100%.png

Astronomie populaire (Arago)/XVII/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
GIDE et J. BAUDRY (Tome 2p. 339-349).

CHAPITRE XVII

des comètes à longue période


La comète de Halley est la seule comète à longue période dont le retour soit aujourd’hui bien certain. Les comètes qu’il n’est donné à chaque génération de voir que tout au plus une fois, celles qui ne doivent revenir à leur périhélie qu’au bout de plusieurs siècles, qu’au bout peut-être de plusieurs milliers d’années, sont très imparfaitement connues des astronomes du XIXe siècle. La science résoudra plus tard des questions qu’il nous est seulement permis de poser, car nous léguons à nos neveux des éléments dont l’exactitude ne saurait être mise en balance avec le vague des descriptions que nous ont laissées nos ancêtres.

Nous allons passer en revue les différentes comètes dont les orbites elliptiques s’étendent au delà de l’orbite de Neptune, en commençant par celles qui ont les plus petites distances aphélies.

D’abord se présentent cinq comètes dont les durées des révolutions sont comprises entre 69 et 75 ans :

1° La comète découverte à Gœttingue, le 27 juin 1852 (n° 195 du catalogue), par M. Westphal et dont l’orbite elliptique a été calculée par M. Marth, a pour

Demi grand axe 
 16,32
Distance aphélie 
 31,99
Excentricité 
 0,9248

La durée de sa révolution est de 69 ans environ.

2° La comète découverte par Pons en juillet 1812 (n° 126 du catalogue) et que nous avons déjà mentionnée à cause de sa visibilité à l’œil nu, présente, d’après les calculs de M. Encke, une orbite elliptique qui a pour

Demi grand axe 
 17,095
Distance aphélie 
 33,414
Excentricité 
 0,9545

La durée de la révolution est de 70ans,68.

3° La comète d’Olbers, qui porte le nom du grand astronome qui l’a découverte le 6 mars 1815 (n° 129 du catalogue), et qui l’a observée jusqu’à la fin d’août, présenta, d’après les calculs de Nicolaï, Gauss, Nicollet et Bessel, une orbite elliptique qui a pour

Demi grand axe 
 17,634
Distance aphélie 
 34,055
Excentricité 
 0,9312

La durée de la révolution est de 74ans,05. D’après les calculs de M. Bessel, elle reviendra à son périhélie en février 1887, l’action perturbatrice des planètes devant hâter son retour d’environ deux ans.

4° Le père Vico à Rome, le 20 février 1846, et M. Bond à Cambridge (États-Unis), le 26 février, ont découvert dans la Baleine une comète (n° 174 du catalogue) qui a été observée jusqu’au commencement de mai. Cette comète, d’après les calculs très-concordants de Deinse et de Peirce, a une orbite elliptique, et on peut compter sur les nombres suivants :

Demi grand axe 
 17,507
Distance aphélie 
 34,351
Excentricité 
 0,9621
La durée de la révolution est de 73ans,25.

5° La comète découverte à Altona par M. Brorsen, aux confins des constellations du Bélier et du Triangle, le 20 juillet 1847, a été observée par M. Rumker jusqu’au 12 septembre. Son orbite elliptique a été calculée par plusieurs astronomes, et M. d’Arrest a trouvé, d’après l’ensemble des observations (n° 183 du catalogue) :

Demi grand axe 
 17,779
Distance aphélie 
 35,071
Excentricité 
 0,9726

La durée de la révolution est de 74ans,97.

Les comètes que nous allons maintenant citer accomplissent leurs révolutions, d’après les calculs fondés sur les observations, dans des temps si considérables pour la plupart, qu’il peut paraître d’une grande présomption d’espérer jamais la vérification des retours que prédisent cependant les théories astronomiques.

I. Nous avons déjà eu l’occasion de dire que la comète de 1532 (n° 29 du catalogue), découverte par Fracastor, observée par Apian, calculée par Halley, Olbers et Méchain, est soupçonnée être identique avec celle de 1661 (n° 42 du catalogue), découverte par Hévélius et calculée par Méchain. L’intervalle écoulé entre les deux apparitions est d’environ 129 ans.

