100 percent.svg

Beethoven dans l’anneau de Saturne, les médiums

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
À travers chantsMichel Lévy frères, libraires-éditeurs (p. 83-87).


BEETHOVEN DANS L’ANNEAU DE SATURNE
LES MEDIUMS


Le monde musical est en ce moment fort ému ; toute la philosophie de l’art semble bouleversée. On croyait généralement, il y a quelques jours à peine, que le beau en musique, comme le médiocre, comme le laid, était absolu, c’est-à-dire qu’un morceau beau, ou laid, ou médiocre pour les gens qui s’intitulent gens de goût, connaisseurs, était également beau, médiocre ou laid pour tout le monde, et par conséquent pour les gens sans goût et sans connaissances. Il résultait de cette opinion consolante que le chef-d’œuvre capable de faire couler les larmes des yeux d’un habitant du nº 58 de la rue de la Chaussée-d’Antin, à Paris, ou de l’ennuyer, ou de le révolter, devait nécessairement produire le même effet sur un Cochinchinois, sur un Lapon, sur un pirate de Timor, sur un Turc, sur un portefaix de la rue des Mauvaises-Paroles. Quand je dis on croyait, je veux désigner par on les savants, les docteurs et les simples de cœur : car en ces questions les grands et les petits esprits se rencontrent, et qui ne se ressemble pas s’assemble. Quant à moi, qui ne suis ni savant, ni docteur, ni simple, je n’ai jamais trop su à quoi m’en tenir sur ces graves sujets de controverse ; je crois pourtant que je ne croyais rien ; mais à cette heure, j’en suis sûr, me voilà fixé, et je crois au beau absolu beaucoup moins qu’à la corne des licornes. Car pourquoi, je vous prie, ne pas croire à la corne des licornes ? Il est archiprouvé maintenant qu’il y a des licornes dans plusieurs parties de l’Himalaya. On connaît l’aventure de M. Kingsdoom. — Le célèbre voyageur anglais, étonné de rencontrer un de ces animaux, qu’il croyait fabuleux (voilà ce que c’est que de croire !), et le regardant avec une attention blessante pour l’élégant quadrupède, la licorne irritée se précipita sur lui, le cloua contre un arbre et lui laissa dans la poitrine un long morceau de corne pour preuve de son existence. Le malheureux Anglais ne pouvait pas en revenir.

Maintenant il faut dire pourquoi je suis certain de croire depuis peu que je ne crois pas au beau absolu en musique. Une révolution a dû s’opérer et s’est opérée réellement dans la philosophie depuis la merveilleuse découverte des tables tournantes (en sapin), et par suite des médiums, et par suite des évocations d’esprits, et par suite des conversations spiritistes. La musique ne pouvait pas rester en dehors de l’influence d’un fait aussi considérable et demeurer isolée du monde des esprits, elle, la science de l’impalpable, de l’impondérable, de l’insaisissable. Beaucoup de musiciens se sont donc mis en rapport avec le monde des esprits (ils auraient dû le faire depuis longtemps). Au moyen d’une table de sapin d’un prix fort modique, sur laquelle on impose les mains, et qui, après quelques minutes de réflexions (de réflexions de la table), se met à lever une ou deux de ses jambes, de façon, malheureusement, à effaroucher la pudeur des dames anglaises, on parvient non-seulement à évoquer l’esprit d’un grand compositeur, mais à entrer même en conversation réglée avec lui, à le forcer de répondre à toutes sortes de questions. Bien plus, en s’y prenant bien, on peut obliger l’esprit du grand maître à dicter une nouvelle œuvre, une composition tout entière sortant brûlante de son cerveau. Comme pour les lettres de l’alphabet, il est convenu que la table, en levant ses jambes et en les laissant retomber sur un parquet, frappe tant de coups pour un ut, tant pour un , tant pour un fa, tant pour une simple croche, tant pour une double croche, tant pour un soupir, pour un demi-soupir, etc., etc. Je sais ce qu’on va me répondre : « Il est convenu, direz-vous ? Convenu avec qui ? avec les esprits évidemment. Or, avant que cette convention fût établie, comment s’y est pris le premier médium pour savoir des esprits qu’on en convenait ? » Je ne puis vous le dire ; ce qu’il y a de sûr, c’est que c’est sûr ; et puis, dans ces grandes questions, il faut absolument se laisser guider par le sens intérieur, et surtout ne pas chercher la petite bête.

