dans notre texte ; et que les noms russes qui, faute d’équivalents en français, ne pourraient être traduits, seront accompagnés d’une note explicative.

En terminant, nous adressons nos plus sincères remerciements à MM. V. Tchertkov et P. Birukov, avec le concours desquels nous pouvons donner cette traduction définitive des Œuvres complètes du Comte L. Tolstoï.

Janvier 1902.

J.-W. Bienstock.

P.-V. Stock.

  1. Voir plus loin, page xv, la préface de M. Paul Birukov.
  2. Tous les volumes n’ont pas parus. Voir Œuvres complètes pour la liste définitive. Note Wikisource.