Biographie nationale de Belgique/Tome 3/BUESEN, Gérard

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  Tome 2 Tome 3 Tome 4  ►



BUESEN (Gérard), né à Zichen, près de Maestricht, en 1757, fréquenta avec le plus grand succès les cours de philosophie de l’Université de Louvain. Inscrit ensuite parmi les élèves de la Faculté de médecine, il fut bientôt choisi pour présider aux exercices scientifiques des bacheliers[1]. Il subit brillamment les épreuves de la licence, le 12 août 1783, et publia à cette occasion une dissertation inaugurale qui fut remarquée des savants[2]. Appelé à Schyndel, près de Bois-le-Duc, où résidait une partie de sa famille, il y exerça la médecine pendant quelques années; mais, dès 1792, ses maîtres, qui avaient conservé le souvenir de ses qualités éminentes, firent des démarches pour le faire revenir à Louvain. Le 11 septembre 1793, il obtint la chaire de botanique. Le 17 janvier de l’année suivante, il fut appelé à succéder au docteur Vounck, dans la chaire d’anatomie et de chirurgie.

L’arrivée des armées républicaines vint mettre un terme aux succès du jeune professeur. Détenu comme otage à la porte de Hal à Bruxelles, menacé d’être déporté en France, brusquement arrêté dans une carrière nouvelle où il avait débuté avec éclat, Buesen supporta avec courage les épreuves inséparables de cette époque orageuse. Après la suppression de l’université, en 1797, il reprit àLouvain l’exercice de l’art de guérir et ne tarda pas à jouir de la confiance d’une nombreuse et brillante clientèle. Il consacrait ses rares loisirs au culte de la science qui avait possédé toutes les sympathies de sa jeunesse. En 1791, la Société des sciences de Haarlem avait couronné un mémoire sur le traitement de la dyssenterie, qu’il avait adressé à cette compagnie célèbre[3]. En 1809, il publia sur les causes et le traitement de la même maladie un ouvrage intitulé : Tractatus de Dyssenteriæ popularis pathologia et medicina genuinis, habita multigena complicationis ratione[4]. Dans ce livre, où l’on remarque une latinité aussi élégante que correcte, il s’efforça de prouver que, si la médecine avait fait de remarquables progrès dans les premières années du XIXe siècle, il ne fallait pas en conclure que les médecins des siècles antérieurs avaient constamment erré dans les ténèbres. C’était le développement scientifique d’une sentence d’Hippocrate, qu’il avait prise pour épigraphe de son traité : Inventa absque ratione calumniari vel ignominiosen rejicere, aut maligni est aut ignorantis.

En 1814, lorsque le règne de Guillaume Ier s’annonça comme une ère de justice et de réparation, Buesen s’empressa de signer, avec ses anciens collègues, l’acte par lequel ils chargèrent les docteurs Vande Velde et Van Oudenrode de faire les démarches nécessaires pour obtenir le rétablissement de l’ancienne université[5]. Le 25 septembre 1816, un nouvel établissement académique fut créé à Louvain; mais Buesen, que des convictions religieuses hautement manifestées avaient rendu suspect à quelques ministres du nouveau régime, eut la douleur de se voir définitivement écarté de la carrière de l’enseignement. Il mourut à Louvain, le 26 décembre 1841, à l’âge de quatre-vingt-quatre ans, ayant conservé jusqu’au dernier jour la plénitude de ses facultés intellectuelles. Deux de ses fils, qui s’étaient voués au sacerdoce, l’avaient précédé dans la tombe, victimes du zèle qu’ils avaient déployé dans l’épidémie qui ravagea les hôpitaux militaires en 1813. Un troisième, entré dans la carrière des armes, devint général de division, ministre de la guerre et député de l’arrondissement de Louvain à la Chambre des représentants[6].

J.-J. Thonissen.

Documents particuliers. — Annuaire de l’Université catholique de Louvain de 1843.


  1. Le choix était abandonné aux élèves en médecine. Celui qui était revêtu de ces fonctions portait le titre de Medicinæ baccalauriorum fiscus et decanus.
  2. Dissertatio medica de Ischuria, quam pro adipiscenda Medicinœ laurea sub auspiciis Ampl. ac clar. viri Dom. Martini Vander Belen, med. doc. et prof. prim., defendet Gerardus Buesen, etc. Elle a été réimprimée au tome III, pp. 63-84 de la Collectio dissertationum medicarum in Alma Universitate lovaniensi multorum annorum curriculo publice defensarum.
  3. Le mémoire avait été rédigé en réponse à la question suivante : Is het heulsap in den persloop uit besmetting niet alleenlyk een hulpmiddel ter verzagting en stilling van toevallen, mitsgaders ter voorkoming van derzelver gevolgen; maer bovendien een hulpmiddel, waar van men de geneezing der ziekte, tot eenen aanmerkelyken trap aanwezig, in eenig tydperk derzelve, met genoegzame veiligheid mag afwagten? etc.
  4. Louvain, Michel, 230 pages in-8°, in-12.
  5. Ce document daté du 27 mai 1814, a été reproduit dans l’Annuaire de l’Université catholique de Louvain de 1838.
  6. Il importe de remarquer que ce dernier signait Buzen.