Rutebeuf - Oeuvres complètes, 1839/C’est de Nostre-Dame

La bibliothèque libre.
(Redirigé depuis C'est de Notre Dame)
Aller à : navigation, rechercher
Texte établi par Achille Jubinal Chez Édouard Pannier (2pp. 7-8).

C’est de Nostre-Dame,

ou
UNE CHANSON DE NOSTRE-DAME.


Mss. 7633, 7615.


Séparateur



Chanson m’estuet chanteir de la meilleur
Qui onques fust ne qui jamais sera ;
Li siens douz chanz garit toute doleur :
Bien iert gariz cui ele garira.
Mainte arme a garie,
Huimais ne dot mie
Que n’aie boen jour,
Car sa grant dosour
N’est n’uns qui vous die.

Mout a en li cortoizie et valour,
Bien et bontei et charitei i a ;
Con folz li cri merci de ma folour :
Foloié ai, s’onques n’uns foloia.
Si pleur ma folie
Et ma fole vie,
Et mon fol senz plour,
Et ma fole errour
Où trop m’entr’oblie.

Quant son doulz non reclaimment pichéour
Et il dient son Ave-Maria,

N’ont puis doute du maufei trichéour,
Qui mout doute le bien que Marie a,
Car qui se marie
En teile Marie,
Boen mariage a ;
Marions-nos là ;
Si aurions s’aïe.

Mout l’ama cil qui de si haute tour[1]
Com li ciel sunt descendi juque sà.
Mère et fille porta son créatour,
Qui de noiant li et autres cria.
Qui de cuer s’escrie
Et merci li crie
Merci trovera :
Jà n’uns n’i faudra
Qui de cuer la prie.

Si comme hom voit le soleil toute jor
Qu’en la verrière entre et ist et s’en va,
Ne l’enpire, tant i fière à séjor,
Ausi vos di que onques n’empira
La vierge Marie.
Vierge fu norrie,
Vierge Dieu porta,
Vierge l’aleta,
Vierge fu sa vie.


Explicit la Chanson Nostre-Dame.

  1. Cette strophe n’est pas dans le Ms. 7615.