Anna Karénine (trad. Faguet)/Partie VII/Chapitre 6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Traduction par Anonyme.
Texte établi par Émile FaguetNelson (tome 2p. 412-413).


CHAPITRE VI


« On ne reçoit peut-être pas ? demanda Levine en entrant dans le vestibule de la maison Bohl.

— Si fait, veuillez entrer », répondit le suisse en ôtant résolument la fourrure du visiteur.

« Quel ennui ! pensa Levine qui retirait un de ses gants en soupirant, et tournait mélancoliquement son chapeau entre ses mains. Que vais-je leur dire ? et que suis-je venu faire ici ! »

Dans le premier salon il rencontra la comtesse qui donnait d’un air sévère des ordres à un domestique ; son visage se radoucit en apercevant Levine, et elle le pria d’entrer dans un boudoir où ses deux filles causaient avec un officier supérieur. Levine entra, salua, s’assit près d’un canapé, et posa son chapeau entre ses genoux.

« Comment va votre femme ? Vous venez du concert ? nous n’avons pu y aller », dit une des jeunes filles.

La comtesse parut, s’assit sur le canapé et, se tournant vers Levine, reprit la série des mêmes questions : la santé de Kitty, le concert, et ajouta, pour varier, quelques détails sur la mort subite d’une amie.

« Avez-vous été hier à l’Opéra ?

— Oui.

— La Lucca a été superbe. »

Et ainsi de suite jusqu’à ce que l’officier supérieur se levât, saluât et sortît.

Levine fit mine de suivre cet exemple, mais un regard étonné de la comtesse le retint : le moment n’était pas venu. Il se rassit, tourmenté de la sotte figure qu’il faisait, et de plus en plus incapable de trouver un sujet de conversation.

« Irez-vous à la séance du comité ? demanda la comtesse : on dit qu’elle sera intéressante.

— J’ai promis d’y aller chercher ma belle-sœur. »

Nouveau silence, pendant lequel les trois dames échangèrent un regard.

« Il doit être temps de partir », pensa Levine, et il se leva. Les dames ne le retinrent plus, lui serrèrent la main et le chargèrent de mille choses pour sa femme.

Le suisse, en lui remettant sa pelisse, lui demanda son adresse, et l’inscrivit gravement dans un superbe livre relié.

« Au fond, tout cela m’est bien égal, pensa Levine, mais, bon Dieu, qu’on a l’air bête ! et combien tout cela est inutile et ridicule. »

Il alla chercher sa belle-sœur, la ramena chez lui, y trouva Kitty en bonne santé, et se rendit au club, où il devait rejoindre son beau-père.