Œuvres complètes de Lamartine (1860)/Tome 1/Sur une page peinte d’insectes et de plantes

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

QUATORZIÈME

MÉDITATION



SUR UNE PAGE

PEINTE D’INSECTES ET DE PLANTES



Insectes bourdonnants ; papillons ; fleurs ailées ;
Aux touffes des rosiers lianes enroulées ;
Convolvulus tressés aux fils des liserons ;
Pervenches, beaux yeux bleus qui regardez dans l’ombre ;
Nénufars endormis sur les eaux ; fleurs sans nombre ;
Calices qui noyez les trompes des cirons !


Fruits où mon Dieu parfume avec tant d’abondance
Le pain de ses saisons et de sa providence ;
Figue où brille sur l’œil une larme de miel ;
Pêches qui ressemblez aux pudeurs de la joue ;
Oiseau qui fais reluire un écrin sur ta roue,
Et dont le cou de moire a fixé l’arc-en-ciel !

La main qui vous peignit en confuse guirlande
Devant vos yeux, Seigneur, en étale l’offrande,
Comme on ouvre à vos pieds la gerbe de vos dons.
Vous avez tout produit, contemplez votre ouvrage !
Et nous, dont les besoins sont encore un hommage,
Rendons grâce toujours, et toujours demandons !