Bible Sacy/Baruch

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Chapitres   1.   2.   3.   4.   5.   6.   Livres


BARUCH
________




Prologue du livre de Baruch.

Ce livre fut lu devant les Juifs captifs à Babylone,
et envoyé par eux à leurs frères de Jérusalem.

Livre de Baruch, où d’abord ce prophète confesse,
au nom de son peuple, la justice des châtiments
que le Seigneur exerce sur eux.


VOICI les paroles du livre qu’écrivit Baruch, fils de Nérias, fils de Maasias, fils de Sédécias, fils de Sédéi, fils d’Helcias, lorsqu’il était à Babylone,

2. Le septième jour du mois de la cinquième année depuis que les Chaldéens eurent pris Jérusalem, et l’eurent brûlée.

3. Baruch lut les paroles de ce livre devant Jéchonias, fils de Joachim, roi de Juda, et devant tout le peuple qui venait l’entendre lire ;

4. Devant les grands, devant les enfants des rois, devant les anciens, et devant le peuple, depuis le plus petit jusqu’au plus grand de tous ceux qui demeuraient à Babylone, près du fleuve de Sod.

5. Et lorsqu’ils écoutaient cette lecture, ils pleuraient, ils jeûnaient, et ils priaient devant le Seigneur.

6. Ils amassèrent aussi de l’argent, selon que chacun d’eux put le faire,

7. Et ils l’envoyèrent à Jérusalem au prêtre Joachim, fils d’Helcias, fils de Salom, et aux prêtres, et à tout le peuple qui se trouva avec lui dans Jérusalem ;

8. Dans le temps même qu’il recevait les vases du temple du Seigneur, qui avaient été emportés du temple, pour les reporter en la terre de Juda , le dixième jour du mois de sivan, lesquels étaient les vases d’argent que Sédécias, fils de Josias et roi de Juda, avait fait faire,

9. Après que Nabuchodonosor, roi de Babylone, eut pris Jéchonias, les princes, et tous les grands, et le peuple du pays, et qu’il les eut emmenés liés de Jérusalem à Babylone ;

10. Et ils leur firent dire : Nous vous avons envoyé de l’argent, achetez-en des holocaustes et de l’encens ; et faites-en des offrandes et des sacrifices pour le péché, à l’autel du Seigneur notre Dieu :

11. Et priez pour la vie de Nabuchodonosor, roi de Babylone, et pour la vie de Baltassar, son fils, afin que leurs jours sur la terre soient comme les jours du ciel.

12. Que le Seigneur nous donne la force, et qu’il éclaire nos yeux, afin que nous vivions en paix sous l’ombre de Nabuchodonosor, roi de Babylone, et sous l’ombre de Baltassar, son fils ; que nous les servions longtemps, et que nous trouvions grâce devant eux.

13. Priez aussi le Seigneur notre Dieu pour nous, parce que nous avons péché contre le Seigneur notre Dieu, et que sa fureur ne s’est point détournée de nous jusqu’à ce jour.

14. Lisez ce livre que nous vous avons envoyé afin qu’il soit lu publiquement dans le temple du Seigneur, au jour solennel, et au jour favorable ;

15. Et vous direz : La justice est le partage du Seigneur notre Dieu ; mais le nôtre est la confusion dont notre visage est tout couvert, comme il parait en ce jour à l’égard de tout Juda, et des habitants de Jérusalem,

16. De nos rois, de nos princes, de nos prêtres, de nos prophètes, et de nos pères.

17. Nous avons péché devant le Seigneur notre Dieu, nous ne l’avons point cru, et nous n’avons eu aucune confiance en lui ;

18. Nous ne lui avons point été assujettis, et nous n’avons point écouté la voix du Seigneur notre Dieu, pour marcher selon les préceptes qu’il nous a donnés :

19. Depuis le jour où il a tiré nos pères du pays d’Égypte , jusqu’à ce jour, nous avons été incrédules au Seigneur notre Dieu ; et, dans la dissipation et l’égarement de notre esprit, nous nous sommes retirés de lui pour ne point écouter sa voix ;

20. C’est pourquoi nous avons été accablés de plusieurs maux, et des malédictions que le Seigneur avait prédites par Moïse son serviteur, qui a fait sortir nos pères de l’Égypte pour nous donner une terre où coulaient des ruisseaux de lait et de miel, comme il paraît aujourd’hui.

21. Et nous n’avons point écouté la voix du Seigneur notre Dieu, selon que nous y exhortaient toutes les paroles des prophètes qu’il nous a envoyés ;

22. Et chacun de nous s’est laissé aller au sens corrompu et à la malignité de son cœur, pour servir des dieux étrangers, et pour commettre le mal devant les yeux du Seigneur notre Dieu !



