Biographie nationale de Belgique/Tome 1/ALBERT I

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  - Tome 1 Tome 2  ►



ALBERT I, comte de Namur, vivait à la fin du xe siècle. La filiation et surtout la chronologie des premiers comtes de Namur sont fort incertaines. Il arrive fréquemment que les dates des diplômes contemporains ne concordent ni avec celles qui sont fournies par les chroniqueurs les plus dignes de foi, ni même parfois entre elles. Ce n’est pas ici le lieu de chercher à concilier des données historiques, du reste insuffisantes. En attendant qu’une critique judicieuse ait jeté du jour sur ces questions ardues, nous sommes bien forcé de suivre les historiens du pays, sauf à modifier quelques dates, et en prévenant le lecteur que tel fait que nous attribuons, par exemple, à Albert III, s’est peut-être passé sous le règne de son prédécesseur.

Adalbert ou Albert I, qui descendait de Bérenger, premier comte bénéficiaire de Namur, régna dans les dernières années du xe siècle. A cette époque, le territoire de la Lotharingie se trouvait définitivement partagé entre quelques grands feudataires, dont l’un possédait le comté de Namur, formé d’une partie de l’ancien pagus Lomacensis. Albert épousa Ermengarde, fille de Charles de France, duc de Lotharingie, et ce mariage lui valut, dit-on, la partie du comté située sur la rive droite de la Meuse. Il se joignit aux fils de Régnier II, lorsque, à la mort d’Othon le Grand (973), ils rentrèrent en Belgique pour reconquérir l’héritage de leur famille et vainquirent, près de Péronne, les comtes Garnier et Rainold que l’Empereur avait investis du Hainaut. Certains annalistes prétendent que, sous le règne de cet Albert, la ville de Namur, jusqu’alors restreinte à l’étroit espace compris entre la Sambre et la Meuse, reçut son premier agrandissement sur la rive gauche de la Sambre. Rien ne prouve comme rien n’infirme cette assertion. Par un diplôme de 992, l’Empereur confia au comte Albert I la défense de l’abbaye de Brogne. L’histoire n’en fait plus mention après cette date, car on ne peut guère ajouter foi à une chronique, relativement moderne, qui le fait périr, en 998, dans un combat livré sous les murs de Huy.

De son mariage avec Ermengarde, il laissa plusieurs enfants, parmi lesquels deux fils qui régnèrent successivement après lui : Robert II, dit le Perfide, et Albert II.

J. Borgnet.