Catalogue raisonné du Musée d’Archéologie et de Céramique

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

AVIS PRÉLIMINAIRE


Le Musée d’Archéologie de la ville de Rennes, important par le nombre et le choix des objets d’art qui le composent, est pour la plus grande partie formé par le cabinet de M. de Robien, président au Parlement de Bretagne. Ceux qui possèdent le fruit de ses recherches doivent avant tout quelques mots de juste hommage à la mémoire de ce magistrat éminent qui honora le pays par l’étendue de son savoir et l’enrichit par ses collections.

Christophe-Paul Gaultron de Robien, chavelier, sire et baron de Kaer, vicomte de Plaintel, naquit à Rennes, d’une ancienne famille parlementaire, le 4 novembre 1698. Il fut conseiller le 17 mai 1720, puis président à mortier le 24 octobre 1724. Ne devrait-on pas s’étonner d’une organisation judiciaire qui permettait d’arriver si jeune à ces charges si graves ? mais son mérite saurait la faire excuser pour lui. Le droit féodal et coutumier de la province, l’histoire et les antiquités de Bretagne, ainsi que son histoire naturelle, furent l’objet constant des études de toute sa vie, et l’on peut dire qu’il n’aborda rien sans l’approfondir avec succès. Les mémoires et factums qu’il publia dans ses procès prouvent sa science comme jurisconsulte breton[1] ; ses connaissances comme naturalise sont attestés par ses Nouvelles idées sur la formation des fossilles[2], et par sa Dissertation sur la formation des trois différentes espèces de pierres figurées qui se trouvent dans la Bretagne[3], opuscules qui furent imprimés à Paris, mais nom d’auteur, en 1751. Ses autres travaux sont restés manuscrits, soit parce que des considérations politiques s’opposaient à leur publication, tel que le Journal historique de tout ce qui s’est passé en Bretagne pendant les premières années de l’administration de Philippe, duc d’Orléans, régent du royaume[4], soit parce que la mort l’a surpris avant qu’il eût eu le temps d’y mettre la dernière main, tel est son grand ouvrage sur la Bretagne[5], dont le titre donne l’analyse : 1re partie. Description historique de topographique de l’ancienne Armorique ou petite Bretagne depuis la conquête des Romains jusqu’au passage des Bretons insulaires dans cette province, enrichie de plans, cartes et dessins des monuments qu’on a pu découvrir jusqu’à présent; 97 feuillets, 124 dessins. − 2e partie. Description historique et topographique de l’ancienne Armorique ou petite Bretagne, avec l’histoire moderne et détaillée par les évêchés de cette province, enrichie de cartes, vue et dessins des villes et principaux édifices et monuments qu’on y remarque ; 86 feuillets, 60 dessins. − 3e partie. Description historique et topographique de l’ancienne Armorique ou petite Bretagne avec les cartes de côtes, les vues et dessins de quelques-unes, de quelques montagnes, cavernes, mines, rivières, pêcheries, etc., les dessins au naturel des papillons, oiseaux, poissons, plantes marines, coquillages, testacés et crustacés, orties errantes et fixes qui se rencontrent sur la rivage, etc. ; 424 feuillets, 460 dessins. − 4e partie. Notice historiques sur un grand nombre d’hommes illustres, empereurs, rois, princes, sur des statues, vases et objets antiques, sur les anciennes monnaies et médailles gauloises, juives, puniques, grecques, romaines,


  1. Cat. de la Bibl. publ. de la ville de Rennes, par D. Maillet, nos3,289 à 3,292.
  2. Ibid., no 4,678.
  3. No4,677.
  4. Ibid., no10,069 ; Cat. des Mss., no190.
  5. Cat. de la Bibl., nos4,474, 9,237 et 10,832 ; Cat. des Mss., no179.