100 percent.svg

Au delà/Préface de la quatrième édition

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Au delàFischbacher éd. (p. ix-xi).
PRÉFACE
de la quatrième édition


Quand parut, voici deux ans, ce petit recueil de poésies, nous étions loin de prévoir le succès qui lui était réservé ; une édition de mille exemplaires nous semblait une entreprise hardie : publiée le 15 décembre 1883, elle était épuisée à Noël ! Une nouvelle édition de mille exemplaires s’écoula dans le mois de février 1884. L’été suivant, une troisième édition, cette fois de deux mille, publiée à Paris, fut enlevée à son tour dans l’espace d’une année. Aujourd’hui nous offrons au public la quatrième édition d’Au delà.

La Suisse, la Suisse romande surtout, a fait la grande part de ce succès : dans les seuls cantons de Vaud, Genève et Neuchâtel, il s’est vendu près de 3000 exemplaires de l’ouvrage, qui est aujourd’hui dans toutes les mains. En même temps, il franchissait notre frontière : jamais livre publié en Suisse n’a fait aussi rapidement son chemin en France, nous avons presque dit en Europe ; car non seulement à Paris et dans la province, mais en Italie, en Allemagne, en Angleterre, en Hollande, notre poète a rencontré cet « accueil lointain d’âmes hospitalières », dont parle Sully Prudhomme. Ce modeste recueil, œuvre posthume d’une jeune fille de vingt et un ans, lu partout, partout admiré, partout aimé, a conquis sa place parmi les livres qui demeurent.

Nous le réimprimons sans y rien changer, si ce n’est que nous ornons cette édition d’un nouveau portrait, héliogravure de la maison Lemercier, de Paris.

Nous ne voulons pas analyser ici les causes du succès d’Au delà : c’est à la critique littéraire qu’il appartient de les rechercher. Constatons-le toutefois : il y a là non seulement une affaire d’engoûment passager, mais la consécration définitive d’une œuvre et d’un nom.

Il nous est doux de remercier nos auxiliaires, nos nombreux confrères de la presse, qui, partout, ont accueilli ce livre avec sympathie et nous ont aidé à élever un monument durable à celle que nous pleurons.


Neuchâtel, décembre 1885.


Philippe GODET.