Boileau - Œuvres poétiques/Le Lutrin/Chant 6

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le LutrinImprimerie généraleVolumes 1 et 2 (p. 399-404).
◄  Chant V
ODES.  ►

CHANT VI.

1681-1683.

Tandis que tout conspire à la guerre sacrée,
La Piété sincère, aux Alpes retirée[1],
Du fond de son désert entend les tristes cris
De ses sujets cachés dans les murs de Paris.
Elle quitte à l’instant sa retraite divine :
La Foi, d’un pas certain, devant elle chemine ;
L’Espérance au front gai l’appuie et la conduit ;
Et, la bourse à la main, la Charité la suit.
Vers Paris elle vole, et, d’une audace sainte,
Vient aux pieds de Thémis proférer cette plainte :
« Vierge, effroi des méchans, appui de mes autels,
Qui, la balance en main, règle tous les mortels,
Ne viendrai-je jamais en tes bras salutaires
Que pousser des soupirs, et pleurer mes misères ?
Ce n’est donc pas assez qu’au mépris de tes lois
L’Hypocrisie ait pris et mon nom et ma voix,
Que, sous ce nom sacré, partout ses mains avares
Cherchent à me ravir crosses, mitres, tiares !
Faudra-t-il voir encor cent monstres furieux

Ravager mes États usurpés à tes yeux ?
Dans les temps orageux de mon naissant empire,
Au sortir du baptême on couroit au martyre.
Chacun, plein de mon nom, ne respiroit que moi :
Le fidèle, attentif aux règles de sa loi,
Fuyant des vanités la dangereuse amorce,
Aux honneurs appelé, n’y montoit que par force,
Ces cœurs, que les bourreaux ne faisoient point frémir
À l’offre d’une mitre étoient prêts à gémir ;
Et, sans peur des travaux, sur mes traces divines
Couroient chercher le ciel au travers des épines.
Mais, depuis que l’Église eut, aux yeux des mortels,
De son sang en tous lieux cimenté ses autels,
Le calme dangereux succédant aux orages,
Une lâche tiédeur s’empara des courages,
De leur zèle brûlant l’ardeur se ralentit ;
Sous le joug des péchés leur foi s’appesantit.
Le moine secoua le cilice et la haire ;
Le chanoine indolent apprit à ne rien faire ;
Le prélat, par la brigue aux honneurs parvenu,
Ne sut plus qu’abuser d’un ample revenu,
Et, pour toutes vertus, fit, au dos d’un carrosse,
À côté d’une mitre armorier sa crosse.
L’Ambition partout chassa l’Humilité ;
Dans la crasse du froc logea la Vanité.
Alors de tous les cœurs l’union fut détruite.
Dans mes cloîtres sacrés la Discorde introduite
Y bâtit de mon bien ses plus sûrs arsenaux ;
Traîna tous mes sujets aux pieds des tribunaux.
En vain à ses fureurs j’opposai mes prières :
L’insolente, à mes yeux, marcha sous mes bannières.
Pour comble de misère, un tas de faux docteurs
Vint flatter les péchés de discours imposteurs ;
Infectant les esprits d’exécrables maximes,

Voulut faire à Dieu même approuver tous les crimes.
Une servile peur tint lieu de charité ;
Le besoin d’aimer Dieu passa pour nouveauté ;
Et chacun à mes pieds, conservant sa malice,
N’apporta de vertu que l’aveu de son vice.
N’« Pour éviter l’affront de ces noirs attentats,
J’allai chercher le calme au séjour des frimas,
Sur ces monts entourés d’une éternelle glace,
Ou jamais au printemps les hivers n’ont fait place :
Mais, jusque dans la nuit de mes sacrés déserts,
Le bruit de mes malheurs fait retentir les airs.
Aujourd’hui même encore une voix trop fidèle
M’a d’un triste désastre apporté la nouvelle ;
J’apprends que, dans ce temple où le plus saint des rois[2]
Consacra tout le fruit de ses pieux exploits,
Et signala pour moi sa pompeuse largesse,
L’implacable Discorde et l’infâme Mollesse,
Foulant aux pieds les lois, l’honneur et le devoir,
Usurpent en mon nom le souverain pouvoir.
Souffriras-tu, ma sœur, une action si noire ?
Quoi ! ce temple, à ta porte, élevé pour ma gloire,
Où jadis des humains j’attirois tous les vœux,
Sera de leurs combats le théâtre honteux !
Non, non, il faut enfin que ma vengeance éclate :
Assez et trop longtemps l’impunité les flatte.
Prends ton glaive, et, fondant sur ces audacieux,
Viens aux yeux des mortels justifier les cieux. »
viAinsi parle à sa sœur cette vierge enflammée :
La grâce est dans ses yeux d’un feu pur allumée.
Thémis sans différer lui promet son secours,
La flatte, la rassure, et lui tient ce discours :
« Chère et divine sœur, dont les mains secourables