Le prophète, parlant toujours au nom de son peuple,

reconnait la justice des jugements du Seigneur,

et implore sa miséricorde avec confiance en ses promesses.


1. C’est pourquoi le Seigneur notre Dieu a vérifié sa parole, qu’il nous avait fait dire à nous, à nos juges, qui ont jugé Israël, à nos rois, à nos princes, à tout Israël et à Juda ;

2. En amenant sur nous de si grands maux, qu’on n’en a jamais vu sous le ciel comme ceux qui sont arrivés à Jérusalem, selon qu’il est écrit dans la loi de Moïse :

3. Que l’homme a mangé la chair de son propre fils et la chair de sa propre fille.

4. Et le Seigneur les a livrés entre les mains de tous les rois qui nous environnent, pour être la fable des hommes et un exemple de malheur et de désolation au milieu de tous les peuples parmi lesquels le Seigneur nous a dispersés ;

5. Et nous avons été assujettis aux autres, au lieu de leur commander, parce que nous avons péché contre le Seigneur notre Dieu en n’obéissant point à sa voix.

6. La justice est le partage du Seigneur notre Dieu ; mais le nôtre, ainsi que celui de nos pères, est la confusion qui nous couvre le visage, selon qu’il paraît en ce jour :

7. Car le Seigneur nous avait prédit tous ces maux qui sont venus sur nous ;

8. Et nous n’avons point présenté nos prières devant la face du Seigneur notre Dieu, afin que chacun de nous se retirât de sa voie toute corrompue ;

9. C’est pourquoi l’œil du Seigneur a veillé sur les maux, et il les a fait venir sur nous, parce que le Seigneur est juste dans toutes ses œuvres, dans tout ce qu’il a ordonné sur nous.

10. Et nous n’avons point écouté sa voix pour marcher dans les préceptes du Seigneur, qu’il nous avait donnés afin que nous les eussions devant les yeux.

11. Mais maintenant, Seigneur Dieu d’Israël, qui avez tiré votre peuple de l’Égypte avec une main forte, en faisant des merveilles et des prodiges par votre grande puissance et avec un bras élevé, et qui vous êtes acquis un grand nom, comme il paraît en ce jour,

12. Nous avons péché, nous avons fait des actions impies, nous avons commis l’iniquité, Seigneur notre Dieu, contre vos justes ordonnances :

13. Que votre colère se détourne de nous, parce que nous sommes demeurés en petit nombre au milieu des nations parmi lesquelles vous nous avez dispersés !

14. Seigneur, exaucez nos prières et nos oraisons ; délivrez-nous pour l’amour de vous-même, et faites-nous trouver grâce devant ceux qui nous ont emmenés hors de notre pays ;

15. Afin que toute la terre sache que vous êtes le Seigneur notre Dieu, et que ce n’est pas en vain qu’Israël et toute sa race ont porté le nom de votre peuple :

16. Seigneur, jetez les yeux sur nous de votre demeure sainte, abaissez votre oreille, et exaucez-nous !

17. Ouvrez vos yeux et voyez : car ce ne sont point les morts qui sont sous la terre, dont l’esprit a été séparé de leurs entrailles, qui rendront honneur et gloire à la justice du Seigneur ;

18. Mais c’est l’âme qui est triste à cause de la grandeur du mal qu’elle a fait, qui marche courbée et abattue, dont les yeux sont dans la langueur et la défaillance ; c’est l’âme, qui est pressée de la faim, qui vous rendra, Seigneur, gloire et justice.

19. Car ce n’est point en nous appuyant sur la justice de nos pères que nous nous prosternons devant votre face pour vous offrir nos prières et pour implorer votre miséricorde, ô Seigneur notre Dieu !

20. Mais c’est parce que vous avez envoyé contre nous votre colère et votre fureur, comme vous l’avez prédit par vos serviteurs les prophètes, en disant :

21. Voici ce que dit le Seigneur : Baissez le cou et les épaules, et assujettissez-vous au roi de Babylone, et vous demeurerez en repos dans la terre que j’ai donnée à vos pères :

22. Que si vous n’écoutez point la voix du Seigneur votre Dieu, pour vous assujettir au roi de Babylone, je vous ferai sortir des villes de Juda, et hors de Jérusalem,

23. Et je ferai cesser parmi vous les cantiques de joie, et les chants de réjouissance, la voix de l’époux et la voix de l’épouse, et il ne restera plus de trace dans toute votre terre qu’elle ait jamais été habitée.

