Œuvres complètes de Béranger/Adieu, chansons

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
H. Fournier (3pp. 140-142).


ADIEU, CHANSONS


Air du Tailleur et de la Fée, ou d’Agéline (Air noté )


Pour rajeunir les fleurs de mon trophée,
Naguère encor, tendre, docte, ou railleur,
J’allais chanter, quand m’apparut la fée
Qui me berça chez le bon vieux tailleur.
« L’hiver, dit-elle, a soufflé sur ta tête ;
« Cherche un abri pour tes soirs longs et froids.
« Vingt ans de lutte ont épuisé ta voix,
« Qui n’a chanté qu’au bruit de la tempête. »
Adieu, chansons ! mon front chauve est ridé.
L’oiseau se tait ; l’aquilon a grondé.

« Ces jours sont loin, poursuit-elle, où ton âme
« Comme un clavier, modulait tous les airs ;
« Où la gaieté, vive et rapide flamme,
« Au ciel obscur prodiguait ses éclairs.
« Plus rétréci, l’horizon devient sombre ;
« Des gais amis le long rire a cessé.
« Combien là-bas déjà t’ont devancé !
« Lisette même, hélas ! n’est plus qu’une ombre.
Adieu, chansons ! mon front chauve est ridé.
L’oiseau se tait ; l’aquilon a grondé.


« Bénis ton sort. Par toi la poésie
« A d’un grand peuple ému les derniers rangs.
« Le chant qui vole à l’oreille saisie,
« Souffla tes vers, même aux plus ignorants.
« Vos orateurs parlent à qui sait lire ;
« Toi, conspirant tout haut contre les rois,
« Tu marias, pour ameuter les voix,
« Des airs de vielle aux accents de la lyre. »
Adieu, chansons ! mon front chauve est ridé.
L’oiseau se tait ; l’aquilon a grondé.

« Tes traits aigus, lancés au trône même,
« En retombant aussitôt ramassés,
« De près, de loin, par le peuple qui t’aime,
« Volaient en chœur, jusqu’au but relancés.
« Puis quand ce trône ose brandir son foudre,
« De vieux fusils l’abattent en trois jours.
« Pour tous les coups tirés dans son velours,
« Combien ta muse a fabriqué de poudre. »
Adieu, chansons ! mon front chauve est ridé.
L’oiseau se tait ; l’aquilon a grondé.

« Ta part est belle à ces grandes journées,
« Où du butin tu détournas les yeux.
« Leur souvenir, couronnant tes années,
« Te suffira, si tu sais être vieux.
« Aux jeunes gens raconte-s-en l’histoire ;
« Guide leur nef ; instruis-les de l’écueil ;
« Et de la France, un jour, font-ils l’orgueil,
« Va réchauffer ta vieillesse à leur gloire. »
Adieu, chansons ! mon front chauve est ridé.
L’oiseau se tait ; l’aquilon a grondé.


Ma bonne fée, au seuil du pauvre barde,
Oui, vous sonnez la retraite à propos.
Pour compagnon, bientôt dans ma mansarde,
J’aurai l’oubli, père et fils du repose.
Mais à ma mort, témoins de notre lutte,
De vieux Français se diront, l’œil mouillé :
Au ciel, un soir, cette étoile a brillé ;
Dieu l’éteignit longtemps avant sa chute.
Adieu, chansons ! mon front chauve est ridé.
L’oiseau se tait ; l’aquilon a grondé.



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


ADIEU, CHANSONS.

Air d’Agéline (de B. Wilhem).
No 314.



\relative c'' {
  \time 2/2
  \key c \major
  \autoBeamOff
  \set Score.tempoHideNote = ##t
    \tempo 4 = 100
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
\partial 2 r8 g g e | c'4 c8 c d4 d8 e 
d4 c r8 d16[ (c)] b8 c | a4 r8 f' f e d c | b4 r r8. g16 g8. e16 
c'8. d16 c8. g16 e'4. d16[ (c)]
  b4 a r8 a a8. d16
d8. c16 a8. a16 b4 a
  g2 r8 g'16[ (f)] e8 d
c8. b16 c4. g8 c e 
  e4 d r8 d d d 
d4 a8 a b4 c8 c 
  d2 r8 g16[ (f)] e8 d
 % {page suivante}
c8. b16 c4. g8 c e
  e4 (d) r8 d d d
c4 c8 c d4 ees8. c16
  c8.[ (b16)] b4 r8\fermata g e' e
c4. d16[ (c)] b8 c16[ (b)] a8 b16[ (a)]
  g2 r8 c f f 
e4. c8 b8. b16 b8. g16
  d'2 r8 g, e'8. e16
c4. d16[ (c)] b8 c16[ (b)] a8 b16[ (a)] 
  g2 r8 c f8. f16
e4. c8 b8. b16 b8. g16
  c4 r \bar "||"
}

\addlyrics {
Pour ra -- jeu -- nir les fleurs de mon tro -- phé -- e
Na -- guère en -- cor ten -- dre docte ou rail -- leur
J’al -- lais chan -- ter quand m’ap -- pa -- rut la fé -- e
Qui me ber -- ça chez le bon vieux tail -- leur
"« L’hi" -- ver dit- elle a souf -- flé sur ta tê -- te
Cherche un a -- bri pour tes soirs longs et froids
Vingt ans de lutte ont é -- pui -- sé ta voix
Qui n’a chan -- té qu’au bruit de la tem -- pê -- "te. »"
A -- dieu chan -- sons mon front chauve est ri -- dé
L’oi -- seau se tait l’a -- qui -- lon a gron -- dé
A -- dieu chan -- sons mon front chauve est ri -- dé
L’oi -- seau se tait l’a -- qui -- lon a gron -- dé.

}

Haut