Adresse de Gettysburg

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Adresse de Gettysburg



19 novembre 1863

L’Adresse de Gettysburg (The Gettysburg Address) est un discours prononcé le 19 novembre 1863 par le président des États-Unis d’Amérique, Abraham Lincoln, lors de l’inauguration d’un cimetière national sur le lieu du champ de bataille de Gettysburg (1er-3 juillet 1863).

Il s’agit de la version dite du Mémorial, inscrite sur les murs du Lincoln Memorial à Washington D.C., dont une reproduction est disponible sur Wikisource.

Adresse[modifier]

Il y a quatre-vingt-sept ans nos pères ont donné le jour sur ce continent à une nouvelle nation, conçue dans la liberté et attachée à l’idée que tous les hommes sont créés égaux.

Nous sommes aujourd'hui engagés dans une grande guerre civile qui éprouvera la résistance au temps de cette nation, comme de toute autre nation de conception et de vocation semblables. Nous voilà rassemblés sur un grand champ de bataille de cette guerre. Nous sommes venus offrir, pour dernière demeure, un lopin de cette terre à ceux qui ont donné leur vie pour que vive cette nation. Ce n’est somme toute que convenance et justice que nous fassions ceci.

Mais, plus généralement, nous ne pouvons destiner… nous ne pouvons consacrer… nous ne pouvons sanctifier cette terre. Les braves, vivants et morts, qui ont lutté ici, l’ont consacrée bien au-delà de notre humble pouvoir d’ajouter ou de retrancher. Le monde n’accordera pas beaucoup d’importance ni ne se souviendra longtemps de ce que nous avons dit ici, mais ce qu’ils ont fait ici ne pourra jamais être oublié. C’est à nous, les vivants, plutôt, d’être voués ici à la tâche inachevée, pour laquelle ils ont ainsi combattu ici si noblement. C’est plutôt à nous d’être ici voués à la grande tâche qui nous revient… que de ces honorés défunts nous portions une dévotion grandissante à cette cause pour laquelle ils ont donné la dernière et grande mesure de dévouement ; que nous prenions ici la ferme résolution que ces morts ne seront pas morts en vain ; que cette nation, si Dieu le veut, verra renaître la liberté ; et que le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple, ne disparaîtra pas de la terre.

le 19 novembre 1863