Aventures du baron de Münchhausen/4

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gustave Doré - Baron von Münchhausen - 031.jpg

CHAPITRE IV

aventures du baron de münchhausen dans la guerre contre les turcs.


Certes, il eût été difficile de me faire un cadeau plus agréable que celui-là, dont je me promettais beaucoup de bien pour la prochaine campagne et qui devait me servir à faire mes preuves. Un cheval aussi docile, aussi courageux, aussi ardent, — un agneau et un bucéphale tout à la fois, — devait me rappeler les devoirs du soldat, et en même temps les faits héroïques accomplis par le jeune Alexandre dans ses fameuses guerres.

Le but principal de notre campagne était de rétablir l’honneur des armes russes qui avait quelque peu été atteint sur le Pruth, du temps du czar Pierre : nous y parvînmes après de rudes mais de glorieux combats, et grâce aux talents du grand général que j’ai nommé plus haut.

La modestie interdit aux subalternes de s’attribuer de beaux faits d’armes ; la gloire doit en revenir communément aux chefs, si nuls qu’ils soient, aux rois et au reines qui n’ont jamais senti brûler de poudre qu’à l’exercice, et n’ont jamais vu manœuvrer d’armée qu’à la parade.

Ainsi, je ne revendique pas la moindre part de la gloire que notre armée recueillit dans maint engagement. Nous fîmes tous notre devoir, mot qui, dans la bouche du citoyen, du soldat, de l’honnête homme, a une signification beaucoup plus large que ne se l’imaginent messieurs les buveurs de bière. Comme je commandais alors un corps de hussards, j’eus à exécuter différentes expéditions où l’on s’en remettait entièrement à mon expérience et à mon courage : pour être juste, cependant, je dois dire ici qu’une grande part de mes succès revient à ces braves compagnons que je conduisais à la victoire.

Un jour que nous repoussions une sortie des Turcs sous les murs d’Oczakow, l’avant-garde se trouva chaudement engagée. J’occupais un poste assez avancé ; tout à coup je vis venir du côté de la ville un parti d’ennemis enveloppés d’un nuage de poussière qui m’empêchait d’apprécier le nombre et la distance. M’entourer d’un nuage semblable, c’eût été un stratagème vulgaire, et cela m’eût, en outre, fait manquer mon but. Je déployai mes tirailleurs sur les ailes en leur recommandant de faire autant de poussière qu’ils pourraient. Quant à moi, je me dirigeai droit sur l’ennemi, afin de savoir au juste ce qui en était.

Gustave Doré - Baron von Münchhausen - 032.jpg

Je l’atteignis : il résista d’abord et tint bon jusqu’au moment où mes tirailleurs vinrent jeter le désordre dans ses rangs. Nous le dispersâmes complètement, en fîmes un grand carnage et le refoulâmes non seulement dans la place, mais encore au delà, de façon qu’il s’enfuit par la porte opposée, résultat que nous n’avions pas osé espérer.

Comme mon lithuanien allait extrêmement vite, je me trouvai le premier sur le dos des fuyards, et, voyant que l’ennemi courait si bien vers l’autre issue de la ville, je jugeai bon de m’arrêter sur la place du marché et de faire sonner le rassemblement. Mais figurez-vous mon étonnement, messieurs, en ne voyant autour de moi ni trompette ni aucun de mes hussards !

— Que sont-ils devenus ? me dis-je ; se seraient-ils répandus dans les rues ?

Ils ne pouvaient cependant pas être bien loin, et ne devaient pas tarder à me rejoindre. En attendant, je menai mon lithuanien à la fontaine qui occupait le milieu de la place, pour l’abreuver. Il se mit alors à boire d’une façon inconcevable, sans que cela parût le désaltérer : j’eus bientôt l’explication de ce phénomène singulier, car, en me retournant pour regarder si mes gens n’arrivaient pas, qu’imaginez-vous que je vis, messieurs ? Tout l’arrière-train de mon cheval était absent et coupé net. L’eau s’écoulait par derrière à mesure qu’elle entrait par devant, sans que la bête en conservât rien.

L’eau s’écoulait par derrière à mesure qu’elle entrait par devant.

