Chansons et rondes enfantines/Il était une dame Tartine

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Il était une dame Tartine.

Chansons et rondes enfantines, Texte établi par Jean-Baptiste WeckerlinGarnier (p. 22-23).


IL ÉTAIT UNE DAME TARTINE




\relative c' { 
<<
\new Staff  {
  \clef treble
  \key f \major
  \time 6/8
  \tempo \markup \fontsize #-2 { Un poco Allegretto } % 4.=100
  \override Rest #'style = #'classical
  \autoBeamOff 
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
\partial 8*3 f4^\mf a8 | c4 c8 bes c bes | a4 a8 f4 a8 | \break
c4 c8 bes c bes | a4 r8 f4^\p a8 | c4 c8 bes c bes | \break
a4 a8 f4 a8 | c4 c8 bes c bes | a4 a8 a bes g | \break
a4 a8 a bes g | a4 a8 a bes g | c4 f,8 g a e | f4 r8  \bar "||" \break
}
\addlyrics {
Il é -- tait un’ da -- me Tar -- ti -- ne
Dans un beau pa -- lais de beur’ frais,
Les mu -- raill’s é- taient de pra -- li -- nes,
Le par -- quet é -- tait de cro -- quet_;
Sa chambre à cou -- cher é -- tait d’é -- chau -- dés,
Son lit de bis -- cuits,
Les ri -- deaux d’a -- nis.
}
\new Staff  {
  \clef treble
  \key f \major
  \time 6/8
  \override Rest #'style = #'classical
\partial 8*3 f4\mf a8 | <c f,>4. <bes e,> | <a f> f4 a8 | \break
<c f,>4. <bes e,> | <a f>4. f4_\p a8 | <c a>4. <bes g> | \break
a4. f4 a8 | <c a>4. <bes g> | a4 a8 a[ bes g] | \break
a4 a8 a[ bes g] | a4 a8 a[ bes g] | c4 f,8 g[ f e] | f4 r8 \bar "||" \break
}
\new Staff  {
  \clef bass
  \key f \major
  \time 6/8
  \override Rest #'style = #'classical
\partial 8*3 r4 r8 | a,4 c8 g4 c8 | f,4 c'8 f,4 c'8 | \break
 a4 c8 g4 c8 | f,4 c'8 r4 r8 | << { c4 }  \\  { f,4 } >> f'8 << { d4 e8} \\ { d4 e8} >> | \break
 f4 c8 f,4 r8 | << { c'4 }  \\  { f,4 } >> f'8 << { d4 e8} \\ { d4 e8} >> | f4 r8 <f d>4.( | \break
 <e c>4. <d bes> | <cis a>) <d bes>( | <c a>4) r8 <bes g c,>4. | <a f>4 r8 \bar "||" \break
}
>>
}


Il existe encore une autre version, où l’on parle de M. Gimblette, de la belle Charlotte, du prince Limonade ; il nous a semblé qu’il y avait déjà suffisamment de bonnes choses dans ces deux couplets, qui ont de plus le mérite de ne point parler de la fée Carabosse, dont la bosse vient démolir, détruire de fond en comble ce rêve sucré et charmant.




Quand ell’ s’en allait à la ville,
Elle avait un petit bonnet,
Les rubans étaient de pastilles,
Et le fond de bon raisiné ;
Sa petit’ carriole
Était d’ croquignoles,
Ses petits chevaux
Étaient d’ pâtés chauds.