Biographie nationale de Belgique/Tome 1/AUVIN, Jean D’

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  - Tome 1 Tome 2  ►



AUVIN (Jean D’) ou DAUVIN, évêque de Namur, naquit en 1559, selon toute probabilité, dans cette ville et y mourut le 15 septembre 1629. Son père, Jean d’Auvin, et sa mère, Marie de Monbeek, tenaient un rang distingué dans la noblesse de la province de Namur. Après avoir obtenu le grade de licencié en théologie, il devint chanoine gradué de la cathédrale, et, depuis 1597, archidiacre du diocèse et grand vicaire de l’évêque de Buisseret, son prédécesseur. Nommé à son tour au siége épiscopal à Namur, par les archiducs, en 1614, et confirmé en cette qualité par le pape Paul V, il fut sacré, le 22 novembre 1615, par F. Vander Burch, évêque de Gand, assisté de l’évêque de Bois-le-Duc et du suffragant de Liége. Gramaye, qui semble avoir eu recours à ses connaissances historiques pour la composition de ses Antiquitates Belgicæ, assure que c’était un homme de savoir et de grande piété (Namurcum, p. 47). En 1617, il contribua puissamment à la restauration de l’église du monastère de Boneffe, récemment incendiée alors par les Hollandais, et y consacra quatre autels. Deux ans après, il fit imprimer les offices propres des saints de son diocèse, rédigés suivant la forme du bréviaire romain. Il eut pour collaborateur de cet ouvrage le P. Monin, auteur du Sacrarium Leodiense.

Les divers actes de son administration portent les traces de son activité, ainsi que de son désir de relever les pompes du culte et de réprimer les abus qui, à la faveur des troubles antérieurs, s’étaient glissés dans les diverses parties de son diocèse. Les synodes de Namur et les archives de la cathédrale, conservées aux archives de l’État, dans cette ville, en font foi et prouvent que c’était un des prélats les plus méritants des Pays-Bas catholiques, en même temps qu’un ami des lettres et des arts.

Bon de Saint-Genois.

Gaillot, Hist. de Namur, t. III, p. 175 ; t. IV, p. 348. — Annales de la Société archéologique de Namur, t. IV, p. 108. — Gallia Christiana, t. III, p 546 A, et t. VIII, pp. 382 et suiv.(1864).