Biographie nationale de Belgique/Tome 2/BERTHOUT, Florent

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  Tome 1 Tome 2 Tome 3  ►



BERTHOUT (Florent), seigneur de Berlaer, fils de Gauthier III, le Grand, succéda, en 1310, à son neveu Gilles, dans l’avouerie de Malines. Une fatalité semble s’attacher aux derniers Berthout : Jean mourut sans enfants ; Gilles, son frère et son successeur, décéda également sans postérité ; enfin Florent n’eut point de descendants mâles : il n’eut de son mariage avec Mathilde de la Marck qu’une fille unique, Sophie, qui épousa, en 1310, Renaud de Gueldre. Froissart et après lui d’autres écrivains allèguent, à propos de ce mariage, que le comte de Gueldre, pour rétablir ses affaires et d’après les conseils de son parent, l’archevêque de Cologne, aurait épousé Sophie, de qui le père, Florent Berthout, était un des plus riches commerçants, trafiquant à Venise et dont les navires fréquentaient les côtes de l’Orient. Cette assertion n’est guère admissible. Les documents de cette époque ne font aucune mention de ce prétendu négoce ; d’ailleurs, ce nom de marchand s’explique tout différemment et semble avoir été attribué à Florent, à cause de la vente et du rachat qu’il fit de ses droits d’avoué et de seigneur. (Gramaye, lib. II, sect. IV.) L’évêque de Liége, Thibaud de Bar, qui, en vertu d’une sentence de la cour de Rome, avait retiré la seigneurie de Malines des mains du duc de Brabant, décéda le 13 mai 1312. Adolphe de la Marck ne lui succéda que le 4 avril 1313. Le duc Jean II de Brabant profita de cette vacature pour récupérer ses droits sur Malines. Il se rendit dans cette ville et Berthout lui prêta le serment de fidélité. Florent fit plus : le lendemain de la fête des saints Pierre et Paul, 1312, par lettres patentes, il reconnut tenir en fief du duc tous les droits qu’il exerçait soit comme avoué, soit comme seigneur, dans Malines et dans les autres terres mouvantes du Brabant. Berthout reprend ici le titre de seigneur de Malines, que l’accord de 1308 avait refusé à son prédécesseur Gilles Berthout.

Le nouveau prélat, Adolphe de la Marck, pressé par le besoin d’argent et craignant de ne pouvoir rentrer en possession de ses droits, engagea la seigneurie de Malines pour un terme de cinq ans à Guillaume Ier, comte de Hainaut et de Hollande, moyennant quinze mille florins. Le comte ne tarda pas à s’apercevoir que dans Malines le pouvoir était partagé entre lui et Florent Berthout. Il engagea donc ce seigneur à lui céder les droits qu’il exerçait. Berthout y consentit, et la vente se fit en 1315, moyennant une rente annuelle de vingt-trois mille livres tournois, plus vingt-trois mille des mêmes livres, à payer dans un délai déterminé. En 1318 ou en 1319, le prélat liégeois restitua les quinze mille florins au comte de Hainaut, et Malines retourna au siége épiscopal. Le comte, ne voulant point devenir vassal de Liége, rétrocéda à Berthout les droits que celui-ci lui avait vendus quelques années auparavant.

L’évêque engagea de nouveau, en 1328, le domaine de Malines à Renaud de Gueldre, époux de Sophie Berthout, fille de Florent. Renaud espérait s’acheminer ainsi vers la possession totale de la seigneurie. Mais une rupture eut lieu entre le comte de Gueldre et l’évêque, celui-ci restitua la somme prêtée en 1329. Florent eut la douleur, la même année, de voir movirir sa fille unique. Il ne lui survécut guère ; il mourut en 1331, laissant pour héritière sa petite-fille, Marguerite de Gueldre, fille aînée de Sophie.

Florent Berthout est le dernier du nom qui figure dans la seigneurie de Malines. Avec lui finit l’histoire politique de ces personnages.

Emm. Neeffs.

Van den Branden de Reeth, Recherches sur l’origine des Berthout. — David, Geschiedenis van Mechelen. — Le Paige de la Laghe, Notes pour servir à l’histoire de Malines, Mss. — A. Mirœus, Opera diplomatica. — Archives de Malines. — Van Gestel, Hist. archiep. Mechl. — Van der Borcht de Moesick, dit Huldenberg, Geboortelinie der heeren vooghden van Mechelen. — Butkens, Trophées du Brabant. — Azevedo y Bernal, Chronyke, outheden der stadt en de provincie van Mechelen. — De Munck, Gedenkschriften van Mechelen. — Sollerius, Acta S. Rumoldi. — De Gerlache, Histoire de Liége. — Chapeauville, Gesta Pontificum, etc. — Gachard, Documents inédits. Mechelsche Chronycke van Tongeren, etc.