24. Mais nos pères n’ont point écouté votre voix pour s’assujettir au roi de Babylone : vous avez fait voir la certitude de vos paroles, que vous aviez prédites par vos serviteurs les prophètes, en faisant transporter hors de leur lieu les os de nos rois et les os de nos pères ;

25. Et ils ont été exposés à l’ardeur du soleil et au froid de la nuit, après qu’ils sont morts dans de cruelles douleurs, par la famine et par l’épée, ou hors de leur pays.

26. Vous avez aussi réduit ce temple, où votre nom a été invoqué, dans l’état où nous le voyons aujourd’hui, à cause des iniquités d’Israël et de Juda.

27. Et en tout cela, Seigneur notre Dieu, vous nous avez traités selon toute votre bonté et selon votre grande miséricorde ;

28. Comme vous l’aviez déclaré par Moïse votre serviteur, lorsque vous lui ordonnâtes d’écrire votre loi pour les enfants d’Israël,

29. En disant : Si vous n’écoutez point ma voix, toute cette grande multitude sera réduite à un petit nombre au milieu des nations, parmi lesquelles je les disperserai ;

30. Car je sais que ce peuple ne m’écoutera point, parce que c’est un peuple qui a la tête dure : mais il rentrera enfin en lui-même dans la terre de sa captivité ;

31. Et ils sauront que c’est moi qui suis le Seigneur leur Dieu : je leur donnerai un cœur, et ils comprendront ; des oreilles, et ils entendront :

32. Ils me loueront dans la terre de leur captivité, et ils se souviendront de mon nom ;

33. Ils quitteront cette dureté qui les rend comme inflexibles, et cette malignité de leurs œuvres, parce qu’ils se souviendront de la voie de leurs pères qui ont péché contre moi.

34. Et je les rappellerai dans la terre que j’ai promise avec serment à Abraham, à Isaac, et à Jacob ; ils en seront les maîtres, je les multiplierai, et ils ne diminueront point :

35. Je ferai avec eux une autre alliance qui sera éternelle, afin que je sois leur Dieu et qu’ils soient mon peuple ; et je ne ferai plus sortir les enfants d’Israël, qui sont mon peuple, de la terre que je leur aurai donnée.



Le prophète continue d’implorer la miséricorde du Seigneur au nom de ses frères. Il exhorte Israël à reconnaître que son infidélité est la source de ses maux, et l’invite à rechercher la sagesse. Elle ne vient que de Dieu, qui l’a manifestée à Israël. Prophétie de l’incarnation du Verbe.


1. Maintenant donc, Seigneur tout-puissant, Dieu d’Israël, l’âme dans la douleur qui la presse, et l’esprit dans l’inquiétude qui l’agite crie vers vous :

2. Écoutez, Seigneur, et ayez compassion, parce que vous êtes un Dieu compatissant ; faites-nous miséricorde, parce que nous avons péché en votre présence :

3. Car vous qui subsistez éternellement dans une paix souveraine, souffrirez-vous que nous périssions pour jamais ?

4. Seigneur tout-puissant, Dieu d’Israël , écoutez maintenant la prière des morts d’Israël, et des enfants de ceux qui ont péché devant vous, et qui, n’ayant point écouté la voix du Seigneur leur Dieu, nous ont attiré ces maux qui se sont attachés inséparablement à nous.

5. Daignez ne plus vous souvenir des iniquités de nos pères ; mais souvenez-vous plutôt en ce temps-ci de votre main et de votre nom :

6. Car vous êtes le Seigneur notre Dieu ; et nous vous louerons, Seigneur,

7. Parce que c’est pour cela même que vous avez répandu votre crainte dans nos cœurs, afin que nous invoquions votre nom, et que nous publiions vos louanges dans notre captivité, en nous convertissant et en nous retirant de l’iniquité de nos pères, qui ont péché devant vous.

8. Vous nous voyez aujourd’hui dans cette captivité, où vous nous avez dispersés pour être la fable et l’exécration des hommes, et un exemple de la peine due au péché, selon toutes les iniquités de nos pères, qui se sont retirés de vous, A Seigneur notre Dieu !

9. Écoutez, ô Israël ! les ordonnances de la vie ; prêtez l’oreille, pour apprendre les règles de la prudence.

10. D’où vient, ô Israël ! que vous êtes présentement dans le pays de vos ennemis ;

11. Que vous vieillissez dans une terre étrangère, que vous vous souillez avec les morts, et que vous êtes regardé comme ceux qui descendent sous la terre ?

12. C’est parce que vous avez quitté la source de la sagesse.

13. Car si vous eussiez marché dans la voie du Seigneur, vous seriez assurément demeuré dans une éternelle paix.

14. Apprenez où est la prudence, où est la force, où est l’intelligence, afin que vous sachiez en même temps où est la stabilité de la vie, où est la nourriture , où est la lumière des yeux, et la paix.

