Œuvres complètes de Béranger/Adieux de Marie Stuart

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
H. Fournier (1pp. 137-139).
◄  La Chatte
Les Parques   ►


ADIEUX DE MARIE STUART


Musique de M. B. Wilhem (Air noté )


Adieu, charmant pays de France,
        Que je dois tant chérir !
Berceau de mon heureuse enfance,
Adieu ! te quitter c’est mourir.

Toi que j’adoptai pour patrie,
Et d’où je crois me voir bannir,
Entends les adieux de Marie,
France, et garde son souvenir.
Le vent souffle, on quitte la plage ;
Et, peu touché de mes sanglots,
Dieu, pour me rendre à ton rivage,
Dieu n’a point soulevé les flots !

Adieu, charmant pays de France,
        Que je dois tant chérir !
Berceau de mon heureuse enfance,
Adieu ! te quitter c’est mourir.

Lorsqu’aux yeux du peuple que j’aime
Je ceignis les lis éclatants,

Il applaudit au rang suprême
Moins qu’aux charmes de mon printemps.
En vain la grandeur souveraine
M’attend chez le sombre Écossais ;
Je n’ai désiré d’être reine
Que pour régner sur des Français.

Adieu, charmant pays de France,
        Que je dois tant chérir !
Berceau de mon heureuse enfance,
Adieu ! te quitter c’est mourir.

L’amour, la gloire, le génie,
Ont trop enivré mes beaux jours ;
Dans l’inculte Calédonie
De mon sort va changer le cours.
Hélas ! un présage terrible
Doit livrer mon cœur à l’effroi :
J’ai cru voir, dans un songe horrible,
Un échafaud dressé pour moi.

Adieu, charmant pays de France,
        Que je dois tant chérir !
Berceau de mon heureuse enfance,
Adieu ! te quitter c’est mourir.

France, du milieu des alarmes,
La noble fille des Stuarts,
Comme en ce jour qui voit ses larmes,
Vers toi tournera ses regards.
Mais, Dieu ! le vaisseau trop rapide
Déjà vogue sous d’autres cieux ;

Et la nuit, dans son voile humide,
Dérobe tes bords à mes yeux !

Adieu, charmant pays de France,
        Que je dois tant chérir !
Berceau de mon heureuse enfance,
Adieu ! te quitter c’est mourir.



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


ADIEUX DE MARIE STUART.

Air : Musique de M. B. Wilhem.
No 52



\relative c'' {
  \time 2/2
  \key ees \major
  \tempo "Allegro."
  \autoBeamOff
  \set Score.tempoHideNote = ##t
    \tempo 4 = 120
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
r2 r4 \mark \markup { \musicglyph #"scripts.segno" } bes
  bes2. bes4
  c4. d16[ (c)] bes4 aes
  g (bes) aes g8. g16
f4. (g8) aes4 g
  f r r r8 bes
  bes2. bes4
  c4. c8 bes4 aes
g (bes) aes g^>
  f g8. f16 f4 f8. f16
  ees2 r4 ees'
  c4. d16[ (c)] bes4 ees
f4. (d8) bes4 aes
  g c8.[ (bes16)] bes4 c8.[ (bes16)]
  bes4. (g8) ees4 g^> 
f4 g8. f16 f4 f8. f16
  ees2r4 bes'8. bes16
  ees2. d8. d16
  ees2 r4 bes8. bes16 
d2. d,8. d16 
  ees2^\markup { \italic fin. } \bar "||" r4 \afterGrace bes'4 {ees8}
  ees4 d8. c16 bes4 c8. bes16
  bes4. (aes8) g4 r8 bes 
bes4 (aes8.) c16 c8. bes16 aes8. f16
  ees2 r4 \afterGrace bes'4 {f'16}
  f8.[ (ees16)] d8. c16 bes4 c8. bes16
% {page suivante}
bes4. (aes8) g4 ees'8. d16
  d4 c c d8. c16
  bes2 r4 bes8 bes 
ces4. ces8 bes4 bes8. f16
  ges8.[ (aes16)] bes4 r8 ees ees ees
  f4. d8 bes4 aes 
ges2 bes4 bes8 bes
  des8.\> [(ces16 bes8)]\! aes aes8.\> [(ges16 f8)]\! ees 
d8.[ (f16)] bes4 r d,8. d16
  ees4 ges8. ges16 bes4 ees 
f\fermata r8 d bes4\fermata r8 bes | ees,2 r8
\bar "||" \mark \markup { \musicglyph #"scripts.segno" }
}

\addlyrics {
A -- dieu char -- mant pa -- ys de Fran -- ce
Que je dois tant ché -- rir
Ber -- ceau de mon heu -- reuse en -- fan -- ce
A -- dieu te quit -- ter c’est mou -- rir
Char -- mant pa -- ys de Fran -- ce
Ber -- ceau de mon en -- fan -- ce
A -- dieu te quit -- ter c’est mou -- rir
Te quit -- ter c’est mou -- rir te quit -- ter c’est mou -- rir.
Toi que j’a -- dop -- tai pour pa -- tri -- e
Et d’où je crois me voir ban -- nir
En -- tends les a -- dieux de Ma -- ri -- e
France et gar -- de son sou -- ve -- nir
Le vent souffle, on quit -- te la pla -- ge
Et peu tou -- ché de mes san -- glots
Dieu pour me rendre à ton ri -- va -- ge
Dieu n’a point sou -- le -- vé les "flots !"
A -- dieu a -- dieu.
}

Haut