Mozilla.svg

Œuvres posthumes (Verlaine)/Méliora

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres posthumesMesseinSecond volume (p. 239-240).

MÉLIORA

Ô calme retrouvé dans la foi d’un enfant,
L’enfant par soi refait dix ans auparavant,

Dix ans de vice ancien et de vieille sottise
Revenus à la piste en une tête grise,

Dix ans, Seigneur en Croix ! d’un âge mûrissant
Menant son train honteux d’impur adolescent,

Parjure au vrai Bonheur, réfractaire à la Grâce !
Mais voici qu’on voudrait rebrousser sur sa trace :

Ô la foi de l’enfant par soi refait jadis !
Perdue ? ô non, mon Dieu, dans ces dix ans maudits,

Offensée, et c’est trop, c’est affreux, mais perdue,
Ô non, mon Dieu d’amour, et toute l’amour due,

Tout le respect, malgré l’offense de la chair,
Point de l’âme, aveuglée à ces lueurs d’enfer,


Le regret rédempteur, le remords qui délivre,
Ah ! du bon est resté dans ce cœur naguère ivre,

Dans cet esprit qui fut détourné, rien de plus,
Ah ! du bon a veillé dans ce sommeil perclus.

Tout le feu n’est pas mort dans cet amas de cendre,
Le vertige est passé d’infiniment descendre.

On voudrait rebrousser sur la trace d’antan,
C’est fini, non d’ouïr, mais d’écouter Satan…

Ô la foi, la naïve et bonne certitude,
Ô progrès incessants dans la seule alme étude !

Ô la perfection jamais atteinte, mais
Et cet effort, précisément, l’aise et la paix,

Le vrai plaisir en attendant le Bonheur même,
L’or monnayé, pourchas du Diamant suprême,

Le petit sacrifice en quête du grand But,
Ô le Vin éternel dont autrefois l’on but

Une goutte, et qu’il faudrait boire à pleine amphore !
Ah ! cette goutte au moins, pour, donc, la boire encore !