Œuvres complètes de Béranger/Mes Jours Gras de 1829

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Mes Jours Gras de 1829.


MES JOURS GRAS
DE 1829


Air : Dis-moi donc, mon p’tit Hippolyte (Air noté )


Mon bon Roi, Dieu vous tienne en joie !
Bien qu’en butte à votre courroux,
Je passe encor, grâce à Bridoie c,
Un carnaval sous les verroux.
Ici fallait-il que je vinsse
Perdre des jours vraiment sacrés !
J’ai de la rancune de prince :
Mon bon Roi, vous me le paierez.

Dans votre beau discours du trône d,
Méchant, vous m’avez désigné.
C’est me recommander au prône ;
Aussi me suis-je résigné.
Mais triste et seul, quand j’entends rire
Tout Paris en joyeux émoi,
Je reprends goût à la satire :
Vous me le paierez, mon bon Roi.

Voyez, verre en main, bouche pleine,
Fous déguisés de vingt façons,
Mes amis m’oublier sans peine,
Tout en répétant mes chansons.

Avec eux, ma verve en démence
Eût perdu ses traits acérés.
J’aurais pu boire à la clémence :
Mon bon Roi, vous me le paierez.

Vous connaissez Lise la folle,
Qui sur mes fers pleure d’ennui ;
Ce soir même un bal la console :
« Bah ! dit-elle ; tant pis pour lui ! »
J’allais, pour complaire à la belle,
Nous peindre heureux sous votre loi ;
Serviteur ! Lise est infidèle :
Vous me le paierez, mon bon Roi.

Dans mon vieux carquois où font brèche
Les coups de vos juges maudits,
Il me reste encore une flèche ;
J’écris dessus : Pour Charles-Dix.
Malgré ce mur qui me désole,
Malgré ces barreaux si serrés,
L’arc est tendu, la flèche vole :
Mon bon Roi, vous me le paierez.




c. Je passe encore, grâce à Bridoie,

J’ai passé à Sainte-Pélagie le carnaval de 1822.

Amis, voici la riante semaine, etc., etc.

d. Dans votre beau discours du trône,

Il y avait dans le discours du trône, de cette année, une phrase où tout le monde a cru voir une application à l’affaire qui m’a été faite. Quel honneur !



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


MES JOURS GRAS DE 1829.

Air : Dis-moi donc, mon petit Hippolyte.
No 260.



\relative c'' {
  \time 3/4
  \key g \major
  \autoBeamOff
  \tempo "Allegretto."
  \set Score.tempoHideNote = ##t
    \tempo 4 = 120
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
\partial 4 d8[ (c)] | b b b b d g
g16[ (fis a g)] fis8 r r d16[ (c)]
  b8 b b b c16[ (d)] e[ (c)]
a4 r r8 d16[ (c)]
  b8 b b g'16[ (fis)] e[ (d)] c[ (b)]
b4 a8 a c e
  d4. d8 c c
  c4 (b8) a c e
d4. d8 d16[ (b)] c[ (a)] 
  g4 r r8 d'
  cis cis cis e fis g
g4 fis r8 d
  e g fis d e cis
  d4 r r8 d16[ (c)]
% {page suivante}
b8 b b g'16[ (fis)] e[ (d)] c[ (b)]
  b4 a8 a[ (c)] e
  d4 d8 d c c
c4 (b8) a[ (c)] e
  d4 d8 d fis, fis
  g2 \bar "||"
}
\addlyrics {
Mon bon Roi Dieu vous tienne en joi -- e
Bien qu’en butte à vo -- tre cour -- roux
Je passe en -- cor grâce à Bri -- doi -- e
Un car -- na -- val sous les ver -- rous
Un car -- na -- val sous les ver -- rous
I -- ci fal -- lait- il que je vins -- se
Per -- dre des jours vrai -- ment sa -- crés
J’ai de la ran -- cu -- ne de prin -- ce
Mon bon Roi vous me le paî -- rez
Mon bon Roi vous me le paî -- rez.
}

Haut