Atlas universel d’histoire et géographie/Grece septentrionale

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

CARTE N° 8

I. GRECE SEPTENTRIONALE. GRÆCIA SUPERIOR.

L'intérêt que présente la Grèce ancienne pour les études classiques nous a déterminé à en donner la topographie avec quelque détail en deux cartes : la Grèce septentrionale et la Grèce méridionale.

LA GRECE SEPTENTRIONALE.

Cette carte comprend : la partie méridionale de la Macédoine, avec la Chalcidique, YÉpire, la Thessalie, et tous les pays de YHellade, sauf l'Attique : c'est-à-dire Y Acarnanie, l'Étolie, la Doride, les trois Locrides, la Pliocide et la Béotie, le nord de VEubée, quelques îles de la mer Egée et de la mer Ionienne.

1° GÉOGRAPHIE PHYSIQUE.

La géographie physique de la Grèce est si étroitement unie à son histoire, à sa religion et à sa poésie, qu'elle rentre dans la géographie historique.

Orographie. Pour cette partie septentrionale, nous citerons : YHœmus, le Pangeus, YOrbelus, le Bhodopes, en Macédoine et en Thrace (ils excèdent le cadre de la carte) ; les monts Bermius, Pierus, en Macédoine ; le mont Athos, en Chalcidique ; en Épire,lemont Tymphe, d'où se détachent les Cambunii qui engendrent Y Olympus, au nord de la Thessalie ; YOssa, le Pelion, à l'est, et le Pindus qui sépare ce pays de l'Épire et engendre les chaînes de YOthrys et de YOEta, complètent le système orographique de la Thessalie ; — le Lyncus, le Tomarus et la chaîne des monts Acrocerauni, terminés par le promontoire Acroceraunia (hors. du cadre de la carte), complètent celui de l'Epire. — Dans l'Hellade, il suffira de citer la chaîne du Parnassus. En Phocide, YHelicon, et le Cilhseron en Béotie.

Promontoires. Nymphxum, Ampelus, Canastrasum, Posidium et OEneum, en Chalcidique ; — Sepias et Tissœum, en Thessalie ; — Artemisium et Cenœum, en Euhée septentrionale ; — Antirhium, en Locride ; — Actium, en Acarnanie ; — Amphipagus, au sud de l'île de Corcyre ; Leucate, au sud de l'île de ce nom, connu dans la légende de Sapho.

Détroit. L'Euripus, entre l'Eubée et la Béotie.

Mers, Golfes. Mer Mgeeum, qui forme les golfes :

Strymonius, Singiticus, Toronaïcus et Thermai-

cus, Pagasseus, Maliacus, Euboïcus ; — mer Ionium, qui forme : 1° le golfe Corinthiacus, lequel forme à son tour les golfes : Crissasus etAlcyonius ; 2° les golfes : Ambracius et Thesprotius.

Iles. Dans la mer Egée, les îles : Halonesus, Sciathus, Peparethus, Scyrus et YEubeea ; — dans la mer Ionienne, Corcyra, Paxus, Leucas, Taphos, Carnos, qui sont les îles Ioniennes septentrionales.

Défilé. Les Thermopylœ, confins de la Thessalie et de la Locride.

Fleuves et Lacs. Les fleuves : Strymon, Echedorus, Axius, Rhœdias, Haliacmon, et les lacs Bolbe et Begorrites, en Macédoine ; — en Thessalie, le Peneus, grossi de YEuropus, de YEnipeus, du Pamisus, de YOnothonus et de YApidanus, traverse la vallée de Tempe, et reçoit l'écoulement des lacs Nessonis et Boebis ; le Sperchius qui se jette dans le golfe Maliaque ; — en Phocide et en Béotie, le Cephissus qui se jette dansleiac Copaïs et a un écoulement souterrain dans la mer Egée ; YAsopus qui se jette également dans cette mer ; le Permessus, dans le golfe de Corinthe ; — YEvenus et YAcheloûs, en Eolie et en Acarnanie, et qui se jettent dans la mer Ionienne ; — YArachtus et le Charadrus, en Epire, qui se jettent dans le golfe d'Ambracle ; — YAcheron, grossi du Cocylus, et qui se jette dans la mer Ionienne, ainsi que YAoùs.

Topographie historique.

