Barnabé Rudge/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Traduction par P. Bonnomet.
Hachette (p. 201-208).
CHAPITRE XXII.

C’était une belle et brillante nuit. Malgré son abattement, Dolly regardait les étoiles avec une attitude et d’une manière si propre à ensorceler (elle le savait bien), que Joe en avait perdu la tête, et que, si jamais un homme s’enfonça, c’est trop peu dire jusqu’aux oreilles et par-dessus la tête, mais plutôt par-dessus le Monument et le dôme de Saint-Paul, dans le fin fond de l’amour, cet homme-là, c’était lui, la chose était claire comme le jour. La route était fort bonne : ce n’était pas une route à cahots, ni même une route inégale ; et cependant Dolly, de sa petite main, voulut se retenir à la chaise durant tout le trajet. Quand il y aurait eu là derrière lui un exécuteur avec sa hache levée en l’air et prêt à le décoller s’il touchait cette main, Joe n’aurait pas pu s’empêcher de le faire. Après avoir mis sa propre main sur celle de Dolly comme par hasard, et l’avoir retirée au bout d’une minute, il en vint à chevaucher tout le long de la route, sans retirer sa main du tout. On eût dit que l’escorte avait cette consigne, comme partie importante de son service, et qu’elle n’avait pas quitté le Maypole pour autre chose. Le plus curieux incident de ce petit épisode, c’est que Dolly avait l’air de ne pas s’en apercevoir. Elle semblait si pleine d’innocence, si sainte nitouche quand elle tournait ses yeux sur lui, que c’en était agaçant.

Elle parla néanmoins ; elle parla de sa frayeur et de l’arrivée de Joe à son secours, et de sa reconnaissance, et de sa crainte de ne pas l’avoir assez remercié, et de l’espérance que désormais ils vivraient comme une bonne paire d’amis, et de mille choses de ce genre. Et quand Joe exprima l’espoir, au contraire, qu’ils ne vivraient pas comme une bonne paire d’amis, Dolly parut extrêmement surprise, et elle exprima l’espoir qu’ils ne seraient toujours pas des ennemis ; et, quand Joe lui demanda s’ils ne pourraient pas être quelque chose de mieux qu’amis ou ennemis, tout à coup Dolly de découvrir une étoile plus étincelante que toutes les autres étoiles, et d’y appeler l’attention du jeune homme, et d’être mille fois plus pleine d’innocence et plus sainte nitouche que jamais.

Ils poursuivaient de cette façon leur voyage, chuchotant plutôt qu’ils ne parlaient, et souhaitant que la route s’allongeât à peu près de douze fois sa longueur naturelle ; c’était, du moins, le souhait de Joe, lorsque, au moment de sortir de la forêt et de déboucher dans la partie la plus fréquentée de la route, ils entendirent le bruit des pas d’un cheval allant au grand trot. Ce bruit, devenu vite plus distinct, à mesure qu’il approchait, arracha à Mme Varden un cri perçant, auquel répondit cette exclamation : « Ami ! » poussée par le cavalier qui arriva aussitôt tout haletant, et arrêta son cheval auprès d’eux.

« Encore cet homme ! cria Dolly en frissonnant.

— Hugh, dit Joe, quelle commission vous a-t-on donnée ?

— Celle de revenir avec vous, répondit-il en lançant à la fille du serrurier un secret coup d’œil. C’est lui qui m’envoie.

— Mon père ? » dit le pauvre Joe. Et il ajouta à voix basse cette apostrophe très peu filiale : « Il ne me croira donc jamais assez grand pour me protéger moi-même ?

— Oui, votre père, répliqua Hugh à la première partie de la question. Il dit que depuis quelque temps les routes ne sont pas sûres, et qu’il vaut mieux que vous n’y soyez pas seul.

— En ce cas, allez toujours, dit Joe, je ne reviens pas encore. »

Hugh obéit, et on continua le voyage. Par caprice ou par goût, il chevaucha immédiatement devant la chaise, et de cette position il tournait sans cesse la tête pour regarder en arrière. Dolly sentit qu’il la regardait ; mais elle détourna ses yeux et craignit de les lever uns seule fois, tant était grande la terreur qu’il lui inspirait.

