La Chanson d’un gas qu’a mal tourné/Après Vendanges

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Après Vendanges


V’là les pèsans qu’ont fait vendanges !
V’là les perssoués qui piss’nt leu’s jus ;
On travaille aux portes des granges
À « rassarrer » l’vin dans les fûts.
L’vin ! Ça met des moignieaux qui chantent
Dans les cœurs et dans les çarvieaux ;
Mais, moué qui n’fais qu’de bouèr’ de l’ieau,
J’me sens dans les boyeaux du vente
Comm’des gernouill’s qui font coin-coin…
J’vourais ben m’foute eun’ saoulé d’vin !

Tout l’monde est saoul su’ mon passage,
Même el’ mâ’r qui vient d’marier
Deux bourgeouésieaux d’l’environnage,
Et même itou Môssieu l’Curé
Qu’a vidé trop d’foués son calice :
N’en v’là, des gens qu’ont l’air heureux !

I’s s’dounn’nt la main ou l’bras entre eux,
I’s s’étay’nt et s’rend’nt el’ sarvice
D’ramasser c’ti qu’a culbuté ;
I’s s’embrass’nt su’ tous les coutés
Au nom de la fraternité,
Et leu’s dégueulis s’aplatissent
Coumm’ des étouel’s le long du chemin.
J’vourais ben m’foute eun’ saoulé’ d’vin !

Allons, les houmm’s ! Allons, mes frères !
Allons, avancez-moué-z-un verre.
J’veux fratarniser avec vous ;
J’veux oublier tout’ ma misère
En trinquant et buvant des coups
Avec les grands, avec les grous ;
J’veux aphysquer les idé’s rouges,
Les idé’s roug’s et nouer’ qui bougent
Dans ma caboch’ de gueux et d’fou :
J’veux vous vouér et vouér tout en rouse
Et crér’ qu’si j’ai mal vu les chouses
C’est p’t-êt’ pasque j’étais pas saoul.
Allons, avancez-moué-z-un verre !
J’veux prend’e eun’ cuite à tout casser,

Et, l’souer, coucher dans un foussé
En m’accotant à queuqu’ tas d’pierres
Pour cuver mon vin tranquill’ment.

J’me rappell’rais p’t-êt’ la pèrière
Que j’disais tous les souers dans l’temps,
Et l’bon Guieu et tout’ sa bricole,
Et la morale au maît’ d’école :
« Propriété, patrie, honneur,
Et respect au gouvarnement ! »
Et la longér’ des boniments
Dont que j’me fous pour le quart d’heure !
J’trouv’rai p’t-êt’e itou qu’on a tort
D’voulouer se cabrer cont’ son sort,
Que l’mond’ peut pas êt’ sans misère,
Qu’c’est les grous chiens qui mang’nt les p’tits,
Et qu’si j’pâtis tant su’ c’tte terre
J’me rattrap’rai dans l’Paradis !

Allons, les houmm’s, allons, mes frères !
J’veux ben que j’n’ai pas l’drouet au pain ;
Laissez-moué l’drouet à la chimère,
La chimèr’ douc’ des saoulé’s d’vin !