Mozilla.svg

Chansons et rondes enfantines/Guilleri

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Compère Guilleri.

Guilleri (1870)
Chansons et rondes enfantines, Texte établi par Jean-Baptiste WeckerlinGarnier (p. 82-84).


GUILLERI




\relative c' { 
<<
\new Staff  {
    \tempo \markup \fontsize #-3 { Con molto } 4=120
    \key f \major
    \time 2/4
    \autoBeamOff 
    \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
    \partial 8
    c8
    f f f a
    f4 f8 c
    f f f a \break
    f f16 f f8 f
    c' c c c
    d4 bes8 bes
    bes bes bes d \break
    d c16 bes a8 c
    c bes16 a g8 bes
    bes a16 g f8 a
    g16 f e d c4^\markup { \italic {ten.} } \break
    r8 c8 f8 f
    g8. g16 g8 g
    a8. f16 a8 c
    bes4 \acciaccatura a8 g4
    f4 r8 \bar "|."
}
\addlyrics {
  \lyricmode {
    Il é -- tait un p’tit hom -- me,
    Qui s’app’ -- lait Guil -- le -- ri, Ca -- ra -- bi.
    Il s’en fut à la chas -- se,
    À la chasse aux per -- drix,
    Ca -- ra -- bi, Ti -- ti, Ca -- ra -- bi, To -- to,
    Ca -- ra -- bo, Com -- pè -- re Guil -- le -- ri_:
    Te lai ra_- tu, te lai ra_- tu, te lai ra_- tu mou -- ri_?
  }
}
\new Staff  {
  \clef treble
  \key f \major
  \time 2/4
  \override Rest #'style = #'classical
  \partial 8  c8 | f[ f f a] | f4 f8 c | f[ f f a] | \break
  f4. f8 | c'8[ <c f,>  <c f,> <c f,>] | \autoBeamOff \set doubleSlurs = ##t <d f,>4( <bes f>8) bes \set doubleSlurs = ##f \autoBeamOn | bes[ bes bes d] | \break
  d c16 bes a8 c | c bes16 a g8 bes | bes a16 g f8 a | g16 f e d c4^\markup { \italic {ten.} } | \break
  r8 c8[ f f] | g8.[ g16 g8 g] | a8.[ g16 a8 c] | <bes g>4 <g e> | f r8  \bar "||" \break
}
\new Staff  {
  \clef bass
  \key f \major
  \time 2/4
  \override Rest #'style = #'classical
  \partial 8 r8 | f,8[ <c' a> f, <c' a>] | f,[ <c' a> f, a] | f[ <c' a> f, <c' a>] | \break
  <a f>[ <bes g> <c a>] r8 | r8 a[ bes c] | <d bes>4~ <d bes>8 r8 | <f, d>4 <g e> | \break
  <a f>4~ <a f>8 r8 | \set doubleSlurs = ##t <f-> d>4( <g e>8) r8 | <e-> c>4( <f d>8) r8 | <f g b,>8 r8 <g e c>4^\markup { \italic {ten.} } \set doubleSlurs = ##f | \break
  r4 a8 a | c8.[ c16 c8 c] | f8.[ c16 f8 a,] | <d bes>4 <c bes c,> | <c a f>4 r8  \bar "||" \break
}
>>
}


Le héros de cette chanson ne peut pas être l’un des trois frères Guillery, tous trois voleurs de grand chemin sous la Ligue, et surtout après la Ligue, car nous sommes en présence d’une espèce de comte Ory. Aucun des trois Guillery, celui qu’on appelait le capitaine encore moins que les deux autres, ne nous apparaît sous cet aspect dans les chroniques du temps ; ce sont de féroces brigands et assassins, que le peuple n’a jamais pu qualifier de compère. C’est plutôt quelque bon hobereau qui a dû inspirer cette chanson. Si, d’ailleurs, les paroles ont le même âge que la musique, ce qui est à peu près certain, cette chanson n’a pu voir le jour que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ; il y eut alors un moment où l’imitation du vieux français était très en vogue : il ne faut donc pas trop s’étonner de ce lairas-tu. En espagnol, carabo désigne une espèce de chien de chasse.

Nicolo a introduit cette chanson dans un joli trio de son opéra-comique Cendrillon.

Il s’en fut à la chasse,
À la chasse aux perdrix,
Carabi ;
Il monta sur un arbre,
Pour voir ses chiens couri,
Carabi,
Titi, Carabi, etc.

Il monta sur un arbre,
Pour voir ses chiens couri,
Carabi,
La branche vint à rompre,
Et Guilleri tombit,
Carabi,
Titi, Carabi, etc.


La branche vint à rompre,
Et Guilleri tombit,
Carabi,
Il se cassa la jambe
Et le bras se démit,
Carabi,
Titi Carabi, etc.

Il se cassa la jambe
Et le bras se démit,
Carabi,
Les dam’s de l’Hôpitale
Sont arrivé’s au bruit,
Carabi,
Titi Carabi, etc.

Les dam’s de l’Hôpilale
Sont arrivé’s au bruit,
Carabi,
L’une apporte un emplâtre,
L’autre de la charpi’,
Carabi,
Titi Carabi, etc.

L’une apporte un emplâtre,
L’autre de la charpi’,
Carabi,
On lui banda la jambe
Et le bras lui remit,
Carabi,
Titi Carabi, etc.

On lui banda la jambe
Et le bras lui remit,
Carabi,
Pour remercier ces dames,
Guilleri les embrassit,
Carabi,
Titi Carabi, etc.