Biographie nationale de Belgique/Tome 3/CARTIGNY, Jean DE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  Tome 2 Tome 3 Tome 4  ►



CARTIGNY (Jean DE) CARTHENIE, CARTINI ou DE CARTHENY, écrivain mystique, né à Valenciennes (ancien Hainaut), vers 1520, mort à Cambrai, le 6 octobre 1578. Cartigny embrassa, jeune encore, la carrière ecclésiastique, entra dans l’ordre des Carmes et fit sa profession au couvent de sa ville natale. Il était très-versé dans le grec, le latin, ainsi que dans l’hébreu, langue qu’il approfondit particulièrement. En 1554, il obtint le bonnet de docteur en théologie, science qu’il enseigna d’abord à Valenciennes, puis au couvent de son ordre, à Bruxelles, où il devint prieur. Il fut délégué, en 1564, par sa province au chapitre général qui se tint à Rome ; l’année suivante, il prononça le discours d’ouverture du synode de Cambrai, discours qui a été imprimé, avec divers autres, à la fin des Acta Concilii provincialis Cameracensis. Antverpiæ, 1566, in-4o, pp. 37-41.

Tous les biographes qui se sont occupés de Cartigny rendent un juste tribut d’éloges à l’étendue de son savoir et lui attribuent de grandes connaissances en philosophie. L’archevêque de Cambrai le nomma son théologien. Cartigny s’est fait connaître comme prédicateur, comme écrivain mystique, comme poëte sacré. On lui doit divers écrits remarquables par leur singularité ; les uns sont restés inédits, les autres ont été imprimés. Voici les principaux : 1o In X præcepta decalogi. — 2o In apocalypsia D. Joannis. — 3o In epistolas aliquot D. Pauli. Antverpiæ, 1558. — 4o De quatuor hominis novissimis. Antverpiæ, 1558, in-16, plusieurs fois réimprimé. On en connaît une traduction sous le titre de Traité des quatre fins de l’homme, 1573. On trouve à la fin du volume un opuscule intitulé : La querelle de l’âme damnée avec son corps. — 5o Le voyage du chevalier errant. 1557, in-8o. Idem, 1594, in-12 ; id. Saint-Omer, 1620, in-16. C’est le même ouvrage que Le chevalier errant égaré dans la forêt des vanités mondaines. Anvers, 1595, in-12. Ce livre eut une grande vogue ; il a été traduit en plusieurs langues et mérite à ce titre une mention spéciale. Le style en est très-coloré et l’auteur se sert souvent d’expressions bizarres ; mais l’ouvrage peut être utilement consulté, si l’on veut se rendre compte du goût dominant au xvie siècle, car il réflète fidèlement les préjugés et les mœurs de l’époque où il vit le jour. M. Camille Picqué, dans la Revue trimestrielle (t. XX, p. 187), en a donné une intéressante analyse.

Aug. Vander Meersch.

Biographie universelle, publiée par Ode. — Biographie générale, publiée par Didot. — Ad. Mathieu, Biographie montoise, p. 289. — Piron, Levensbeschryvingen, byvoegsel. — Lenglet Dufresnoy, Bibliothèque des Romans. — La Croix du Maine, Bibliothèque française. — De Villers, Bibliotheca carmelitana, t. I, p. 809. — Archives du nord de la France, t. IV, p. 279.