75 percent.svg

Au jour le jour

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Œuvres de Sully Prudhomme, poésies 1872-1878Alphonse Lemerre, éditeurPoésies 1872-1878 (p. 112-115).
◄  Vœu
Le Rire  ►


Au jour le jour


À Emmanuel des Essarts

 
Quand d’une perte irréparable
On garde au cœur le souvenir,
On est parfois si misérable
Qu’on délibère d’en finir.

La vie extérieure oppresse :
Son mobile et bruyant souci
Fatigue… et dans cette détresse
On murmure : « Que fais-je ici ?

Libre de fuir tout ce tumulte
Où ma douleur n’a point de part,
Où le train du monde l’insulte,
Pourquoi retarder mon départ ?


Pourquoi cette illogique attente ?
Les moyens sont prompts et divers,
Pour l’homme que le néant tente,
D’écarter du pied l’univers ! »

Mais l’habitude, lâche et forte,
Demande grâce au désespoir ;
On se condamne et l’on supporte
Un jour de plus sans le vouloir.

Ah ! C’est qu’il faut si peu de chose
Pour faire accepter chaque jour !
L’aube avec un bouton de rose
Nous intéresse à son retour.

La rose éclora tout à l’heure,
Et l’on attend qu’elle ait souri ;
Éclose, on attend qu’elle meure ;
Elle est morte, une autre a fleuri ;

On partait, mais une hirondelle
Descend et glisse au ras du sol,
Et l’œil ne s’est séparé d’elle
Qu’au ciel où s’est perdu son vol ;


On partait, mais tout près s’éveille,
Sous un battement d’éventail,
Un frais zéphire qui conseille
Avec l’espoir un dernier bail ;

On partait, mais le bruit tout proche
D’un marteau fidèle au labeur,
Sonnant comme un mâle reproche,
Fait rougir d’être un déserteur ;

Tout nous convie à ne pas clore
Notre destinée aujourd’hui ;
Le malheur même est doux encore,
Doux à soulager dans autrui :

Une larme veut qu’on demeure
Au moins le temps de l’essuyer ;
Tout ce qui rit, tout ce qui pleure,
Fait retourner le sablier ;

Ainsi l’agonie a des trêves :
On ressaisit, au moindre appel,
Le fil ténu des heures brèves
Au seuil du mystère éternel.


On accorde à cette agonie
Que la main n’abrège jamais,
Une lenteur indéfinie
Où les adieux sont des délais ;

Et sans se résigner à vivre
Ni s’en aller avant son tour,
On laisse les moments se suivre,
Et le cœur battre au jour le jour.


Collin - Trente poésies russes, 1894.djvu11.png