100%.png

Œuvres philosophiques de Leibniz, Alcan, 1900/Bibliographie de Leibniz

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres philosophiques de Leibniz, Texte établi par Paul JanetFélix Alcantome premier (p. v-viii).

Bibliographie de Leibniz


I. — Leibniz n’a publié de son vivant que quelques opuscules : De Principio individui, Leipzig, 1663 : Specimen quæstionum philosophicarum ex jure collectarum, Leipzig, 1664 ; Tractatus de arte combinatoria, Leipzig, 1666 ; des articles dans les Acta eruditorum de Leipzig, à partir de 1684 et dans le Journal des Savants à partir de 1591, enfin la Théodicée, Amsterdam, 1710.

Après sa mort, on transporta tous ses papiers et tous ses livres dans les archives secrètes et dans la bibliothèque électorale de Hanovre. C’est dans cette bibliothèque, devenue bibliothèque royale, qu’ils sont encore aujourd’hui. Une grande partie des manuscrits reste à publier. D’après Bodemann (Der Briefwechsel des Leibniz in der Königlichen Bibliothek zu Hanover, Hann., 1889), il existe 1.500 lettres inédites réparties sous 1.063 numéros (Uberweg, Grundniss der Geschichte der Philosophie, III, 165).

En 1717 et 1719 parurent d’abord à Londres, puis à Amsterdam les Lettres de Leibniz et de Clarke ; en 1720, à Francfort, la Monadologie traduite en allemand par Kœlher et, en 1721, à Francfort et à Leipzig, traduite en latin par Hansche.

En 1765, Raspe publia à Amsterdam et à Leipzig les Œuvres philosophiques latines et françaises de feu M. de Leibniz, tirées de ses manuscrits qui se conservent dans la Bibliothèque royale de Hanovre, et où se trouvent compris les Nouveaux Essais sur l’entendement humain.

En 1768, parut à Genève la première édition complète des œuvres de Leibniz en 6 volumes par Dutens Sous ce titre : Gothofredi Guillelmi Leibnitii opera omnia, nunc primum collecta, in classes distributa, præfationibus et indiciis ornata studio Ludovici Dutens. Cependant cette édition ne contient pas les inédits qu’avait publiés Raspe.

De 1838 à 1840, Guhraüer publia les Écrits allemands de Leibnitz (Berlin).

En 1840, Erdmann fit paraître à Berlin une édition des Œuvres philosophiques (Godofredi Guillelmi Leibnitii opera philosophica quæ exstant latina, gallica, germanica omnia) qui contient, entre autres inédits tirés de la bibliothèque de Hanovre, le texte inédit de la Monadologie en français.

Cette édition fut adaptée à l’usage du public français en 1842 par M. A. Jacques, qui publia à Paris Œuvres de Leibniz, nouvelle édit. en 2 vol.

Depuis lors V. Cousin a publié en 1845 (dans les Fragments philosophiques, t. II) les lettres de Leibniz à Malebranche ; Grotefend, en 1846, la Correspondance de Leibniz et d’Arnaud ; Foucher de Careil, en 1854 et 1857, la Réfutation inédite de Spinoza par Leibniz, Lettres et Opuscules inédits de Leibniz, et en 1859 Œvres de Leibniz publiées pour la première fois d’après les manuscrits originaux.

En 1864, Onno Klopp a entrepris une nouvelle édition des Œuvres complètes de Leibniz d’après les manuscrits de la bibliothèque de Hanovre, dont la première partie, publiée de 1864 à 1885, contient seulement les écrits historiques et politiques en 13 volumes.

M. Paul Janet a publié en 1866 une édition des Œuvres philosophiques en 2 volumes in-8, dont celle que nous publions aujourd’hui est la reproduction revue et complétée.

Enfin, en 1875 Gerhardt a commencé une Édition complète des Œuvres philosophiques qui, à la date de 1890, comprend 7 volumes in-8, à laquelle nous avons fait un certain nombre d’emprunts, en particulier pour la Correspondance de Leibniz et du Père des Bosses, déjà partiellement publiée par Erdmann, dont nous avons extrait la partie philosophique.

Parmi les éditions spéciales de certaines œuvres philosophiques de Leibniz, signalons les remarquables éditions que M. Boutroux a données de la Monadologie en 1881 et des Nouveaux Essais (Avant-propos et livre I), en 1886, avec Introduction et Notes.

II. — Nous ne prétendons pas exposer ici la bibliographie complète des auteurs qui ont écrit sur Leibniz et la philosophie leibnizienne ; nous nous contentons d’indiquer les principaux noms de nature à intéresser le public français.

