Bouquets et prières/L’Horloge arrêtée

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


L’HORLOGE ARRÊTÉE.


Horloge d’où s’élançait l’heure
Vibrante en passant dans l’or pur,
Comme l’oiseau qui chante, ou pleure
Dans un arbre où son nid est sûr :

Ton haleine égale et sonore,
Dans le froid cadran ne bat plus :
Tout s’éteint-il comme l’aurore
Des beaux jours qu’à ton front j’ai lus ?