100%.png

Œuvres complètes de Béranger/L’Ivrogne et sa femme

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir L’Ivrogne et sa Femme (Béranger).


L’IVROGNE ET SA FEMME


Air : Quand les bœufs vont deux à deux (Air noté )


Trinquons, et toc, et tin, tin, tin !
Jean, tu bois depuis le matin.

    Ta femme est une vertu :
    Ce soir tu seras battu.

bis.


    Tandis que dans sa mansarde
    Jeanne veille, et qu’il lui tarde
    De voir rentrer son mari,
    Maître Jean, à la guinguette,
    À ses amis en goguette
    Chante son refrain chéri :

Trinquons, et toc, et tin, tin, tin !
Jean, tu bois depuis le matin.
    Ta femme est une vertu :
    Ce soir tu seras battu.

    Jeanne pour moi seul est tendre,
    Dit-il ; laissons-la m’attendre.
    Mais, maudissant son époux,
    Jeanne, la puce à l’oreille,
    Bat sa chatte que réveille
    La tendresse des matous.


Trinquons, et toc, et tin, tin, tin !
Jean, tu bois depuis le matin.
    Ta femme est une vertu :
    Ce soir tu seras battu.

    Livrant sa femme au veuvage,
    Jean se perd dans son breuvage,
    Et, prête à se mettre au lit,
    Jeanne, qui verse des larmes,
    Dit en regardant ses charmes :
    C’est son verre qu’il remplit !

Trinquons, et toc, et tin, tin, tin !
Jean, tu bois depuis le matin.
    Ta femme est une vertu :
    Ce soir tu seras battu.

    Pour allumer sa chandelle,
    Un voisin frappe chez elle ;
    Jeanne ouvre après un refus.
    Que Jean boive, chante ou fume,
    Je ne sais ce qu’elle allume,
    Mais je sais qu’on n’y voit plus.

Trinquons, et toc, et tin, tin, tin !
Jean, tu bois depuis le matin.
    Ta femme est une vertu :
    Ce soir tu seras battu.

    En rajustant sa cornette,
    Ah ! qu’on souffre, dit Jeannette,
    Quand on attend son époux !

    Ma vengeance est bien modeste ;
    Avec lui je suis en reste ;
    Il a bu plus de dix coups.

Trinquons, et toc, et tin, tin, tin !
Jean, tu bois depuis le matin.
    Ta femme est une vertu :
    Ce soir tu seras battu.

    À demain ! se dit le couple :
    L’époux rentre, et son dos souple
    N’en subit pas moins l’arrêt.
    Il s’écrie : Amour fait rage !
    Demain, puisque Jeanne est sage,
    Répétons au cabaret :

Trinquons, et toc, et tin, tin, tin !
Jean, tu bois depuis le matin.
    Ta femme est une vertu :
    Ce soir tu seras battu.



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


L’IVROGNE ET SA FEMME.

Air : Quand les bœufs vont deux à deux.
No 91



\relative c'' {
  \time 2/4
  \key g \major
  \tempo "Vivace."
  \autoBeamOff
  \set Score.tempoHideNote = ##t
    \tempo 4 = 120
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
\mark \markup { \musicglyph #"scripts.segno" }
r8 b b b | fis g a fis | g a b g \break
fis g a fis | g4 b8 b | e d c b | a4 b8 c | b a g fis \break
e4 b'8 b | e d c b | a4 b8 c | b a g fis | e4^\markup { \italic fin. }
  \bar "||" e8 e \break
fis g a fis | g b e, e | fis g a fis | g b g b \break
a g fis e | b'4 b8 c | d d c b | a a a b \break
c c b a | g g g a | b b a g | fis4\fermata r
\bar "||" \mark \markup { \musicglyph #"scripts.segno" }
}

\addlyrics {
Trin -- quons et toc et tin tin tin
Jean tu bois de -- puis le ma -- tin
Ta femme est u -- ne ver -- tu
Ce soir tu se -- ras bat -- tu
Ta femme est u -- ne ver -- tu
Ce soir tu se -- ras bat -- tu.
Tan -- dis que dans sa man -- sar -- de
Jean -- ne veille et qu’il lui tar -- de
De voir ren -- trer son ma -- ri
Maî -- tre Jean à la guin -- guet -- te
À ses a -- mis en go -- guet -- te
Chan -- te son re -- frain ché -- ri.
}

Haut