II. Flamsteed, le premier astronome royal de Greenwich, a découvert le 23 juillet 1683 une comète qu’il a observée jusqu’au 5 septembre (n° 50 du catalogue). Les éléments elliptiques de cette comète, calculés par M. Clausen, lui assignent une durée de révolution de 187ans,8. On a, en outre,

Demi grand axe 
 33,031
Distance aphélie 
 65,512
Excentricité 
 0,9832

Cette comète devra être recherchée vers 1870 ; on aura à tenir compte, dans le calcul du prochain retour, de l’influence perturbatrice des planètes.

III. La comète découverte à Parme par M. Colla, le 2 juin 1845 (n° 171 du catalogue), n’a été observée que jusqu’au 27 juin ; mais les calculs de son orbite, effectués par M. d’Arrest, ont donné des éléments très-semblables à ceux de la comète découverte par Tycho en 1596 (n° 38 du catalogue), et qui a été calculée par Pingré et plus récemment par MM. Valz et Hind. L’intervalle écoulé entre les deux apparitions est de 249 ans.

IV. On a observé, en 1264, une brillante comète dont les éléments ont été calculés (n° 17 du catalogue) par Pingré et Dunthorne. Tous les historiens sont d’accord pour vanter sa splendeur pendant le mois d’août et durant une partie de septembre. On rapporte que sa queue avait plus de 100° de longueur, et d’après les récits chinois elle présentait une courbure analogue à celle d’un sabre. Elle fut visible jusqu’au 2 octobre, et disparut, dit-on, la nuit même de la mort du pape Urbain IV.

Si le lecteur prend la peine de comparer les éléments de cette comète avec ceux de la comète de 1556, qui porte le n° 30 dans notre catalogue, il reconnaîtra sans peine la grande ressemblance que ces éléments présentent. La comète de 1556 a été découverte par Fabricius le 1er mars ; elle fut observée jusqu’en mai.

L’intervalle qui s’est écoulé entre les deux apparitions est d’environ 292 ans, ce qui porte l’époque de son prochain retour en 1858. A cause des perturbations planétaires on devra la rechercher de 1856 à 1860.

V. M. Bremiker a découvert à Berlin, le 22 octobre 1840, une comète qui fut observée jusqu’au milieu de février 1841 (n° 162 du catalogue). Les calculs de M. Gœtze ont démontré que son orbite était elliptique, et qu’elle avait pour

Demi grand axe 
 49,12
Distance aphélie 
 96,76
Excentricité 
 0,96985

VI. Nous avons vu précédemment (ch. xiv) que les calculs de M. Hubbard assignent à la grande comète de 1843 (n° 164 du catalogue) une durée de révolution de 376 ans. S’il y avait identité entre les comètes de 1668 et de 1843, comme le croient beaucoup d’astronomes, la période ne serait que de 175 ans ou une fraction de ce nombre.

VII. Le 30 août 1846, M. Brorsen a découvert une comète (n° 177 du catalogue) observée jusqu’au 12 juin. Les calculs de M. Wichmann lui assignent une orbite elliptique ayant pour

Demi grand axe 
 54,42
Distance aphélie 
 108,21
Excentricité 
 0,9884

La durée de la révolution serait de 401 ans.

VIII. Perny a découvert le 24 septembre 1793 une comète qui fut observée jusqu’au 3 décembre. Burckhardt en ayant calculé l’orbite elliptique, lui avait assigné une durée de révolution d’environ 12 ans. M. d’Arrest ayant repris l’étude de la marche de cette comète, lui attribue une période de 422 ans (n° 109 du catalogue).

IX. Les calculs de M. Hind sur la comète de 1746 (n° 71 du catalogue), qui paraît n’avoir été observée que par Kindermanns, ont fourni des éléments très-semblables à ceux de la comète de 1231 (n° 16 du catalogue), qui ont été calculés par Pingré. L’intervalle écoulé entre apparitions est 515 ans.