15. Qui a trouvé le lieu où réside la sagesse ? et qui est entré dans ses trésors ?

16. Où sont maintenant ces princes des nations, qui dominaient sur les bêtes de la terre,

17. Qui se jouaient des oiseaux du ciel,

18. Qui amassaient dans leurs trésors l’argent et l’or dans lequel les hommes mettent leur confiance, et qu’ils désirent avec une passion qui n’a point de bornes ; qui faisaient mettre l’argent en œuvre avec un art et un soin extrême , et qui en faisaient faire des ouvrages rares ?

19. Ils ont été exterminés, ils sont descendus dans les enfers, et d’autres sont venus prendre leur place.

20. On a vu des jeunes gens dans la lumière, ils ont habité sur la terre ; mais ils ont ignoré la voie de la vraie science ;

21. Ils n’en ont point compris les sentiers : leurs enfants ne l’ont point reçue, et ils se sont écartés bien loin d’elle.

22. On n’a point entendu parler d’elle dans la terre de Chanaan, et elle n’a point été vue dans Théman.

23. Les enfants d’Agar, qui recherchent une prudence qui vient de la terre, les négociateurs de Merrha et de Théman, ces conteurs de fables et ces inventeurs d’une prudence et d’une intelligence nouvelle, n’ont point connu la voie de la vraie sagesse, et n’ont pu en découvrir les sentiers.

24. O Israël ! que la maison de Dieu est grande, et combien est étendu le lieu qu’il possède !

25. Il est vaste, et n’a point de bornes ; il est élevé, il est immense.

26. C’est la qu’ont été ces géants si célèbres, qui étaient dès le commencement, ces géants d’une si haute taille, qui savaient la guerre.

27. Cependant le Seigneur ne les a point choisis, et ils n’ont point trouvé la voie de la sagesse ; c’est pour cela aussi qu’ils se sont perdus :

28. Et comme ils n’ont point eu de sagesse, leur propre folie les a précipités dans la mort.

29. Qui est monté au ciel pour y aller prendre la sagesse, ou qui l’a fait descendre du haut des nues ?

30. Qui a passé la mer, et l’a trouvée, et a mieux aimé l’apporter avec lui que l’or le plus pur ?

31. Il n’y a personne qui puisse connaître ses voies, ni qui se mette en peine d’en rechercher les sentiers :

32. Mais celui qui sait tout la connaît, et il l’a trouvée par sa propre prudence, lui qui a affermi la terre pour jamais, et qui l’a remplie de bêtes et d’animaux ;

33. Qui envoie la lumière, et elle part ; qui l’appelle, et elle lui obéit avec tremblement.

34. Les étoiles ont répandu leur lumière chacune en son temps, et elles ont été dans la joie :

35. Dieu les a appelées, et elles ont dit : Nous voici ; et elles ont jeté leur clarté pour celui qui les a créées.

36. C’est lui qui est notre Dieu ; et nul autre ne subsistera devant lui, si on le compare avec ce qu’il est.

37. C’est lui qui a trouvé toutes les voies de la vraie science, et qui l’a donnée à Jacob son serviteur, et à Israël son bien-aimé.

38. Après cela il a été vu sur la terre, et il a conversé avec les hommes.



Le prophète exhorte les enfants d’Israël a te convertir au Seigneur et à observer sa loi. Jérusalem pleure la captivité de ses enfants ; elle les exhorte a espérer dans le Seigneur. Promesses de leur délivrance et de la ruine de leurs ennemis.


1. C’est le livre des commandements de Dieu, et la loi qui subsiste éternellement : tous ceux qui la gardent arriveront à la vie ; et ceux qui l’abandonnent tomberont dans la mort.

2. Convertissez-vous, ô Jacob ! et embrassez cette loi ; marchez dans la voie à l’éclat qui en rejaillit et à la lueur de sa lumière.

3. N’abandonnez point votre gloire à un autre, ni votre dignité à une nation étrangère.

4. Nous sommes heureux, ô Israël ! parce que Dieu nous a découvert ce qui lui est agréable.

5. Ayez bon courage, ô peuple de Dieu ! vous qui êtes resté pour conserver la mémoire d’Israël :

6. Vous avez été vendus aux nations, mais ce ne sera pas pour toujours ; vous avez été livrés à vos adversaires, parce que vous avez irrité contre vous la colère de Dieu.

