Le Parnasse contemporain/1866/Bain de mer

La bibliothèque libre.
< Le Parnasse contemporain‎ | 1866(Redirigé depuis Bain de mer)
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveauxAlphonse Lemerre [Slatkine Reprints]I. 1866 (p. 237-238).
◄  Le Songe
Polichinel  ►




BAIN DE MER



I



Sur ce rivage au sable lisse
Le bain d’hier fut un délice ;
L’Océan n’était plus amer :
Dans les eaux d’une jeune blonde,
Comme un Triton, j’aimais dans l’onde,
Et comme à Paris, dans la mer.

Je disais au flux de la lame :
« — Que m’apportez-vous de la dame,
» Vous si retors en vos larcins ? » —
Et moi, qui pour un rien divague,
Je pressais d’une étreinte vague
Des frissons d’eau pris à des seins.

L’élément qui partout pénètre
M’inondait d’un secret bien-être ;
Je sentais d’humaines chaleurs,
Des parfums, ceux que l’eau dérobe
En baisant sous leur courte robe
Des attraits qui sentent des fleurs.


J’aurais voulu jusqu’à nuit close
Prolonger ce bain à la rose ;
Mais quand la dame en eut assez,
Ramené par elle au rivage,
Je cherchais encor à la nage
Les sillons qu’elle avait tracés.



II



— Que j’ai changé d’un jour à l’autre !
A mes pieds l’Océan se vautre,
Lascif et câlin comme hier ;
Le sable est doux, l’air est sans brise ;
Moi, ce matin, je les méprise,
Pour y goûter je suis trop fier.

C’est que la nuit me fut heureuse…
Sur mon lit de plume amoureuse,
Dans le blanc roulis de ses draps
J’ai senti la blonde personne
(Tout mon être encor en frissonne !)
Mouler ses charmes dans mes bras.

Je suis couvert de ma maîtresse,
J’ai la chaleur de son ivresse,
J’ai les parfums de son toucher,
Tout mon corps en porte les traces :
Je ne veux plus que tu m’embrasses,
Mer, garde-toi de m’approcher !