Or donc déjà (comme disent les Russes) on a évoqué dernièrement l’esprit de Beethoven, qui habite Saturne. Mozart habitant Jupiter, c’est connu de tout le monde, il semble que l’auteur de Fidelio eût dû choisir le même astre pour sa nouvelle résidence ; mais Beethoven, on ne l’ignore pas, est un peu sauvage, capricieux, peut-être même a-t-il quelque antipathie non avouée pour Mozart. Tant il y a qu’il habite Saturne ou du moins son anneau. Et voilà que lundi dernier un médium très-familier avec le grand homme, et sans craindre de mettre celui-ci de mauvaise humeur, en lui faisant faire à propos de rien un si long voyage, pose les mains sur sa table de sapin pour envoyer à Beethoven, dans l’anneau de Saturne, l’ordre de venir un instant causer avec lui. La table aussitôt de faire des mouvements indécents, de lever les jambes, et de montrer… que l’esprit était proche. Ces pauvres esprits, avouez-le, sont bien obéissants. Beethoven, pendant sa vie terrestre, ne se fût pas dérangé pour aller seulement de la porte de Carinthie au palais impérial, si l’empereur d’Autriche l’eût fait prier de le venir voir, et il quitte maintenant l’anneau de Saturne et interrompt ses hautes contemplations pour obéir à l’ordre (notez-le bien), à l’ordre du premier venu, possesseur d’une table de sapin.

Ce que c’est que la mort, comme cela vous transforme le caractère ! et que Marmontel a eu raison de dire dans son opéra de Zémire et Azor :

Les esprits, dont on nous fait peur,
Sont les meilleures gens du monde.

Il en est ainsi. Je vous ai déjà prévenu qu’en ces questions il ne fallait pas chercher la petite bête.

Beethoven arrive et dit par les pieds de la table : « Me voilà ! » Le médium enchanté lui tape sur le ventre… — Allons, me direz-vous, voilà que vous laissez échapper des absurdités ! — Bah ! — Eh ! oui, vous avez déjà parlé de cerveau tout à l’heure à propos d’un esprit ; les esprits ne sont pas des corps. — Non… non, mais vous savez bien que ce sont des… semi-corps. On a parfaitement expliqué cela. Ne m’interrompez plus pour d’aussi futiles observations. Je continue mon triste récit. Le médium, qui lui-même est un semi-esprit, frappe donc un semi-coup sur le semi-ventre de Beethoven et prie sans façon le semi-dieu de lui dicter une nouvelle sonate. L’autre ne se le fait pas dire deux fois, et la table aussitôt de gambader… On écrit sous sa dictée. La sonate écrite, Beethoven repart pour Saturne ; le médium, entouré d’une douzaine de spectateurs stupéfaits, s’approche du piano, exécute la sonate, et les spectateurs stupéfaits deviennent des auditeurs confondus en reconnaissant que la sonate est non pas une semi-platitude, mais bien une platitude complète, un non-sens, une stupidité.

Comment croire maintenant au beau absolu ? Certainement Beethoven, en allant habiter une sphère supérieure, n’a pu que se perfectionner, son génie a dû s’agrandir, s’élever, et, en dictant une nouvelle sonate, il a dû vouloir donner aux habitants de la terre une idée du nouveau style qu’il a adopté dans son nouveau séjour, une idée de sa quatrième manière, une idée de la musique qu’on exécute sur les Érards de l’anneau de Saturne. Et voilà que ce nouveau style est précisément ce que nous autres, musiciens infimes d’un monde infime et soussaturnien, nous appelons le style plat, le style bête, le style insupportable ; et, bien loin de nous ravir au cinquante-huitième ciel, cela nous irrite et nous donne des nausées… Ah ! c’est à en perdre la raison, si la chose était possible.

Alors il faudra donc croire que le beau et le laid n’étant pas absolus, universels, beaucoup de productions de l’esprit humain, admirées sur la terre, seront méprisées dans le monde des esprits, et je me vois autorisé à conclure (au reste, je m’en doutais depuis longtemps) que des opéras représentés et applaudis journellement, même sur des théâtres que la pudeur me permet de nommer, seraient sifflés dans Saturne, dans Jupiter, dans Mars, dans Vénus, dans Pallas, dans Sirius, dans Neptune, dans la grande et la petite Ourse, dans la constellation du Chariot, et ne sont enfin que des platitudes infinies pour l’univers infini.

Cette conviction n’est pas faite pour encourager les grands producteurs. Plusieurs d’entre eux, accablés par la funeste découverte, sont tombés malades, et pourraient bien, dit-on, passer à l’état d’esprits. Heureusement ce sera long.