7. Car vous avez aigri contre vous le Dieu éternel qui vous a créés, en sacrifiant au démon, et non à Dieu.

8. Vous avez oublié le Dieu qui vous a nourris, et vous avez affligé Jérusalem qui était votre nourrice ;

9. Car elle a vu la colère de Dieu qui venait tomber sur vous, et elle a dit : Écoutez, vous tous qui habitez dans Sion ; Dieu m’a envoyé une grande affliction.

10. Car j’ai vu mon peuple, mes fils et mes filles, dans la captivité à laquelle l’Éternel les a réduits.

11. Je les avois nourris dans la joie, et je les ai laissés aller dans les larmes et dans la tristesse.

12. Que nul ne se réjouisse de me voir ainsi veuve et désolée ; je ne suis plus environnée d’un peuple nombreux à cause des péchés de mes enfants, parce qu’ils se sont détournés de la loi de Dieu.

13. Ils n’ont point connu ses justes ordonnances, ils n’ont point marché dans les voies des commandements de Dieu, et ils n’ont point conduit leurs pas avec justice dans les sentiers de la vérité.

14. Que ceux qui demeurent autour de Sion viennent maintenant, et qu’ils considèrent la captivité de mes fils et de mes filles, où l’Éternel les a réduits.

15. Car il a fait venir contre eux une nation des pays les plus reculés, des gens méchants, et d’une langue inconnue ,

16. Qui n’ont été touchés ni de respect pour les vieillards, ni de compassion pour ceux qui étaient dans l’âge le plus tendre ; qui ont arraché à la veuve ce qui lui était le plus cher, et qui l’ont comblée de tristesse après lui avoir ravi ses enfants.

17. Pour moi, quel secours puis-je vous donner ?

18. Car c’est celui-là même qui a fait venir ces maux sur vous, qui vous délivrera des mains de vos ennemis.

19. Marchez, mes fils, marchez ; et pour moi, je demeurerai toute seule.

20. J’ai quitté tous les vêtements des jours heureux, je me suis revêtue d’un sac de suppliante, et je crierai au Très-Haut tous les jours de ma vie.

21. Mes enfants, ayez bon courage, criez vers le Seigneur, et il vous délivrera de la main des princes qui sont vos ennemis.

22. Car j’espérerai toujours votre salut ; et celui qui est Saint m’inspire de la joie, dans la vue de la miséricorde que notre Sauveur éternel répandra sur vous.

23. Je vous ai vu emmener dans les pleurs et dans les soupirs ; mais le Seigneur vous ramènera à moi avec une satisfaction et une joie qui durera éternellement.

24. Car comme les provinces voisines de Sion ont vu la captivité où Dieu vous avait réduits, aussi elles verront bientôt le salut que Dieu vous enverra, qui vous comblera d’une grande gloire et d’un éclat éternel.

25. Mes enfants, souffrez avec patience la colère qui est tombée sur vous : votre ennemi vous a persécutés ; mais vous verrez bientôt sa ruine, et vous foulerez sa tête sous vos pieds.

26. Mes enfants les plus tendres ont marché dans des chemins âpres ; ils ont été emmenés comme un troupeau exposé en proie à ses ennemis.

27. Mais ayez bon courage, mes enfants ; criez au Seigneur, car celui qui vous conduit se souviendra de vous.

28. Votre esprit vous a portés à vous égarer, en vous détournant de Dieu ; mais, en retournant à lui de nouveau, vous vous porterez avec dix fois plus d’ardeur à le rechercher :

29. Car celui qui a fait tomber ces maux sur vous vous comblera lui-même d’une éternelle joie en vous sauvant.

30. Prenez courage, ô Jérusalem ! car c’est celui-là même qui vous a donné un nom, qui vous y exhorte.

31. Les méchants qui vous ont tourmentée périront ; et ceux qui ont fait leur joie de votre ruine seront punis.

32. Malheur aux villes où vos enfants ont été esclaves ! malheur à celle qui a reçu vos enfants !

33. Car comme elle s’est réjouie dans votre ruine, comme elle a été ravie de votre chute, ainsi elle sera percée de douleur dans les maux qui la désoleront.

34. Les cris de ses réjouissances publiques seront étouffés, et les larmes succéderont à sa joie.

35. L’Éternel fera tomber le feu sur elle dans la suite des siècles, et elle deviendra durant un long temps la demeure des démons.

36. Jérusalem, regardez vers l’orient, et considérez la joie que Dieu vous envoie.

37. Voici vos enfants que vous aviez vus sortir, pour être dispersés en plusieurs endroits, qui reviennent tous ensemble à la parole du Saint, depuis l’orient jusqu’à l’occident, et, pleins de joie, ils rendent gloire à Dieu.



