100%.png

Œuvres complètes de Béranger/Qu’elle est jolie

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Qu’elle est jolie.


QU’ELLE EST JOLIE



Grands dieux ! combien elle est jolie
Celle que j’aimerai toujours !
Dans leur douce mélancolie
Ses yeux font rêver aux amours.
Du plus beau souffle de la vie
À l’animer le ciel se plaît.
Grands dieux ! combien elle est jolie !
Et moi, je suis, je suis si laid !

Grands dieux, combien elle est jolie !
Elle compte au plus vingt printemps.
Sa bouche est fraîche épanouie,
Ses cheveux sont blonds et flottants.
Par mille talents embellie,
Seule elle ignore ce qu’elle est.
Grands dieux ! combien elle est jolie !
Et moi, je suis, je suis si laid !

Grands dieux ! combien elle est jolie !
Et cependant j’en suis aimé.
J’ai dû longtemps porter envie
Aux traits dont le sexe est charmé.

Avant qu’elle enchantât ma vie,
Devant moi l’amour s’envolait.
Grands dieux ! combien elle est jolie !
Et moi, je suis, je suis si laid !

Grands dieux ! combien elle est jolie !
Et pour moi ses feux sont constants.
La guirlande qu’elle a cueillie
Ceint mon front chauve avant trente ans.
Voiles qui parez mon amie,
Tombez ; mon triomphe est complet.
Grands dieux ! combien elle est jolie !
Et moi, je suis, je suis si laid !



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


QU’ELLE EST JOLIE !

Air de Lantara.
No 120.


Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


MÊME CHANSON,
Musique de Guichard Printemps.
No 120 bis.


Les partitions musicales sont temporairement désactivées.

Haut