Mozilla.svg

Anthologie des poètes bretons du XVIIe siècle/J.-B. Babin

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Anthologie des poètes bretons du XVIIe siècleSociété des bibliophiles bretons et de l’histoire de la Bretagne (p. 167-168).

JEAN-BAPTISTE BABIN

(1662.)


Dans le recueil de 1662, où se trouvent les poésies de René de l’Espine, se rencontrent maintes pièces faites en l’honneur de ce dernier. Quelques autres pièces n’ont aucun trait au poète croisicais ; entre autres, deux sont de J.-B. Babin, conseiller du roi, trésorier de France et général des finances de Sa Majesté en Bretagne, à Nantes. Singulièrement supérieurs aux vers des poètes de profession, ceux de Babin ont une véritable élévation. La première pièce est un dialogue entre l’auteur et les cloches de Saint-Pierre de Nantes : « Un levier s’estant détaché d’un câble, comme l’auteur faisoit peser les cloches, la douleur qu’il en receut à l’un de ses pieds donna sujet à ces stances. » L’autre pièce est un sonnet qui a une valeur véritable. Le voici :

Chéris-tu le repos plus que toute autre chose ?
Ton esprit se plaît-il dans la tranquillité ?

Veux-tu briser tes fers et vivre en liberté ?
Écoute et comprends bien ce qu’un ami propose :

Si tu vis sans dégoust des mets que l’on te pose,
Si tu ne bois qu’au tant qu’il faut pour ta santé,
Si ton habit ne sert qu’à ta nécessité
Et si ton corps lassé sans femme se repose ;

Si ton parfaict ami te tient lieu de parents,
Si tu ris des thrésors et de l’orgueil des grands,
Si ta foy croit en Dieu, sans le pouvoir comprendre ;

Si, ferme dans tes maux, tu te passes d’honneurs,
Et si tu conçois bien qu’incessamment tu meurs,
Qui peut troubler ta vie, et que peux-tu prétendre ?


Bibliographie

« Poésies rares et nouvelles d’auteurs extraordinaires, à Paris, chez Michel Landron, imprimeur dans l’isle du Palais, MDCLXII. »

Stéphane Halgan.