Nous avons divisé la Grèce du nord, suivant l'usage, en un certain nombre de contrées dont les noms survivant, pendant toute son histoire, aux changements politiques et qui ont servi à désigner, en tous temps à peu près, la même étendue de pays : Macédoine, Epire, Thessalie, etc. Ces contrées comprennent un certain nombre de subdivisions, également permanentes. En rappelant ici les unes et les autres, nous y ajouterons les noms de3 villes historiques les plus importantes.

Mais un élément non moins fixe dans l'histoire grecque et qui nous permet d'établir une autre sorte de division, c'est l'élément ethnographique, pour ce qui concerne du moins les pays occupés par les diverses familles helléniques : Doriens, Ioniens, Éoliens, Achéens. On sait, en effet, que depuis l'arrivée des Doriens dans le Péloponèse, révolution qui eut lieu vers 1104, ces familles furent à peus près définitivement établies.

Les Pelages, réfugiés en Ëpire, dans une partie de la Thessalie et en Arcadie, s'y étaient mêlés aux Hellènes. (Voy. pour l'ethnographie les deux cartes de Grèce.)

Les Éoliens dominèrent principalement dans l'Hellade, l'Acarnanie, l'Etolie, les Locrides, la Phocide, la Béotie, les îles de Cephalenia, de Zacynthuset d'Ithaca, l'Elide et une partie de la Thessalie.

Les Ioniens, en Attique, en Eubée, dans les îles delà mer Egée, dans la Chalcidique et sur les côtes de la Thrace.

Les Doriens, en Doride, en Argolide, en Laconie et en Messénie, dans les îles du golfe Saronique, en Corinthie, en Mégaride, en Sicyonie et dans les îles Ioniennes septentrionales : Corcyra, Paxos, Leucas, Taphos, ainsi qu'à Cythera, Hydrea, Tiparenus, Mélos, Thera, l'île de Crête, l'Ambracie.

Les Achéens, en Achaïe.

Macédoine. Cette contrée comprenait plusieurs districts : la Mygdonia avec la Bisaltia, où l'on trouvait Anthemus, Apollonea^Mygdonia, Tlierma ; plus tard Thessalonice, port très-important ; — VEmathia avec la Bottioea ; villes : Pella, capitale de la Macédoine ; JEgxe ou Edessa, Citium, Berrhoea, Methone, Pydna, toutes deux célèbres dans les guerres de Macédoine (deux victoires des Romains à Pydna, 168, 148) ; — la Pieria, villes : Dium, Petra, Heracleum, Libethrium ; — YEordœa, villes : Cellœ, Miez-a ; — YElimiotis, ville : Elima. — Hors du cadre de la carte, se trouvaient encore en Macédoine : YOrestis, la Lyncestù, la Pelagonia et la Pœonia.

La Thrace, qui commençait au Strymon et à la ville d'Amphipolis, est hors du cadre de cette carte. (Voy. l'empire d'Alexandre.)

La Chalcidique, qui fut conquise par Philippe, n'appartenait, ni ethnographiquement ni politiquement, à la Macédoine. Ce riche pays était entièrement couvert de colonies ioniennes. Il se composait : 1° de la Chalcidique proprement dite, où Ton trouvait les villes célèbres de Stagirus, patrie d'Aristote ; Stratonicea, Acantus, Apoïlonia-Chalcidice, Antigonia et Olynthus, la plus célèbre ; — et 2° des trois péninsules d'Acte, avec les villes de Dium, de Charadrœ, de Thyssus ; — de Sithonia, où étaient Torone et Singus ; — et enfin de l 'aliène, où était Potidtca, seule ville dorienne de cette région qui, plus tard, devint le célèbre port de Cassandrea, Scione, Mge, Neapolis.

La Thessalie a toujours été divisée en six grands districts et deux petits.

1° La Perrhœbia, villes : Asorus, Bolicke, Oloosson, Gonnus, Malloea, Phalanna, toutes célèbres dans les guerres de Rome contre la Macédoine.

2° L' Hestiasotis, villes : Gomphi, Tricca, connues dans les mêmes guerres.

3° La Pelasgiotis, villes : Larissa, dont le nom révèle, comme celui du district, une occupation pélasgique : Gyrton, Atrax, Scotussa, près de laquelle est le champ de bataille de Cynoscephalœ (où T. Quinctius Flamininus fut vainqueur de Philippe III, 197) ; Cranon, célèbre dans les guerres de Macédoine et de Grèce, ainsi que Pherec et Pagasse.

