100%.png

Œuvres complètes de Béranger/Couplets à ma filleule

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Couplets à ma filleule.


COUPLETS À MA FILLEULE

ÂGÉE DE TROIS MOIS
LE JOUR DE SON BAPTÊME


Air : J’étais bon chasseur autrefois (Air noté )


Ma filleule, où diable a-t-on pris
Le pauvre parrain qu’on vous donne ?
Ce choix seul excite vos cris ;
De bon cœur je vous le pardonne.
Point de bonbons à ce repas ;
À vos yeux cela doit me nuire ;
Mais, mon enfant, ne pleurez pas,
Votre parrain vous fera rire.

L’amitié m’en a fait l’honneur,
Et c’est l’amitié qui vous nomme.
Or, pour n’être pas grand seigneur,
Je n’en suis pas moins honnête homme.
Des cadeaux si vous faites cas,
Vous y trouverez à redire ;
Mais, mon enfant, ne pleurez pas,
Votre parrain vous fera rire.


Malgré le sort qui sous sa loi
Tient la vertu même asservie,
Puissions-nous, ma commère et moi,
Vous porter bonheur dans la vie !
Pendant leur voyage ici-bas,
Aux bons cœurs rien ne devrait nuire ;
Mais, mon enfant, ne pleurez pas,
Votre parrain vous fera rire.

Qu’à vos noces je chanterai,
Si jusque là mes chansons plaisent !
Mais peut-être alors je serai
Où Panard et Collé se taisent.
Quoi ! manquer aux joyeux ébats
Qu’un pareil jour devra produire !
Non, mon enfant, ne pleurez pas,
Votre parrain vous fera rire.



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


COUPLETS À MA FILLEULE.

Air : J’étais bon chasseur autrefois.
No 107.


Les partitions musicales sont temporairement désactivées.

Haut