Sur la vie de Leibniz et l’histoire de ses écrits nous citerons d’abord deux opuscules de Leibniz lui-même, d’un caractère autobiographique : In specimina Pacidii introductio historica, publié par Erdmann (1840), et Vita Leibnitii a se ipso breviter delineata publié par Foucher de Careil (1717) ; puis l’Éloge de Monsieur de Leibniz par Fontenelle (1716) ; enfin Gottfried Wilhelm Freiherr von Leibniz eine Biographie, par Gurhaüer, nouvelle édition, 1846, 2 volumes in-12.

Les ouvrages historiques et critiques qui concernent la philosophie de Leibniz sont innombrables. Nous citerons :

1° En langue française :
De Justi, Dissertation qui a remporté le prix proposé par l’Académie des sciences de Prusse sur le système des monades, Berlin, 1748.
Reinhard, Dissertation qui a remporté le prix proposé par l’Académie des sciences de Prusse sur l’optimisme, Berlin, 1755.
Ancillon, Essai sur l’esprit du leibnizianisine, Berlin, 1846.
Maine de Biran, Exposé de la doctrine philosophique de Leibniz, (composé pour la Biographie universelle), Paris, 1819.
Émile Saisset, Discours sur la philosophie de Leibniz, Paris, 1857.
Nourrisson, La Philosophie de Leibniz, Paris, 1860.
Foucher de Careil Leibniz, la Philosophie juive et la Cabale, Paris, 1861 ; Leibniz, Descartes et Spinoza, avec un Rapport par V. Cousin, Paris, 1863.
J. Bonifas, Étude sur la Théodicée de Leibniz, Paris, 1863.
D. Nolen. La Critique de Kant et la Métaphysique de Leibniz, Paris, 1875.
Du même, La Monadologie, avec une notice sur Leibniz, des éclaircissements, etc., Paris, 1881.
Second, La Monadologie, avec notice sur la vie, les écrits et la philosophie de Leibniz, Paris, 1863.
E. Boirac, Article Leibniz dans la Grande Encyclopédie, Paris, 1898.
2° En langue latine :

a. — D’origine française :

Nolen, Quid Leibnitius Aristoteli debuerit, Paris, 1875.
Penjon, De Infinito apud Leibnitium, Paris, 1878.
Blondel, De Vinculo substantiali et de Substantia composita apud Leibnitium, Paris, 1893.
Boirac, De Spatio apud Leibnitium, Paris, 1898.

b. — D’origine allemande :

Bilfinger, Commentatio de harmonia animi et corporis humani præstabilita ex mente Leibnitii, Francfort, 1723.
Du même, Commentatio de origine et permissione mali, præcipue moralis, Francfort, 1724.
Baumeister, Historia doctrinæ de optimo mundo, Gorlitz, 1741.
Ploucquet, Primaria monadologiæ capita, Berlin, 1748.
Gurhauer, Leibnitii doctrina de unione animæ et corporis, Berlin, 1837.
Hartenstein, Commentatio de materiæ apud Leibnitium notione et ad monadas relatione, Leipzig, 1846.
Hugo Sommer, De Doctrina quam de Harmonia præslabilila Leibnitius proposuit, Gott., 1866.
Dax. Jacoby, De Leibnitii studiis Aristoteleis, Berlin, 1867.
3° En langue allemande :
Les Études de Erdmann et de Kuno Fischer dans leurs Histoires de la philosophie.
Kant, Uber der Optimismus, Kœnigsberg, 1759.
Eberstein, Versuch einer Geschichte der Logik und Metaphysik bis den Deutschen von Leibniz bis auf die gegenwœrtige Zeil, Halle, 1794-1799.
Fr. Kirchner, Leibniz’ Psychologie, Cœthen, 1876.
Feuerbach, Darstellung, Entwickelung und Critik der Leibnizschen Philosophie, Ansbach, 1837, 2e édition, 1844.
J.-Th Merz, Leibniz, Londres, 1884 ; Heidelberg, 1886.
Ludwig Stein, Leibniz in seinem Verhällniss zu Spinoza auf Grundlage unerdites Materials entwickelungsgeschichttich dargestellt in Sitzungsbericht der Akademie der Wissenschaften zu Berlin, 1888, p. 615-662.
Du même, Leibniz und Spinoza, Berlin, 1890 (ouvrage plus développé avec dix-neuf Inédits des manuscrits de Leibniz).
Ed. Dilmann, Eine neue Darstellung der Leibnitzschen Monadenlehre auf Grund der Quellen, Leipzig, 1791.
P. Harzer, Leibniz’ dynamische Auschauungen, mit besonderer Rücksicht auf der Reform des Kræflemaasses und der Entwickelung des Princips der Erhallung der Energie, in « Wierteljahrsschrift, für Wissenschaftliche Philosophie », 1882, pp. 265-295.
Beneke, Leibniz als Ethiker, Diss. Erlang., 1891.