Biographie nationale de Belgique/Tome 1/ANSELME DE FLANDRE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  - Tome 1 Tome 2  ►



ANSELME DE FLANDRE, ou le FLAMAND, musicien du xvie siècle. On ne connaît ni le nom de famille ni le lieu de naissance de ce musicien flamand, qui, vers le milieu du xvie siècle, faisait partie de la chapelle du duc de Bavière, à Munich. Le nom qu’il porte est néanmoins un indice suffisant de sa nationalité.

En examinant le paragraphe relatif à Anselme le Flamand, dans la deuxième partie de la Pratica di Musica de Zacconi, publiée en 1622, M. Fétis se demande (Biogr. univ. des Musiciens) si, comme l’a dit l’auteur italien, c’est à lui que revient l’honneur d’avoir le premier complété la gamme moderne, en ajoutant la septième syllabe de solmisation aux six premières de l’hexacorde de Gui d’Arezzo et en la nommant si. Sans trancher la question, le savant musicographe constate que l’innovation imaginée ou professée par Anselme le Flamand doit avoir eu beaucoup de prosélytes, puisqu’elle était pratiquée à Sienne au xviiie siècle par le père Fausto Fritelli, maître de chapelle de la cathédrale, en dépit des efforts des partisans de la solmisation ancienne, qui blâmaient et rejetaient l’innovation.

On sait que la même invention est attribuée, avec beaucoup de fondement, au compositeur-chanteur anversois Hubert Waelrant, qui vivait à Anvers et y donnait l’enseignement musical vers l’époque où Anselme a dû s’instruire dans son art. Il se pourrait donc qu’à ce dernier ne doive revenir que l’honneur de l’avoir propagée dans des contrées où elle n’avait pas encore pénétré.

Chev. L. de Burbure.