Cette interruption, en éveillant Mme Varden, qui avait dormi jusque-là là tête inclinée, sauf pendant une minute ou deux de temps en temps, lorsqu’elle reprenait ses sens pour gronder le serrurier, qui se permettait de la retenir et l’empêcher de choir de la voiture en inclinant ainsi la tête, vint mettre des entraves à la conversation, qui se chuchotait tout bas, et la rendit fort difficile à reprendre. Effectivement, avant qu’on eût fait un autre mille, Gabriel arrêta, selon le désir de sa femme, et cette bonne dame déclara positivement que Joe ne ferait point un pas de plus sous aucun prétexte, et qu’elle n’en voulait point entendre parler. Ce fut en vain que, de aofl côté, Joe protesta qu’il n’était nullement fatigué, qu’il tournerait bride tout à l’heure, qu’il voulait seulement les voir sains et saufs au delà de tel ou tel endroit, et ainsi de suite. Mme Varden s’obstina, et, quand elle s’obstinait, il n’y avait pas de pouvoir terrestre capable d’en venir à bout.

« Bonsoir, puisqu’il faut vous le dire, dit Joe avec un peu de tristesse.

— Bonsoir, » dit Dolly. Elle aurait bien ajouté : « Gardez vous de cet homme, ne vous y fiez pas, je vous en prie ; » mais Hugh avait retourné son cheval et il se trouvait tout près d’eux. Elle ne put donc faire autre chose que de souffrir que Joe lui serrât les doigts, et, quand la voiture fut à quelque distance, de regarder en arrière et d’agiter sa main, tandis qu’il était encore arrêté sur le lieu de leur séparation, avec cette grande et sombre figure de Hugh auprès de lui.

À quoi pensa-t-elle en revenant au logis ? Le carrossier eut-il dans ses méditations une place aussi favorisée que celle qu’il avait occupée le matin ? C’est ce qu’on ignore. Ils arrivèrent enfin à la maison ; enfin, car la route était longue, et les gronderies de Mme Varden ne la raccourcissaient pas du tout. Miggs, entendant le bruit des roues, fut aussitôt à la porte.

« Les voilà, Simmun ! les voilà ! cria Miggs en claquant des mains et sortant pour aider sa maîtresse à descendre. Apportez une chaise, Simmun. Eh bien ! vous ne vous en êtes pas trouvée plus mal, n’est-ce pas, mame ? Je suis sûre que vous vous sentez mieux dans votre assiette que si vous étiez restée à la maison. Oh ! miséricorde, que vous avez froid ! Bonté divine, monsieur, mais c’est un yrai glaçon.

— Je n’y peux rien, ma bonne fille. Vous feriez mieux de l’emmener se chauffer, dit le serrurier.

— Monsieur en parle bien à son aise, mame, dit Miggs d’un ton compatissant ; mais, au fond, je suis sûre qu’il n’est pas si insensible qu’il le paraît. Après ce qu’il a vu de vous aujourd’hui, je croirai toujours qu’il a des sentiments plus affectueux dans le cœur que sur les lèvres. Entrez, venez vous asseoir auprès dû-feu : je vous en ai fait un qui est si bon ! Venez. »

Mme Varden agréa le conseil et entra. Le serrurier la suivit les mains dans ses poches, et M. Tappertit fit rouler la carriole vers une remise voisine.

« Ma chère Marthe, dit le serrurier lorsqu’on fut arrivé à la salle à manger, si vous vous occupiez vous-même de Dolly, ou si vous laissiez les autres s’en occuper, peut-être ce tendre soin serait-il plus raisonnable. Elle a eu peur, voyez-vous, et elle n’est pas du tout bien ce soir. »

En effet, Dolly s’était jetée sur le sofa, sans faire attention à toutes les belles petites choses qui, le matin, lui avaient donné tant d’orgueil ; et, la figure ensevelie dans ses mains, elle pleurait beaucoup, mais beaucoup.

À la première vue de ce phénomène (car les manifestations de ce genre n’étaient nullement une habitude chez Dolly, qui apprenait plutôt, par l’exemple de sa mère, à les éviter le plus possible), Mme Varden exprima sa conviction qu’il n’y avait jamais eu de femme aussi tourmentée qu’elle ; que sa vie était une scène continuelle d’épreuves ; que, quand elle était disposée par hasard à se sentir un peu plus gaie, aussitôt son entourage venait, d’une manière ou d’autre, faire l’office de rabat-joie, et que, comme elle s’était donné un peu de bon temps ce jour-là, et le ciel savait si elle s’en donnait souvent, elle allait maintenant en payer la folle enchère : toutes jérémiades que Miggs accueillit par un assentiment complet. La pauvre Dolly, néanmoins, ne se trouvait pas mieux d’être réconfortée de la sorte ; sa situation empirait, au contraire. Voyant donc qu’elle était réellement malade, Mme Varden et Miggs furent toutes deux prises de compassion, et se mirent à la soigner sérieusement.

