Avril (Belleau)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œuvres poétiques de Remy Belleau
Alphonse Lemerre, éditeur (p. 201-203).


AVRIL.


Auril l’honneur & des bois,
Et des mois :
Auril, la douce eſperance
Des fruicts qui ſous le coton
Du bouton
Nourriſſent leur ieune enfance.
Auril, l’honneur des prez verds,
Iaunes, pers,
Qui d’vne humeur bigarree
Emaillant de mille fleurs
De couleurs,
Leur parure diapree.
Auril, l’honneur des ſoupirs
Des Zephyrs,
Qui ſous le vent de leur ælle
Dreſſent encor és foreſts
Des doux rets,
Pour rauir Flore la belle.
Auril, c’eſt ta douce main,
Qui du ſein

De la nature, deſſerre
Vne moiſſon de ſenteurs,
Et de fleurs,
Embaſmant l’Air, & la Terre.
Auril, l’honneur verdiſſant,
Floriſſant.
Sur les treſſes blondelettes
De ma Dame, & de ſon ſein,
Touſiours plein
De mille & mille fleurettes.
Auril, la grace, & le ris
De Cypris,
Le flair & la douce haleine :
Auril, le parfum des Dieux,
Qui des cieux
Sentent l’odeur de la plaine.
C’eſt toy courtois & gentil,
Qui d’exil
Retires ces paſſageres,
Ces arondelles qui vont,
Et qui ſont
Du printemps les meſſageres.
L’aubeſpine & l’aiglantin,
Et le thym,
L’œillet, le lis, & les roſes
En ceſte belle ſaiſon,
A foiſon,
Monſtrent leurs robes écloſes.
Le gentil roſſignolet
Doucelet,
Decoupe deſſous l’ombrage,
Mille fredons labillars,
Fretillars,
Au doux chant de ſon ramage.
C’eſt à ton heureux retour
Que l’amour
Souffle à doucettes haleines,
Vn feu croupi & couuert,

Que l’hyuer
Receloit dedans nos veines.
Tu vois en ce temps nouueau
L’eſſain beau
De ces pillardes auettes
Volleter de fleur en fleur,
Pour l’odeur
Qu’ils muſſent en leurs cuiſſettes.
May vantera ſes fraiſcheurs,
Ses fruicts meurs,
Et ſa ſeconde roſee,
La manne & le ſucre doux,
Le miel roux,
Dont ſa grace eſt arroſee.
Mais moy ie donne ma voix
A ce mois,
Qui prend le ſurnom de celle
Qui de l’eſcumeuſe mer
Veit germer
Sa naiſſance maternelle.


Ceſte deſcription du mois d’Auril, inuita vn Berger de la compagnie à chanter les louanges du mois de May, aduertiſſant vn ſien amy d’auoir ſouuenance de ſes amours, en ſi gaye & ſi belle ſaifon, diſant.