Ont tant de fois séché les pleurs des misérables,
Pourquoi toi-même, en proie à tes vives douleurs,
Cherches-tu sans raison à grossir tes malheurs ?
En vain de tes sujets l’ardeur est ralentie ;
D’un ciment éternel ton Église est bâtie,
Et jamais de l’enfer les noirs frémissemens
N’en sauroient ébranler les fermes fondemens.
Au milieu des combats, des troubles, des querelles,
Ton nom encor chéri vit au sein des fidèles.
Crois-moi, dans ce lieu même où l’on veut t’opprimer,
Le trouble qui t’étonne est facile à calmer :
Et, pour y rappeler la paix tant désirée,
Je vais t’ouvrir, ma sœur, une route assurée.
Prête-moi donc l’oreille, et retiens tes soupirs.
Vers ce temple fameux, si cher à tes désirs,
Où le ciel fut pour toi si prodigue en miracles,
Non loin de ce palais où je rends mes oracles,
Est un vaste séjour des mortels révéré[3]
Et de cliens soumis à toute heure entouré.
Là, sous le faix pompeux de ma pourpre honorable,
Veille au soin de ma gloire un homme incomparable,
Ariste[4] dont le ciel et Louis ont fait choix
Pour régler ma balance et dispenser mes lois.
Par lui dans le barreau sur mon trône affermie,
Je vois hurler en vain la chicane ennemie :
Par lui la vérité ne craint plus l’imposteur,
Et l’orphelin n’est plus dévoré du tuteur.
Mais pourquoi vainement t’en retracer l’image ?
Tu le connois assez : Ariste est ton ouvrage ;
C’est toi qui le formas dès ses plus jeunes ans ;
Son mérite sans tache est un de tes présens.

Tes divines leçons, avec le lait sucées,
Allumèrent l’ardeur de ses nobles pensées.
Aussi son cœur, pour toi brûlant d’un si beau feu,
N’en fit point dans le monde un lâche désaveu ;
Et son zèle hardi, toujours prêt à paroître,
N’alla point se cacher dans les ombres d’un cloître
Va le trouver, ma sœur : à ton auguste nom,
Tout s’ouvrira d’abord en sa sainte maison.
Ton visage est connu de sa noble famille ;
Tout y garde tes lois, enfans, sœur, femme, fille.
Tes yeux d’un seul regard sauront le pénétrer ;
Et, pour obtenir tout, tu n’as qu’à te montrer. »
EtLà s’arrête Thémis. La Piété charmée
Sent renaître la joie en son âme calmée.
Elle court chez Ariste ; et s’offrant à ses yeux :
« Que me sert, lui dit-elle, Ariste, qu’en tous lieux
Tu signales pour moi ton zèle et ton courage,
Si la Discorde impie à ta porte m’outrage ?
Deux puissans ennemis, par elle envenimés,
Dans ces murs, autrefois si saints, si renommés,
À mes sacrés autels font un profane insulte,
Remplissent tout d’effroi, de trouble et de tumulte.
De leur crime à leurs yeux va-t’en peindre l’horreur :
Sauve-moi, sauve-les de leur propre fureur. »
DeElle sort à ces mots. Le héros en prière
Demeure tout couvert de feux et de lumière.
De la céleste fille il reconnoît l’éclat,
Et mande au même instant le chantre et le prélat.
EtMuse, c’est à ce coup que mon esprit timide
Dans sa course élevée a besoin qu’on le guide,
Pour chanter par quels soins, par quels nobles travaux,
Un mortel sut fléchir ces superbes rivaux.
UnMais plutôt, toi qui fis ce merveilleux ouvrage,
Ariste, c’est à toi d’en instruire notre âge.

Seul tu peux révéler par quel art tout-puissant
Tu rendis tout à coup le chantre obéissant.
Tu sais par quel conseil rassemblant le chapitre
Lui-même, de sa main, reporta le pupitre ;
Et comment le prélat, de ses respects content,
Le fit du banc fatal enlever à l’instant.
Parle donc : c’est à toi d’éclaircir ces merveilles.
Il me suffit, pour moi, d’avoir su, par mes veilles,
Jusqu’au sixième chant pousser ma fiction,
Et fait d’un vain pupitre un second Ilion.
Finissons. Aussi bien, quelque ardeur qui m’inspire,
Quand je songe au héros qui me reste à décrire,
Qu’il faut parler de toi, mon esprit éperdu
Demeure sans parole, interdit, confondu.
DeAriste, c’est ainsi qu’en ce sénat illustre
Où Thémis, par tes soins, reprend son premier lustre,
Quand, la première fois, un athlète nouveau
Vient combattre en champ clos aux joutes du barreau,
Souvent, sans y penser, ton auguste présence
Troublant par trop d’éclat sa timide éloquence,
Le nouveau Cicéron, tremblant, décoloré,
Cherche en vain son discours sur sa langue égaré ;
En vain, pour gagner temps, dans ses transes affreuses,
Traîne d’un dernier mot les syllabes honteuses ;
Il hésite, il bégaye ; et le triste orateur
Demeure enfin muet aux yeux du spectateur[5].

  1. La Grande Chartreuse est dans les Alpes.
  2. Saint Louis, fondateur de la Sainte-Chapelle.
  3. L’hôtel du premier président, aujourd’hui la préfecture de police
  4. M. de Lamoignon, premier président.
  5. L’orateur demeurant muet, il n’y a plus d’auditeurs : il reste seulement des spectateurs. (B.)