Mais, alors même, leur bonté prit la forme habituelle de leur caractère ; et, quoique Dolly fût évanouie, il devint évident pour l’intelligence la plus bornée que c’était Mme Varden qui souffrait. De même, quand Dolly commença à se trouver mieux, et passa à cette période où les matrones tiennent qu’on peut appliquer avec succès les remontrances et les raisonnements, sa mère lui représenta, les larmes aux yeux, que si elle avait eu de l’émoi et du chagrin ce jour-là, elle devait se rappeler que c’était le lot commun de l’humanité, et spécialement celui des femmes, qui, pendant tout le cours de leur existence, ne devaient pas s’attendre à autre chose, et qui n’avaient rien de mieux à faire que de supporter leurs peines avec douceur et résignation. Mme Varden la supplia de se rappeler encore que l’un de ces jours elle aurait, selon toute probabilité, à faire violence à ses sentiments, au point de se marier ; et que le mariage, comme elle pouvait le voir chaque jour de sa vie (et elle ne le voyait que trop), était un état qui exigeait un grand courage et une grande patience. Elle lui exposa avec de vives couleurs que si elle (Mme Varden), en se dirigeant à travers cette vallée de larmes, ne se fût pas appuyée sur de forts principes de devoir, qui seuls la tenaient sur ses pieds et l’empêchaient de tomber d’épuisement, elle serait dans sa fosse depuis bien des années ; et, alors, que serait devenue, je vous le demande, cette âme en peine (elle entendait par là le serrurier), qui ne pouvait voir que par ses yeux, qui avait tant besoin d’elle, son étoile et son fanal, pour guider ses pas dans les ténèbres de la vie ?

Mlle Miggs plaça aussi son mot à même fin. En vérité, en vérité je vous le dis, Mlle Dolly pouvait prendre exemple sur sa digne mère, car elle l’avait toujours dit et le dirait toujours, dût-elle la minute d’ensuite être pendue ou écartelée, c’était bien la femme la plus douce, la plus aimable, la plus clémente, la plus capable de souffrir longtemps qu’on pût jamais imaginer. Elle ajouta que le simple récit de ses perfections avait opéré un changement salutaire dans l’âme de sa propre belle-sœur ; qu’elle et son mari, qui vivaient avant comme chien et chat, et avaient l’habitude de se lancer à la tête chandeliers de cuivre, couvercles de marmite, fers à repasser, et toutes les marques les plus pesantes de leur ressentiment, étaient maintenant le couple le plus heureux et le plus tendre qu’il y eût au monde, ainsi qu’on pouvait le voir chaque jour en s’adressant Cour du Lion d’or, numéro 27, seconde sonnette au montant à droite. Puis faisant un retour rapide sur elle-même, comme sur un vase[1] indigne de comparaison, mais qui avait bien aussi son petit mérite, elle la supplia de se bien mettre dans l’idée que sa susdite mère unique et chérie, d’une faible constitution et d’une nature excitable, avait eu constamment à supporter, dans la vie domestique, des afflictions auprès desquelles larrons et voleurs n’étaient rien, et que cependant jamais elle n’avait cédé ni à l’affaissement, ni au désespoir, ni à la colère furieuse ; mais que, comme on dit à la boxe, elle avait toujours pris le dessus avec une physionomie joyeuse, et gagné le prix, comme si de rien n’était. Quand Miggs eut fini son solo, sa maîtresse reprit sa partie, et toutes deux ensemble, se donnant le la, exécutèrent un duo dont voici le refrain : « Mme Varden était la vertu accomplie, mais persécutée ; et M. Varden, représentant du sexe masculin dans cet appartement, était une créature d’habitudes vicieuses et brutales, un mari tout à fait insensible aux bénédictions conjugales dont il jouissait. » Enfin, sous le masque de la sympathie, elles déployèrent contre lui une tactique si habile et si raffinée, que quand Dolly, remise de sa défaillance, embrassa son père avec tendresse, comme pour rendre témoignage à sa bonté, Mme Varden exprima le solennel espoir que cela lui servirait de leçon pour le reste de sa vie, et qu’il rendrait toujours dorénavant un peu plus de justice au mérite des femmes, désir que Mlle Miggs, par des reniflements et des quintes de toux alternatifs plus éloquents que le plus long discours, témoigna partager entièrement.

