Mozilla.svg

Bug-Jargal/éd. 1876/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

[1]

Bug-Jargal (1826)
Hetzel (p. 70-71).

XLVIII

Enfin, poussant un soupir, je pris d’une main la main de Bug-Jargal, de l’autre celle de ma pauvre Marie, qui observait avec anxiété le nuage sinistre répandu sur mes traits.

« Bug-Jargal, dis-je avec effort, je te confie le seul être au monde que j’aime plus que toi, Marie. Retournez au camp sans moi, car je ne puis vous suivre.

— Mon Dieu ! s’écria Marie respirant à peine, quelque nouveau malheur ! »

Bug-Jargal avait tressailli. Un étonnement douloureux se peignait dans ses yeux :

« Frère, que dis-tu ? »

La terreur qui oppressait Marie, à la seule idée d’un malheur que sa trop prévoyante tendresse semblait deviner, me faisait une loi de lui en cacher la réalité et de lui épargner des adieux si déchirants ; je me penchai à l’oreille de Bug-Jargal, et lui dis à voix basse :

Je suis captif. J’ai juré à Biassou devenir me mettre en son pouvoir deux heures avant la fin du jour ; j’ai promis de mourir. »

Il bondit de fureur : sa voix devint éclatante.

« Le monstre ! Voilà pourquoi il a voulu t’entretenir secrètement ; c’était pour t’arracher cette promesse. J’aurais dû me défier de ce misérable Biassou. Comment n’ai-je pas prévu quelque perfidie ? Ce n’est pas un noir, c’est, un mulâtre.

— Qu’est-ce donc ? Quelle perfidie ? Quelle promesse ? dit Marie épouvantée : qui est ce Biassou ?

— Tais-toi, tais-toi, répétai-je bas à Bug-Jargal, n’alarmons pas Marie.

— Bien, me dit-il d’un ton sombre. Mais comment as-tu pu consentir à cette promesse ? pourquoi l’as-tu donnée ?

— Je te croyais ingrat, je croyais Marie perdue pour moi. Que m’importait la vie ?

— Mais une promesse de bouche ne peut t’engager avec ce brigand ?

— J’ai donné ma parole d’honneur. »

Il parut chercher à comprendre ce que je voulais dire.

« Ta parole d’honneur ? Qu’est-ce que cela ? Vous n’avez pas bu à la même coupe ? Vous n’avez pas rompu ensemble un anneau ou une branche d’érable à fleurs rouges ?

— Non.

— Eh bien ! que nous dis-tu donc ? Qu’est-ce qui peut t’engager ?

— Mon honneur, répondis-je.

— Je ne sais pas ce que cela signifie. Rien ne te lie avec Biassou. Viens avec nous.

— Je ne puis, frère, j’ai promis.

— Non ! tu n’as pas promis, » s’écria-t-il avec emportement ; puis, élevant la voix : « Sœur, joignez-vous à moi ; empêchez votre mari de nous quitter ; il veut retourner au camp des nègres d’où je l’ai tiré, sous prétexte qu’il a promis sa mort à leur chef, à Biassou.

— Qu’as-tu fait ? « m’écriai-je.

Il était trop tard pour prévenir l’effet de ce mouvement généreux qui lui faisait implorer pour la vie de son rival l’auxiliaire de celle qu’il aimait. Marie s’était jetée dans mes bras avec un cri de désespoir. Ses mains jointes autour de mon cou la suspendaient sur mon cœur, car elle était sans force et presque sans haleine.

« Oh ! murmurait-elle péniblement, que dit-il là, mon Léopold ! N’est-il pas vrai qu’il me trompe, et que ce n’est pas au moment qui vient de nous réunir que tu veux me quitter, et me quitter pour mourir ? Réponds-moi vite, ou je meurs. Tu n’as pas le droit de donner ta vie, parce que tu ne dois pas donner la mienne. Tu ne voudrais pas te séparer de moi pour ne me revoir jamais,

— Marie, repris-je, ne le crois pas ; je vais te quitter en effet ; il le faut ; mais nous nous reverrons ailleurs.

— Ailleurs, reprit-elle avec effroi : ailleurs, où ?…

— Dans le ciel, » répondis-je, ne pouvant mentir à cet ange.

Elle s’évanouit encore une fois, mais alors c’était de douleur. L’heure pressait ; ma résolution était prise. Je la déposai entre les bras de Bug-Jargal, dont les yeux étaient pleins de larmes.

« Rien ne peut donc te retenir ? me dit-il. Je n’ajouterai rien à ce que tu vois. Comment peux-tu résister à Maria ? Pour une seule des paroles qu’elle t’a dites, je lui aurais sacrifié un monde, et toi tu ne peux pas lui sacrifier ta mort ?

— L’honneur, répondis-je. Adieu, Bug-Jargal ; adieu, frère, je te la lègue. »

Il me prit la main ; il était pensif, et semblait à peine m’entendre.

« Frère, il y a au camp des blancs un de tes parents, je lui remettrai Maria ; quant à moi, je ne puis accepter ton legs. »

Il me montra un pic dont le sommet dominait toute la contrée environnante.

« Vois ce rocher : quand le signe de la mort y apparaîtra, le bruit de la mienne ne tardera pas à se faire entendre. Adieu. »

Sans m’arrêter au sens inconnu de ces dernières paroles, je l’embrassai ; je déposai un baiser sur le front pâle de Marie, que les soins de sa nourrice commençaient à ranimer, et je m’enfuis précipitamment, de peur que son premier regard, sa première plainte, ne m’enlevassent toute ma force.

  1. Chapitre XLVIII, p. 70, ligne 15 à corriger : "de revenir" à la place de "devenir".