Le prophète exhorte Jérusalem a quitter son deuil, et à ie revêtir de joie, parce qu’il voit ses enfants revenir de leur captivité comblés de gloire.


1. Quittez, ô Jérusalem ! les vêtements de votre deuil et de votre affliction, et parez-vous de l’éclat et de la majesté de cette gloire éternelle qui vous vient de Dieu.

2. Le Seigneur vous revêtira de justice comme d’un double vêtement, et il vous mettra sur la tête un diadème d’éternelle gloire.

3. Dieu fera luire aux yeux de tous les hommes qui sont sous le ciel la lumière éclatante qu’il mettra en vous.

4. Car voici le nom que Dieu vous donnera pour jamais : La paix de la justice, et la gloire de la piété.

5. Levez-vous, ô Jérusalem ! tenez-vous en haut ; regardez vers l’orient, et considérez vos enfants qui viennent tous ensemble à la parole du Saint, depuis l’orient jusqu’à l’occident, étant pleins de joie dans le souvenir de Dieu.

6. Lorsqu’ils sont sortis de vous, ils ont été emmenés à pied par leurs ennemis ; mais lorsque le Seigneur les fera revenir, ils seront portés avec honneur comme des enfants destinés à un royaume :

7. Car le Seigneur a résolu d’abaisser toutes les montagnes élevées et les roches éternelles, et de remplir les vallées en les égalant à la terre unie, afin qu’Israël marche avec vitesse pour la gloire de son Dieu.

8. Les forêts mêmes, et tous les arbres odoriférants, feront une ombre agréable à Israël par l’ordre de Dieu.

9. Car Dieu fera venir Israël avec joie sous la conduite de la lumière de sa majesté, et en faisant éclater la miséricorde et la justice qui viennent de lui-même.



Lettre de Jérémie aux Juifs captifs. Il leur annonce leur retour, les exhorte à ne point prendre part a l’idolâtrie des Babyloniens, et leur montre le néant et la vanité des idoles.
Copie de la lettre que Jéremie envoya aux captifs que le roi des Babyloniens devoit emmener à Babylone, pour leur annoncer ce que Dieu lui avait ordonné de leur dire.


1. Vous serez emmenés captifs à Babylone par Nabuchodonosor, roi des Babyloniens, à cause des péchés que vous avez commis devant Dieu.

2. Étant donc entrés à Babylone, vous y serez longtemps, et pendant plusieurs années, jusqu’à sept générations ; après cela je vous en ferai sortir en paix.

3. Mais maintenant vous verrez à Babylone des dieux d’or et d’argent, de pierre et de bois, que l’on porte sur les épaules, et qui se font craindre par les nations.

4. Prenez donc bien garde à ne pas imiter la conduite de ces étrangers, à ne point craindre ces dieux, et à ne vous pas laisser surprendre par cette frayeur.

5. Lorsque vous verrez une foule de peuple devant et derrière, qui adore ces dieux, dites en votre cœur : C’est vous, Seigneur, qu’il faut adorer.

6. Car mon ange est avec vous ; et je serai moi-même le défenseur et le vengeur de votre vie.

7. La langue de ces idoles a été taillée par le sculpteur ; celles mêmes qui sont couvertes d’or et d’argent n’ont qu’une fausse apparence, et elles ne peuvent point parler.

8. Comme on fait des ornements à une fille qui aime à se parer, ainsi après avoir fait ces idoles on les pare avec de l’or.

9. Les dieux de ces idolâtres ont des couronnes d’or sur la tête ; mais leurs prêtres en retirent l’or et l’argent, et s’en servent eux-mêmes.

10. Ils donnent de cet or à des impudiques, et ils en parent des prostituées ; après que ces mêmes prostituées le leur ont redonné, ils en parent encore leurs dieux.

11. Ces dieux ne sauraient se défendre ni de la rouille ni des vers.

12. Après qu’ils les ont revêtus d’un habit de pourpre, ils leur nettoient le visage à cause de la grande poussière qui s’élève au lieu où ils sont.

13. L’un porte un sceptre, comme un homme, comme un gouverneur de province, mais il ne saurait faire mourir celui qui l’offense.

14. L’autre a une épée et une hache à la main, mais il ne peut s’en servir pendant la guerre ni s’en défendre contre les voleurs ; ce qui vous fait voir que ce ne sont point des dieux.

15. Ne craignez donc point ces dieux ; car ils sont semblables à un pot de terre qui, ayant été cassé, n’est plus bon à rien.

16. Après qu’on les a placés dans une maison, la poussière qui s’élève des pieds de ceux qui y entrent leur couvre les yeux.

