25%.png

Biographie universelle ancienne et moderne/1re éd., 1811/Ma

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

◄  Couverture
Index alphabétique — M
Maanagarmour  ►
Index par tome


MA, c’est-à-dire mère, la mère par excellence : Cybèle en Phrygie. Dâ Mâ, Δã mã, que nous voyons souvent répété dans les tragiques, signifie divine mère, déesse mère, Dea Mater. C’est de la sans nul doute (et non de [...]) qu’a été formé Dâmâtâr , nom grec de Cérès. Mais de ce que Cérès a été nommée Dâmâtâr il ne résulte pas qu’elle seule ait eu droit au titre de Dâ Mâ ou de Mâ, qu’elle seule l’ait porté. A vrai dire, ce titre appartient à la haute déesse Passiveté-Fécondité ; peu importe sous quelle face on la considère. En Phrygie , ou pour mieux dire chez toute la race arménopélasgique habitante du plateau de l’Anadhouli, ce fut la Terre-Montagne, la Terre-Cube, en d’autres termes, Cybèle. La qualificalion de Mâ, donnée à cette déesse, se trouve parfaitement en rapport avec celle d’Amma, père, donnée au bel Atys son favori. Réa (aussi la Terre, mais en Crète) s’appela de même Mâ en Lydie. Les Lydiens lui offraient des taureaux en sacrifice; et c’est à cette circonstance que fut dû le nom de Mastaure, Mἄσταυρα (de Mἄs Ταũροι), imposé à une ville qui fut dans l’origine un sanctuaire de la déesse. Enfin de Rée les mythologues , suivant leur usage, arrivèrent à une suivante de Rée. La déesse garda son nom ; la suivante eut celui de Mâ. Mâ, dit on, fut la nourrice (presque la mère) de Bacchus ; et ce dieu, analogue quelquefois à Mars, reçut à cette occasion chez les Cariens le nom de Masaris, mαs aρηs, le Mars de Mâ (Voy. Masaris).