X. La troisième comète de 1840 (n° 161 du catalogue) découverte à Berlin, le 6 mars, par M. Galle, n’a été observée que jusqu’au 27. Ses éléments, calculés par MM. Petersen et Rumker sont assez semblables aux éléments calculés par Burckhardt, d’après les observations chinoises pour la comète de 1097 (n° 15). L’intervalle écoulé entre les deux apparitions est de 743 ans.

XI. La seconde comète de 1811 (n° 125 du catalogue), qui fut découverte par Pons, à Marseille, le 16 novembre, et qu’on a observée jusqu’au 16 février 1812, a été calculée par M. Nicolaï, qui lui a trouvé une orbite certainement elliptique et ayant pour

Demi grand axe 
 91,51
Distance aphélie 
 181,44
Excentricité 
 0,9827

La durée de la révolution est de 875 ans.

XII. La grande comète de 1807, observée depuis le 9 septembre jusqu’au 27 mars 1808, a été calculée avec beaucoup de soin (n° 120 du catalogue) par Bessel, qui assigne à son orbite elliptique :

Demi grand axe 
 143,86
Distance aphélie 
 286,07
Excentricité 
 0,9955

La durée de la révolution calculée est de 1 714 ans. Mais il est possible qu’elle s’élève à 2 157 ans ou s’abaisse à 1 404 ans.

XIII. La grande comète de 1769 (n° 84 du catalogue), qui fut découverte par Messier le 8 août, et qui fut observée jusqu’au ler décembre, a été soumise à un examen très-approfondi par Bessel, qui a trouvé que sa période la plus probable était de 2 090 ans, mais qu’on pouvait l’étendre jusqu’à 2 673 ans ou la diminuer jusqu’à 1 692 ans, nombres extrêmes qui diffèrent de près de 1 000 ans. Dans l’hypothèse d’une durée de révolution de 2 090 ans, on a pour

Demi grand axe 
 163,46
Distance aphélie 
 326,80
Excentricité 
 0,9992

XIV. On avait supposé que la comète découverte par Pons, le 2 août 1827 (n° 152 du catalogue), et qui fut observée jusqu’au milieu d’octobre, était identique avec la première de 1780 (n° 91 du catalogue), mais les calculs de l’orbite elliptique faits par Cluver ont écarté cette opinion. Cette comète a pour

Demi grand axe 
 189,62
Distance aphélie 
 379,10
Excentricité 
 0,9993

La durée de la révolution est de 2 611 ans.

XV. Le père Vico a découvert le 24 janvier 1846, dans la constellation de l’Éridan, une comète qui fut observée jusqu’au 1er mai par M. Argelander. Les éléments elliptiques calculés par M. Jelinek, de Prague, lui assignent une période de 2 721 ans qui présente une incertitude de 400 à 500 ans en plus où en moins, de telle sorte qu’elle est comprise entre 2 319 et 3 255 ans.

XVI. La célèbre comète de 1811 (n° 124 du catalogue), découverte par Flaugergues le 26 mars 1811, observée jusqu’en août 1812, calculée par Bessel, Argelander, Conti, etc., présente une orbite elliptique ayant pour

Demi grand axe 
 211,03
Distance aphélie 
 421,02
Excentricité 
 0,9951

La durée de la révolution est de 3 065 ans, et la limite de l’erreur ne s’élève pas à plus de 43 ans.

XVII. Messier a découvert le 28 septembre 1763 une comète (n° 80 du catalogue) qui ne fut observée que jusqu’au 25 novembre ; elle a été calculée par Lexell et Burckhardt, mais on ne peut avoir une grande confiance dans les résultats de calculs reposant sur l’observation d’une si faible partie du parcours. Quoi qu’il en soit, l’orbite elliptique aurait pour

Demi grand axe 
 217,41
Distance aphélie 
 434,32
Excentricité 
 0,9954

XVIII. La grande comète de 1825 (n° 145 du catalogue), qu’on appelle aussi la comète du Taureau, a été découverte par Pons le 15 juillet, et elle fut observée jusqu’au 8 juillet 1826, c’est-à-dire qu’elle a été vue pendant près d’un an. Les calculs de Hansen lui assignent une orbite elliptique ayant pour

Demi grand axe 
 267,94
Distance aphélie 
 534,64
Excentricité 
 0,9954

La durée de la révolution est de 4 380 ans.

