100%.png

Annales de pomologie belge et étrangère/Poire Iris Grégoire

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Annales de pomologie belge et étrangère - 6.djvu

Poire Iris Grégoire.

(Grégoire.)

(Spécimen récolté sur pyramide.)

Cette nouvelle poire provient des semis de notre collègue, M. Grégoire, de Jodoigne ; sa première production date de 1853, et son admission par la Commission royale de Pomologie a eu lieu en 1855.

Le fruit est moyen ou assez gros, turbiné pyriforme et bosselé. Le pédoncule, gros, charnu, brun-roux à sa base, est ligneux et brun-foncé à son sommet ; il est implanté sans solution de continuité au sommet de plusieurs proéminences charnues, superposées, et parfois il est placé de côté et renversé de manière à former un angle avec le fruit. L’épiderme, jaune d’or à l’époque de la maturité, est ombré de brun-roux autour du calice, panaché et ponctué de même couleur sur toute sa surface. Le calice, irrégulier, occupe une cavité profonde et bosselée ; ses divisions sont charnues, dressées ; ou sèches et caduques. La chair est blanche, fine, fondante, beurrée, son eau suffisante, sucrée, bien parfumée, a une légère saveur d’amande.

C’est un fruit de première qualité, qui commence à mûrir en décembre et va jusqu’en janvier et mars. Cultivé en espalier, le fruit devient beaucoup plus gros et conserve ses bonnes qualités.

L’arbre est pyramidal, d’une vigueur moyenne et assez fertile.

Ses branches à fruits sont grêles, grises.

Les supports sont assez gros, courts, gris et ridés à leur base, renflés, brun-noisette à leur sommet.

Les boutons à fleurs sont gros, ovales, pointus, brun-clair ombré de brun foncé.

Les jeunes rameaux sont grêles, de longueur moyenne, renflés à leur sommet, flexueux et striés. L’épiderme, lisse, luisant, gris-brun du côté du soleil, gris-roux du côté de l’ombre, est ponctué de quelques rares lenticelles rondes, rousses ou grises, très-peu apparentes.

Les gemmes sont très-gros, ovales, pointus, saillants, brun foncé, fortement lavés de gris argenté ; à la base des rameaux vigoureux, ils sont portés sur des rudiments de lambourdes.

Les mérithalles sont réguliers, courts.

Les feuilles sont amples, ovales, aiguës, ou ovales-arrondies et accuminées ; planes, d’un beau vert foncé, parfois entières, mais ordinairement à serrature large et régulière.

Le pétiole, long de 2 à 4 centimètres, est gros, canaliculé, vert clair.

Les stipules sont linéaires.

Alexandre Bivort.