Anthologie féminine/Anne de Bourbon

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anthologie féminineBureau des causeries familières (p. 69-70).

ANNE DE BOURBON

(1619-1677)


Fille de Henri II, prince de Condé, et de Marguerite de Montmorency, femme de Henri d’Orléans, duc de Longueville, Anne de Bourbon s’occupa de politique : sœur des princes de Conti et de Condé, elle usa de toute son influence pour les pousser dans le parti de la Fronde ; on a d’elle un choix de lettres qui ne manquent pas d’originalité. Elle mourut aux Carmélites.

PENSÉE

Les beaux jours que donne le soleil ne sont que pour le peuple, la présence de ce que l’on aime fait les beaux jours des honnêtes gens.


LETTRE
à Mme la princesse louise-marie de gonzague
Le 27 août 1645.

Je vous suis très redevable de la bonté que vous avez eue de prendre part à la joie que le bonheur de Monsieur mon frère m’a donnée. C’est une marque très obligeante de l’honneur que vous me faites de m’aimer, que je n’ai point de paroles pour vous exprimer le ressentiment que j’en ai. Je crois que vous ne doutez pas de ma reconnaissance là-dessus ; c’est pourquoi j’en quitterai le discours pour vous donner des nouvelles de M. le maréchal de Grammont, comme vous me l’ordonnez. Je vous dirai donc qu’il est prisonnier, mais pas blessé, à ce que l’on m’a assuré. On espère que sa prison ne sera pas longue. Car nous avons pris le général Glen, contre lequel on croit qu’on l’échangera promptement, les ennemis ayant grand besoin d’un homme de commandement parmi eux, et ayant perdu, par la mort de Mercy et par la prison de celui-ci, tous les plus considérables qu’ils eussent ; ce qui fait croire qu’ils ne feront nulle difficulté de rendre M. le maréchal de Grammont contre Glen, qu’on leur devait offrir tout à l’heure. Voilà tout ce que j’en ai appris. La pauvre Mme de Montausier est fort affligée de Pisany, à ce qu’on m’a dit. Je suis ravie que Trie vous soit agréable et que le séjour ne vous en soit pas incommode. Je souhaite pourtant de tout mon cœur que vous le quittiez bientôt, afin qu’en vous voyant souvent on puisse profiter du temps qui reste à vous avoir encore ici....