Comment cela était-il arrivé ? je ne pouvais m’en rendre compte, lorsque, enfin, mon hussard arriva du côté opposé à celui par lequel j’étais venu et, à travers un torrent de cordiales félicitations et d’énergiques jurons, me rapporta ce qui suit. Tandis que je m’étais jeté pêle-mêle au milieu des fuyards, on avait brusquement laissé retomber la herse de la porte, qui avait tranché net l’arrière-train de mon cheval. Cette seconde partie de ma bête était d’abord restée au milieu des ennemis et y avait exercé de terribles ravages ; puis, ne pouvant pénétrer dans la ville, elle s’était dirigée vers un pré voisin, où je la retrouverais sans aucun doute. Je tournai bride aussitôt, et l’avant de mon cheval me mena au grand galop vers la prairie. À ma grande joie, j’y retrouvai en effet l’autre moitié qui se livrait aux évolutions les plus ingénieuses et passait gaiement le temps avec les juments qui erraient sur la pelouse.

Gustave Doré - Baron von Münchhausen - 034.jpg

Étant dès lors bien assuré que les deux parties de mon cheval étaient vivantes, j’envoyai chercher notre vétérinaire. Sans perdre de temps, il les rajusta au moyen de rameaux de laurier qui se trouvaient là, et la blessure guérit heureusement. Il advint alors quelque chose qui ne pouvait arriver qu’à un animal aussi supérieur. Les branches prirent racine dans son corps, poussèrent, et formèrent autour de moi comme un berceau à l’ombre duquel j’accomplis plus d’une action d’éclat.

Je veux vous raconter encore ici un petit désagrément qui résulta de cette brillante affaire. J’avais si vigoureusement, si longtemps et si impitoyablement sabré l’ennemi, que mon bras en avait conservé le mouvement, alors que les Turcs avaient depuis longtemps disparu. Dans la crainte de me blesser et surtout de blesser les miens lorsqu’ils m’approchaient, je me vis obligé de porter pendant huit jours mon bras en écharpe, comme si j’eusse été amputé.

Lorsqu’un homme monte un cheval tel que mon lithuanien, vous pouvez bien, messieurs, le croire capable d’exécuter un autre trait qui paraît, au premier abord, tenir du fabuleux. Nous faisions le siège d’une ville dont j’ai oublié le nom, et il était de la plus haute importance pour le feld-maréchal de savoir ce qui se passait dans la place : il paraissait impossible d’y pénétrer, car il eût fallu se faire jour à travers les avant-postes, les grands’gardes et les ouvrages avancés ; personne n’osait se charger d’une pareille entreprise. Un peu trop confiant peut-être dans mon courage et emporté par mon zèle, j’allai me placer près d’un de nos gros canons et, au moment où le coup partait, je m’élançai sur le boulet, dans le but de pénétrer par ce moyen dans la ville ; mais lorsque je fus à moitié route, la réflexion me vint.

Gustave Doré - Baron von Münchhausen - 035.jpg

— Hum ! pensai-je, aller, c’est bien, mais comment revenir ? Que va-t-il t’arriver une fois dans la place ? On te traitera en espion et on te pendra au premier arbre : ce n’est pas une fin digne de Münchhausen !

Ayant fait cette réflexion, suivie de plusieurs autres du même genre, j’aperçus un boulet, dirigé de la forteresse contre notre camp, qui passait à quelques pas de moi ; je sautai dessus, et je revins au milieu des miens, sans avoir, il est vrai, accompli mon projet, mais du moins entièrement sain et sauf.

Si j’étais leste et alerte à la voltige, mon brave cheval ne l’était pas moins. Haies ni fossés, rien ne l’arrêtait, il allait toujours droit devant lui. Un jour, un lièvre que je poursuivais coupa la grande route ; en ce moment même, une voiture où se trouvaient deux belles dames vint me séparer du gibier. Mon cheval passa si rapidement et si légèrement à travers la voiture, dont les glaces étaient baissées, que j’eus à peine le temps de retirer mon chapeau et de prier ces dames de m’excuser de la liberté grande.

Gustave Doré - Baron von Münchhausen - 036.jpg

Une autre fois, je voulus sauter une mare, et, lorsque je me trouvai au milieu, je m’aperçus qu’elle était plus grande que je ne me l’étais figuré d’abord : je tournai aussitôt bride au milieu de mon élan, et je revins sur le bord que je venais de quitter, pour reprendre plus de champ ; cette fois encore je m’y pris mal, et tombai dans la mare jusqu’au cou : j’aurais péri infailliblement si, par la force de mon propre bras, je ne m’étais enlevé par ma propre queue, moi et mon cheval que je serrai fortement entre les genoux.

Gustave Doré - Baron von Münchhausen - 038.jpg
Si je ne m’étais enlevé par ma propre queue.