100%.png

Cap de Bonne-Espérance. — Association pour le rachat et l’éducation des esclaves

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

CAP DE BONNE-ESPÉRANCE.



association pour le rachat et l’éducation des esclaves.

De tous les actes de bienfaisance, il n’en est peut-être pas qui exige plus de générosité, de persévérance et de circonspection que le rachat des esclaves noirs et l’amélioration de leur sort. Depuis long-temps déjà cette grande œuvre est commencée ; les lois ont prescrit la traité, et pris la défense de l’homme de couleur, et cependant on compte encore bien des pays où l’on spécule sur les malheurs de l’humanité, où pour prouver que les nègres sont incapables de jouir de leur liberté, on a soin de les tenir dans la plus complète ignorance, de les dégrader et de les abrutir. Nous pourrions donner d’affreux détails sur la condition déplorable des esclaves dans quelques pays ; mais nous trouvons plus agréable et plus consolant de faire connaître ce que la religion et l’humanité ont inspiré à quelques habitans de l’Afrique.

Une société s’est formée, en 1827, au cap de Bonne-Espérance, dans le but d’acheter de jeunes esclaves et de procurer la liberté à ceux qui, par une bonne conduite, s’en montreraient les plus dignes. Pour donner aux fonds la plus grande valeur et la direction la plus utile, on ne fait que prêter aux adultes la somme nécessaire à leur rachat ; par cette disposition on s’assure de leur bonne conduite, on les encourage au travail, et on en forme autant d’ouvriers actifs, dévoués et honnêtes ; en général on préfère les femmes aux hommes, parce qu’elles ont été moins exaspérées par les mauvais traitemens, et que les enfans d’une femme libre sont libres, quoique leur père soit esclave, tandis que les enfans d’un homme libre sont esclaves. Si leur mère est en servitude, les enfans sont mis en apprentissage pendant un certain nombre d’années, et ce qu’ils gagnent sert à dédommager la Société des frais qu’elle a faits pour leur achat et leur entretien, et de ceux qu’elle doit faire plus tard pour leur établissement.

Déjà nous apprenons que des esclaves libérés ont dignement répondu à la générosité de leurs bienfaiteurs, en sacrifiant eux-mêmes une partie de leurs bénéfices, pour communiquer à leurs semblables une partie de ce bien-être dont ils sentaient tout le prix. Dès les premiers mois, plus de cent proscripteurs, parmi lesquels on remarquait un grand nombre d’ecclésiastiques, de ministres, d’administrateurs et de négocians, s’empressèrent de contribuer à cette bonne œuvre. Plusieurs propriétaires d’esclaves, comprenant leurs véritables intérêts, ont autorisé de leur exemple cette louable et utile entreprise. Mais quoique le gouvernement ait, par des lois spéciales, permis à tout esclave de demander la liberté à son maître, en lui payant une somme dont le montant est déterminé par des arbitres et basé sur le prix de l’achat, la société ne délivre un esclave qu’après avoir obtenu le consentement du propriétaire. On espère que cette modération, et le succès toujours croissant de cette société, entraîneront tous les autres colons, quand ils auront pu reconnaître qu’il y a là, pour eux, des bénéfices aussi certains qu’honorables. Il ne faut pourtant pas se dissimuler qu’une assez forte opposition s’est déjà manifestée, qu’on entrave encore tous les jours les opérations de la société, et que si les actionnaires ne redoublent d’efforts, si le gouvernement ne les favorise et ne les soutient par l’autorité des lois, si les habitans ne continuent pas à fournir les ressources pécuniaires indispensables au progrès et à l’agrandissement de l’entreprise, il deviendra impossible de remplir le but des fondateurs, c’est-à-dire d’anéantir les effets de la traite dans cette colonie.