XIX. La comète (n° 139 du catalogue) découverte par Pons le 13 juillet 1822, fut observée jusqu’au1 11 novembre. Les calculs de M. Encke ont donné une orbite elliptique ayant pour

Demi grand axe 
 309,65
Distance aphélie 
 618,15
Excentricité 
 0,9963

La durée de la révolution est de 5 649 ans.

XX. M. Schweizer a découvert le 11 avril 1849, dans la couronne boréale, une comète (n° 188 du catalogue) qui fut observée jusqu’au 24 août. Les calculs de M. d’Arrest ont fourni une orbite elliptique ayant pour

Demi grand axe 
 406,81
Distance aphélie 
 812,73
Excentricité 
 0,9978

La durée de la révolution est de 8 375 ans.

XXI. La célèbre comète de 1680 (n° 49 du catalogue) donna à Newton l’occasion de prouver que les comète, dans leur mouvement de circulation autour du Soleil, se meuvent dans des sections coniques, et que conséquemment elles sont maintenues dans leurs orbites par la même force qui maîtrise les planètes. Elle fut découverte par Kirch à Gobourg en Saxe, le 14 novembre, et observée jusqu’en mars 1681. Elle a été l’objet des recherches des plus illustres astronomes et géomètres. Il reste cependant quelque doute sur la véritable forme de son orbite. Les calculs de M. Encke lui assignent une orbite elliptique ayant pour

Demi grand axe 
 427,64
Distance aphélie 
 855,28
Excentricité 
 0,9999

La durée de la révolution serait de 8 813 ans.

Whiston a calculé pour cette comète une orbite dont le grand axe serait 138 fois plus grand que la distance moyenne de la Terre au Soleil, ou plus exactement 138,296 ; elle ferait, dans cette hypothèse, sa révolution en 575 ans.

XXII. La comète découverte le 25 janvier 1840, par M. Galle à Berlin (n° 160 du catalogue), a été observée jusqu’au ler avril. Les calculs de M. Loomis ne lui assignent qu’une période de 2 423 ans. Les recherches laborieuses de M. Plantamour ont déterminé au contraire une durée de révolution de 13 866 ans ; d’après ce dernier astronome, l’orbite elliptique a pour

Demi grand axe 
 577,11
Distance aphélie 
 1 053,00
Excentricité 
 0,9979

XXIII. La première comète de 1780 (n° 91 du catalogue), découverte par Messier le 26 octobre, n’a été observée que jusqu’au 28 novembre. Cependant l’orbite elliptique a été calculée par M. Cluver, qui a trouvé pour

Demi grand axe 
 1 787,92
Distance aphélie 
 3 974,88
Excentricité 
 0,99995
La durée de la révolution serait de 75 838 ans.

XXIV. La comète découverte à Paris par M. Mauvais le 7 juillet 1844 (n° 167 du catalogue), a été observée jusqu’au 10 mars 1845. Elle a été vue de part et d’autre de son périhélie, et M. Plantamour en a calculé avec beaucoup de soin les éléments elliptiques. Il a trouvé une durée de révolution de 100 000 ans.

Nous voici donc arrivés à des comètes qui, après être venues à une distance du Soleil moindre que le rayon de l’orbite terrestre, s’en éloignent à plusieurs milliers de fois ce rayon. Elles sont allées se plonger dans l’espace à des distances plus éloignées de la Terre que les étoiles α du Centaure, α de la Lyre, Sirius, Arcturus, la Chèvre (liv. ix, chap. xxii), et il faudra attendre leur retour pendant des milliers de siècles.