Biographie nationale de Belgique/Tome 2/BORREMAN, Jean

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  Tome 1 Tome 2 Tome 3  ►



BORREMAN (Jean), sculpteur-statuaire, exerçait son art à Bruxelles dans la première moitié du XVIe siècle. Les dates de sa naissance et de son décès sont ignorées; toutefois il est tenu pour Bruxellois d’origine. Les documents contemporains mentionnent de cet artiste d’assez importants travaux de sculpture. En 1511, il exécuta pour le palais des ducs de Brabant, à Bruxelles, un lion en pierre, de sept à huit pieds de long, qui fut posé sur le faîte de la façade. De 1513 à 1521, lors de l’agrandissement de la place du Palais, pour former la Cour des bailles, ainsi nommée à cause de la balustrade en pierre bleue, à meneaux flamboyants, avec colonnes et piédestaux, dont on l’entoura, Jean Borreman sculpta les modèles en bois des statues et des figures d’animaux destinées à être placées sur les colonnes et les piédestaux. Le peintre Jean van Roome dessina les patrons de ces modèles, que le fondeur Jean van Thienen s’engagea à couler en bronze. Mais il ne livra qu’une partie des figures d’animaux et quatre statues, de grandeur mi-naturelle, représentant : Godefroid le Barbu, Godefroi II, son fils, Maximilien d’Autriche et Charles-Quint, que l’on éleva sur les colonnes aux deux entrées principales de la Cour des bailles. Les figures de quadrupèdes et d’oiseaux reçurent d’autres destinations; trois de ces figures, entre autres, furent remises en 1517 au maître menuisier de la ville, pour les utiliser dans la reconstruction de la halle au pain (Broodhuys), dite plus tard la Maison du Roi, sur la Grand’Place de Bruxelles. Après la destruction de la résidence souveraine des ducs de Brabant et des gouverneurs généraux des Pays-Bas, par le terrible incendie de 1731, les quatre statues de Jean Borreman furent déplacées. L’une d’elles fut érigée sur le rempart avoisinant, et brisée en 1790; les autres, qui décorèrent les pilliers de la porte du rempart, dans la rue Ducale, furent renversées en 1793, par les républicains français, et converties en monnaie de billon. Chaque statue pesait environ huit cents livres, et le métal en avait coûté dix-neuf florins du Rhin le quintal.

En 1529-1530, le sculpteur Pasquier Borreman, sans doute un fils de Jean, travailla, avec le peintre Jean Tons, à la décoration de l’église de l’hôpital Saint-Pierre, à Bruxelles. Pasquier Borreman y construisit le tabernacle du Saint-Sacrement, pour lequel il reçut une remunération de soixante florins du Rhin, et il établit le retable de l’autel de la chapelle Saint-Paul.

Edm. De Busscher.

Alex, Pinchart, Archives des arts, t. I, 1860. — Messager des sciences historiques, Gand. — Schayes, Mémoires sur l’architecture ogivale et Histoire de l’architecture en Belgique. — Alex. Henne et Alphonse Wauters, Histoire de la ville de Bruxelles, t. III, 1845.