4° La Magnesia, où l'on trouve l'ancienne Meliboea de Philoctète, l'ancienne Iolcos de Jason, près de laquelle on construisit le célèbre port de Bernetrias, sous la dernière dynastie macédonienne.

5" La Thessaliotis, qui renfermait Metropolis et Pharsalus, où César défit Pompée (48 avant J. C).

6° La Phthiotis, où l'on voyait Thaumaci, Pteleum, Echinus, Phalara et Lamia, qui a donné


ou nom à la guerre que les Athéniens soutinrent contre Antipater.

Les deux petits districts étaient enfermés par les monts Otrys, au nord, et YOEta, au sud. C'étaient le pays des Mnianes., avec Hypata pour capitale, et le pays de Malis ou de Trachinia, avec les villes d'Anticyra, de Trachis et d'Heraclea, et le temple amphyetionnique des Thermopylœ.

L'Épire était divisée en dix régions ou districts.

1° UAmautis, villes : Aulon et Oricum (excédant le cadre de la carte).

2° VAtintania, villes : Omphalium., Argyriwm.

3° La Chaonia, villes : Phœnice, Onchesmus, l'ancienne Buthrotum et Phanote.

4° La Thesprolia, villes : Pandosia, Cassiope et la romaine Nicopolis.

5° La Tymphalia, villes : Trampya, Erilœa, JEginium.

6° La Molossis, villes : Passaron, Bodona, avec son oracle de Jupiter, située dans un canton appelé Hellopia.

7° VAthamania, qui a formé un royaume au temps des guerres de Rome contre la Macédoine, avec Argithea pour capitale.

8° UAmbracia, pays dorien, avec la très-importante place du même nom qui arrêta longtemps les Romains.

9° L'Amphilochia, capitale Argos-Amphilochicum.

10° La Bolopia.

HELLADE.

1° Acarnanie. Ce pays, étudié avec soin par M. Heuzey, comprenait les villes doriennes d'Anactorium, de Palœrus, de Solium, et le village célèbre d'Actium (31 avant J. C.), puis les villes de Stratus, de Metropolis, de Limnœa, de Thyreum, dEchinus et d'OEniadœ.

2° L'Etolie comprenait dans sa partie septentrionale YAperantia et les pays des Agrœi, des Eurytanes, des Ophiones, villes : Thermum, point central et commerce important ; Trichonium, Pleuron et Calydon.

3° La Boride, au pied de YOEta, où séjournèrent longtemps les Doriens avant leur entrée dans le Péloponèse, et qui resta pays dorien ; ville : Gytinium.

4° La Locride du sud ou pays des Locriens-0 soles, villes : Amphissa et Naupactus.

5° La Locride épienémidienne, enfermée entre la mer, le mont (Eta, le Callidrome et le Cnémis ; villes : Thronium, Cnemides, Scarphea (où Metellus Macedonicus fut vainqueur des Grecs, en 147).

6° La Locride opontienne, capitale,' Opus ; ville principale, Alone.

7° La Phocide, villes : Elatea, Amphicasa, Belphi, avec son oracle et ses jeux pythiques ; Crissa, Cirrha, Anticyra, Baulis.

8° La Béotie, ce champ de bataille de la Grèce, où nous trouvons Thebx avec sa citadelle phénicienne, la Cadmeea ; Chœronea, victoire de Philippe sur les Grecs (338) ; Orchomenus, victoire de Sylla (86) ; Coronea et Haliartus, batailles célèbres au temps d'Agésilas et de Lysandre ; Ascra, patrie d'Hésiode ; Thespiœ, Platœœ, célèbres au temps des guerres médiques (479) ; Leuclra, victoire d'Epaminondas sur Sparte (371) ; Tanagra, Belium, guerre du Péloponèse (426) ; Aulis, départ des Grecs pour Troie.

9° L'Eubée, avec les villes d'Orcas, d'Orobiœ, de Chalcis, très-importantes au temps des guerres de Philippe III et de Persée contre les Romains, et où le roi de Macédoine avait un de ses arsenaux (armamentorium) ; les villes d'Eretria, de Carystus et deZarethra, victoire de Phocion.


Bouillet - Atlas universel, Carte 8.png