Mais la grande joie du cœur de Miggs fut que non seulement elle recueillit tous les détails de ce qui était arrivé, mais qu’elle eut le suprême délice de les communiquer à M. Tappertit, pour mettre sa jalousie à la torture : car ce gentleman, vu l’indisposition de Dolly, avait été prié de souper dans la boutique, et son repas lui avait été apporté là par les belles mains de Mlle Miggs en personne.

« Oh, Simmun ! dit la jeune demoiselle ; les étranges choses qui se sont passées aujourd’hui ! Oh ! miséricorde, Simmun ! »

M. Tappertit, qui n’était pas de très bonne humeur, et à qui Mlle Miggs déplaisait, surtout quand elle plaçait sa main sur son cœur tout haletant, parce que son manque de contour n’était jamais plus apparent, lui lança une œillade du style le plus superbe, et ne daigna pas montrer la moindre curiosité.

« Je n’ai jamais vu pareille chose, ni qui que ce soit non plus, poursuivit Miggs. S’occuper d’elle ! en voilà une idée ! Faire attention à elle, comme si ce n’était pas perdre son temps ! Quelle plaisanterie ! Hé, hé, hé ! »

Voyant qu’il s’agissait d’une dame, M. Tappertit invita d’une façon hautaine la belle amie à être plus explicite, et à lui apprendre ce qu’elle entendait par elle.

« Eh mais, cette Dolly, dit Miggs en donnant à ce nom un accent oratoire des plus aigus ; mais, ma parole d’honneur, Joseph Willet est un brave jeune homme, et il la mérite ; ça, c’est positif.

— Femme ! dit M. Tappertit en sautant à bas du comptoir où il était assis, prenez garde !

— Ciel, Simmun ! cria Miggs, avec un étonnement affecté ; vous m’effrayez à mourir. Qu’est-ce qu’il y a ?

— Il est des cordes dans le cœur humain, dit M. Tappertit en brandissant en l’air le couteau qui lui servait à couper son pain et son fromage, qu’il vaut mieux ne pas faire vibrer. Voilà ce qu’il y a.

— Oh ! très-bien, si vous êtes en colère, dit Miggs, lui tournant le dos comme pour s’en aller.

— En colère ou pas en colère, dit M. Tappertit, la retenant par le poignet, qu’entendez-vous par là, Jézabel ? Qu’alliez-vous me dire ? répondez-moi. »

Nonobstant cette incivile exhortation, Miggs fit volontiers ce dont elle était requise, et lui raconta comme quoi leur jeune maîtresse, étant seule dans les prairies passé la brune, avait été attaquée par trois ou quatre hommes de grande taille, qui l’auraient enlevée et peut-être assassinée, si Joseph Willet n’était survenu à temps, ne les avait mis, de sa seule main, tous eu fuite, et ne l’avait délivrée, ce qui le rendait l’objet de la durable admiration de ses semblables en général, et de l’éternel amour de la reconnaissante Dolly Varden.

« Très bien, dit M. Tappertit en respirant fortement, lorsque l’histoire eut été achevée, et rebroussant ses cheveux jusqu’à ce qu’ils se tinssent roides et droits sur le haut de sa tête ; ses jours sont comptés.

— Oh ! Simmun !

— Je vous le répète, dit l’apprenti, ses jours sont comptés. Laissez-moi ; allez-vous-en. »

Miggs partit sur son ordre, mais peut-être moins par docilité que par envie d’aller glousser de rire toute seule à son aise. Lorsqu’elle eut donné carrière à sa gaieté, elle retourna dans la salle à manger, où le serrurier, stimulé par le bonheur de se sentir enfin tranquille et par Toby, était devenu causeur, et semblait disposé à passer gaiement en revue les incidents de sa journée. Mais Mme Varden, dont la religion pratique (chose assez commune) était volontiers de l’ordre rétrospectif, coupa court à ses causeries en déclamant contre les péchés qu’entraînent « des régalades comme celle d’aujourd’hui, » et en soutenant qu’il était grandement l’heure d’aller au lit. Elle alla donc au lit avec une physionomie aussi farouche et aussi lugubre que celle du lit d’apparat du Maypole ; et le reste de l’établissement alla également au lit bientôt après la maîtresse.


  1. Miggs se sert ici d’une ellipse mystique ; c’est le vase d’élection subalterne.