Mozilla.svg

Bug-Jargal/éd. 1876/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bug-Jargal (1826)
Hetzel (p. 15-17).

XI

Vous jugez, messieurs, à quel point toutes ces circonstances avaient dû éveiller mon intérêt et ma curiosité. Je pris des renseignements sur le compte du prisonnier. On me révéla des particularités singulières. On m’apprit que ses compagnons semblaient avoir le plus profond respect pour ce jeune nègre. Esclave comme eux, il lui suffisait d’un signe pour s’en faire obéir. Il n’était point né dans les cases ; on ne lui connaissait ni père ni mère : il y avait même peu d’années, disait-on, qu’un vaisseau négrier l’avait jeté à Saint-Domingue. Cette circonstance rendait plus remarquable encore l’empire qu’il exerçait sur tous ses compagnons, sans même en excepter les noirs créoles, qui, vous ne l’ignorez sans doute pas, messieurs, professaient ordinairement le plus profond mépris pour les nègres congos ; expression impropre, et trop générale, par laquelle on désignait dans la colonie tous les esclaves amenés d’Afrique.

Quoiqu’il parût absorbé dans une noire mélancolie, sa force extraordinaire, jointe à une adresse merveilleuse, en faisait un sujet du plus grand prix pour la culture des plantations. Il tournait plus vite et plus longtemps que ne l’aurait fait le meilleur cheval les roues des norias, il lui arrivait souvent de faire en un jour l’ouvrage de dix de ses camarades, pour les soustraire aux châtiments réservés à la négligence ou à la fatigue. Aussi était-il adoré des esclaves ; mais la vénération qu’ils lui portaient, toute différente de la terreur superstitieuse dont ils environnaient le fou Habibrah, semblait avoir aussi quelque cause cachée ; c’était une espèce de culte.

Ce qu’il y avait d’étrange, reprenait-on, c’était de le voir aussi doux, aussi simple avec ses égaux, qui se faisaient gloire de lui obéir, que fier et hautain vis-à-vis de nos commandeurs. Il est juste de dire que ces esclaves privilégiés, anneaux intermédiaires, qui liaient en quelque sorte la chaîne de la servitude à celle du despotisme, joignant à la bassesse de leur condition l’insolence de leur autorité, trouvaient un malin plaisir à l’accabler de travail et de vexations. Il paraît néanmoins qu’ils ne pouvaient s’empêcher de respecter le sentiment de fierté qui l’avait porté à outrager mon oncle. Aucun d’eux n’avait jamais osé lui infliger de punitions humiliantes. S’il leur arrivait de l’y condamner, vingt nègres se levaient pour les subir à sa place ; et lui, immobile, assistait gravement à leur exécution, comme s’ils n’eussent fait que remplir un devoir. Cet homme bizarre était connu dans les cases sous le nom de Pierrot.