17. Et comme un homme qui a offensé un roi est renfermé sous beaucoup de portes, et un mort dans son sépulcre ; ainsi les prêtres de ces dieux les renferment sous beaucoup de serrures et de verrous, de peur que les voleurs ne viennent les emporter.

18. Ils allument devant eux des lampes, et en grand nombre, mais ces dieux ne peuvent en voir aucune ; et ils sont comme des poutres dans une maison.

19. Ils disent que les serpents nés de la terre leur lèchent le cœur, lorsqu’ils les rongent effectivement, eux et leurs habits, sans qu’ils le sentent.

20. Leurs visages sont noircis par la fumée qui s’élève dans la maison où ils sont.

21. Les hiboux, les hirondelles et les autres oiseaux volent sur leurs corps et sur leurs têtes, et les chats y courent aussi.

22. Reconnaissez donc que ce ne sont point des dieux, et ne les craignez point.

23. Aussi l’or qu’ils ont n’est que pour l’apparence : si on n’en ôte la rouille, ils ne brilleront point ; et lorsqu’on les a jetés en fonte, ils ne le sentaient point.

24. On les a achetés à grand prix, quoiqu’il n’y ait point de vie en eux.

25. Comme ils n’ont point de pieds, ils sont portés sur les épaules, et ils font voir eux-mêmes devant tout le monde leur honteuse impuissance : que ceux qui les adorent soient couverts de confusion !

26. S’ils tombent aussi en terre, ils ne se relèveront pas eux-mêmes ; et si on ne les redresse, ils ne se tiendront pas sur leurs pieds : mais il faut leur apporter, comme à des morts, les dons qu’on leur offre.

27. Leurs prêtres vendent leurs hosties, et en disposent comme il leur plaît ; leurs femmes en prennent aussi tout ce qu’elles veulent, sans en rien donner aux pauvres et aux mendiants.

28. Les femmes touchent à leurs sacrifices étant grosses et dans leurs infirmités mensuelles. Puis donc que toutes ces choses font voir que ce ne sont pas des dieux, ne les craignez point.

29. Car pourquoi les appelle-t-on des dieux, sinon parce que les femmes viennent offrir des dons à ces dieux d’argent, d’or, et de bois ;

30. Et que leurs prêtres sont assis dans leurs temples ayant des tuniques déchirées, la tête et la barbe rases, et ayant la tête nue ?

31. Ils rugissent en criant devant leurs dieux comme aux festins qu’on fait pour les morts.

32. Leurs prêtres leur ôtent les vêtements qu’on leur a donnés, et ils en habillent leurs femmes et leurs enfants.

33. Qu’on leur fasse du mal, ou qu’on leur fasse du bien, ils ne peuvent rendre ni l’un ni l’autre ; ils ne peuvent faire un homme roi, ni lui ôter la couronne.

34. Ils ne peuvent non plus donner les richesses, ni rendre le mal. Si un homme leur ayant fait un vœu ne s’en acquitte point, ils ne lui feront aucune peine pour cette injure.

35. Ils ne sauvent personne de la mort, et ils ne délivrent point le faible de la main du puissant.

36. Ils ne rendent point la vue à l’aveugle, et ils ne tireront point l’homme de la misère.

37. Ils n’auront point de compassion pour la veuve, et ils ne feront point de bien aux pupilles.

38. Ces dieux sont semblables à des pierres qu’on tire d’une montagne ; ce sont des dieux de bois, de pierre, d’or, et d’argent : aussi ceux qui les adorent seront couverts de confusion.

39. Comment donc peut-on les croire ou les appeler des dieux ?

40. Les Chaldéens les déshonorent eux-mêmes ; car lorsqu’ils ont appris qu’un homme est muet et ne parle point, ils l’offrent à Bel, et lui demandent qu’il lui rende la parole :

41. Comme si des idoles immobiles pouvaient avoir aucun sentiment ! Lors donc qu’ils se seront aperçus de leur impuissance, ils les abandonneront eux-mêmes, voyant que les dieux qu’ils adorent sont insensibles.

42. On voit aussi des femmes ceintes de cordes, qui sont assises dans les rues , brûlant des noyaux d’olives ;

43. Et lorsque l’une d’entre elles a été emmenée par quelque passant qui l’a corrompue, elle reproche à celle qui est auprès d’elle qu’elle n’a pas été jugée, comme elle, digne d’honneur, et que sa corde n’a pas été rompue.

44. Tout ce qu’on fait à ces dieux n’est que mensonge : comment donc peut-on croire ou peut-on dire que ce sont des dieux ?

45. Ils ont été faits par des ouvriers en bois et en or ; ils sont ce que les prêtres veulent qu’ils soient, et rien de plus.

