Au bord des terrasses/6

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Madame Alphonse Daudet ()
Alphonse Lemerre, éditeur (p. 23-24).




CHUTE DU JOUR




Le soir infiltre au cœur une mélancolie,
Et des brumes du ciel, pareilles au passé,
Sort le regret, dont l’aile grise se déplie
Et glisse en un murmure inquiet et pressé,
Chauve-souris gisant aux pierres qu’on oublie.

Tant que dure le jour, avide de clartés,
Rempli d’heures portant chacune son emblème,
Les premières sortant des voiles écartés.
En hâte, et secouant des torches dans l’air blême,
D’autres arrondissant aux siestes des étés


Leurs bras chargés de blés et parfumés de roses ;
Ou remplissant des urnes fraîches aux étangs ;
La pensée est active et se limite aux choses,
Elle admire le calme et la beauté des champs,
Se plaît au mouvement de leurs métamorphoses.

Mais les rayons tombants entraînent avec eux,
Vers la terre assombrie, un fluide où tout penche,
Aussi bien notre esprit soudain vague et peureux
Que l’oiseau qui se tait et fait plier la branche,
Que l’air plus lourd, parmi les taillis plus ombreux.

Tout ce qu’évapora ce soleil qui décline,
Larmes sur un visage, ou rosée en des fleurs,
Ou pensers affligeants, se reforme en bruine,
Sur la pente menant au gouffre des douleurs :
Le soir descend, pendant que monte la colline.


Pray, 1903.