Mozilla.svg

Chansons et rondes enfantines/Au clair de la lune

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chansons et rondes enfantines, Texte établi par Jean-Baptiste WeckerlinGarnier (p. 32-33).


AU CLAIR DE LA LUNE




\relative c' { 
<<
\new Staff  {
  \clef treble
  \key g \major
  \time 4/4
  \tempo \markup \fontsize #-1 { Andantino con moto } 2=80
  \override Rest #'style = #'classical
  \autoBeamOff 
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
  \stemUp
g'4^\p g g a | b2 a | g4 b a a | g r4 r2 | \break
g4 g g a | b2 a | g4 b a a | g r4 r2 | \break
a4 a a a | e2 e | a4 g fis e | d2 r4 r4 | \break
g4 g g a^\p | b2 a | g4 b a a | g2 r4 r4  \bar "|." \break
} % staff chant
\addlyrics {
    Au clair de la lu- ne,
    Mon a- mi Pier- rot,
    Prê- te- -moi ta plu- me
    Pour é- crire un mot.
    Ma chan- delle est mor- te,
    Je n'ai plus de feu_:
    Ou- vre- -moi ta por- te,
    Pour l'a- mour de Dieu_!   
} % lyrics
\new Staff  {
  \clef treble
  \key g \major
  \time 4/4
  \override Rest #'style = #'classical
<< { g4 g g a } \\ { \override Rest #'style = #'classical r4 b,8 c d4 d } >> | <b' d,>2 <a fis c> | <g e b>4 <b g d> <a g e> << { a } \\ { d,8 c } >> | <g' b,>4 r4 d8[( d' b a]) | \break
<< { g4 g g a } \\ { r8 b,8[ c cis] d4 e } >> | <b' g>2 << { <a fis>2 } \\ { c,4 b } >> | <g' e b>4 <b g d> <a g e> << { <a fis> } \\ { d,8 c } >> | <g' b,>4( <g b,>8) r8 r8 b,8[( d b']) | \break
<< { a4 a a a } \\ { \override Rest #'style = #'classical r4 e4 d c } >> |<< { e2 e } \\ { \override Rest #'style = #'classical r4 b4 a g } >> | <a' e> <g d> <fis c> <e c> |<d c>1 | \break
<< { g4 g g a^\p } \\ { ees4 d c cis } >> | << { b'2 a } \\ { d,4 g fis2 } >> | <g e>4 <b d,> <a e> << { a4 } \\ { d,8 c } >> | <g' b,>2\arpeggio r4 r4  \bar "|." \break
} % staff piano_sol
\new Staff  {
  \clef bass
  \key g \major
  \time 4/4
  \override Rest #'style = #'classical
g,,8[^\p d' g a] b4 fis | g b, d d, | e' b c d | g,8[( d' g b]) r4 r4 | \break
r8 g8[ a ais] b4 cis | d d, dis2 | e4 b c d | g,4.( d'8 g4) r4 | \break
r4 c4 b a | r4 g4 fis e | c' b a g | fis <fis d>^\<  <g e> <a fis>\! | \break
<bes g>^\sfz <b f> <g ees>2 | << { g4 b d c } \\ { d,1 } >> | << { b'4 g2 fis4 } \\ { e4 b c d } >> | <g d g,>2\arpeggio r4 r4  \bar "|." \break
} % staff piano_fa
>>
} % relative c

Au clair de la lune est le plus populaire des airs français ; tous les enfants le chantent, et ce n’est qu’à ce titre qu’il figure ici : d’après le texte, ce n’est pas précisément une chanson enfantine. Le premier couplet seul nous paraît original, le second a été fait après coup ; les quatre premiers vers sont quelquefois remplacés par :

J’nouvre pas ma porte
A un p’tit sorcier,

Qui porte la lune
Dans son tablier.

Quant aux couplets qu’on a mis sur cet air à différentes époques, nous pourrions bien en citer une dizaine, plus grivois les uns que les autres. Cet air est fort ancien, du moins sa première partie ; on l’a quelquefois attribué à Lully, en 1633, mais on le trouve déjà noté en 1576, dans les Voix de ville de Chardavoine. Il est vrai que la seconde partie est absente ; aussi cette seconde partie (qui module) est-elle beaucoup moins ancienne que la première, et n’a certainement pas été ajoutée avant le XVIIIe siècle. Boieldieu s’est ingénieusement servi de cet air dans le duo des Voitures versées : O dolce contento !


Au clair de la lune
Pierrot répondit :
« Je n’ai pas de plume,
Je suis dans mon lit ;
Va chez la voisine,
Je crois qu’elle y est,
Car dans sa cuisine
On bat le briquet. »