46. Les ouvriers mêmes qui les font ne vivent pas longtemps sur la terre ; comment donc leurs ouvrages peuvent-ils être des dieux éternels ?

47. Ils ne laissent à ceux qui viennent après eux qu’un mensonge et un sujet de honte.

48. Aussi, lorsqu’il survient une guerre ou quelque malheur, les prêtres pensent en eux-mêmes où ils iront se cacher avec leurs dieux.

49. Comment donc ceux-là peuvent-ils passer pour des dieux , qui ne peuvent se sauver pendant la guerre, ni se délivrer des moindres maux ?

50. Car n’étant que du bois, et des lames d’or et d’argent dont ils sont couverts, toutes les nations et tous les rois en reconnaîtront un jour la fausseté ; on verra clairement que ce ne sont point des dieux, mais les ouvrages de la main des hommes, où il ne se trouve aucune action de Dieu :

51. On reconnaîtra donc que ce ne sont point des dieux, mais les ouvrages de la main des hommes, et qu’il ne sort d’eux aucune œuvre de Dieu.

52. Ils ne donnent point un roi à un royaume, et ils ne répandent point la pluie sur les hommes.

53. Ils ne feront point rendre justice, ils ne délivreront point les provinces de la violence, parce qu’ils ne peuvent rien du tout, et qu’ils sont comme des corneilles qui volent entre le ciel et la terre.

54. Quand le feu aura pris à la maison de ces dieux de bois, d’argent et d’or, leurs prêtres s’enfuiront, et se sauveront ; mais pour eux, ils seront consumés au milieu des flammes comme les poutres du bâtiment.

55. Ils ne résisteront point à un roi pendant la guerre, comment donc peut-on croire ou admettre que ce sont des dieux ?

56. Ces dieux de bois, de pierre, d’or et d’argent, ne se sauveront point des larrons et des voleurs ; ces hommes, étant plus forts qu’eux,

57. Leur voleront l’or, l’argent et les vêtements dont ils sont couverts, et ils se retireront, sans que ces dieux puissent s’en défendre.

58. Il vaut donc mieux être un roi qui fait paraître sa puissance avec éclat, ou un vase d’une maison, qui est utile à celui auquel il appartient et qu’il est bien aise d’avoir, ou la porte d’un logis, qui tient en sûreté tout ce qui y est, que d’être l’un de ces faux dieux.

59. Le soleil, la lune et les astres jettent de l’éclat ; ils sont conduits pour l’utilité des hommes, et ils obéissent à Dieu ;

60. Les éclairs se font remarquer lorsqu’ils paraissent ; les vents soufflent dans tous les pays ;

61. Les nuées, lorsque Dieu leur commande de s’étendre sur tout le monde, exécutent ce qui leur a été ordonné ;

62. Le feu du ciel, envoyé d’en haut pour consumer les montagnes et les forêts, fait ce que Dieu lui a commandé de faire : il n’y a pas un de ces dieux qui soit comparable à ces créatures en beauté ou en puissance.

63. Il ne faut donc ni croire, ni dire que ce soient des dieux, puisqu’ils ne peuvent ni rendre la justice, ni faire du bien ou du mal aux hommes.

64. Ainsi, puisque vous savez que ce ne sont point des dieux, ne les craignez pas.

65. Ils ne feront jamais ni aucun mal ni aucun bien aux rois de la terre.

66. Ils ne marquent point dans le ciel, pour les peuples, les signes des saisons ; ils n’éclaireront point comme le soleil, et ils ne luiront point comme la lune.

67. Les bêtes sont meilleures que ces dieux, puisqu’elles peuvent s’enfuir sous un toit, et chercher ce qui leur est utile.

68. Il est donc très-clair qu’ils ne sont nullement des dieux : c’est pourquoi ne les craignez point ;

69. Car comme on met auprès des concombres un épouvantail qui ne peut les garder, ainsi sont leurs dieux de bois, d’argent, et d’or.

70. Ils sont semblables à l’aubépine qui est dans un jardin, sur laquelle tous les oiseaux viennent se reposer : leurs dieux de bois, d’or, et d’argent, ressemblent encore à un mort qu’on jette dans un lieu noir et ténébreux.

71. Les vers mêmes qui rongent la pourpre et l’écarlate qui est sur eux vous montrent assez que ce ne sont point des dieux ; enfin ils en sont eux-mêmes mangés, et ils deviennent l’opprobre de tout un pays.

72. L’homme juste qui n’a point d’idoles vaut mieux que tous ces dieux, puisqu’il sera éloigné de tous les opprobres auxquels ces idoles sont exposées.


◄   Ecclésiastique sommaire Esther   ►