Chansons populaires de la Basse-Bretagne/La femme du tanneur

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


LA FEMME DU TANNEUR
____


   Autrefois, il y a eu un temps,
Où j’aimais la paroisse de Quimper ;

   Où je l’aimais fidèlement,
Parce que j’y avais une maîtresse jolie.

   En m’en revenant de Morlaix,
J’ai entendu parler de ma maîtresse ;

   J’ai entendu quelqu’un dire :
— La maîtresse de cet homme est mariée ;

   Elle est mariée, sa maîtresse jolie,
A un tanneur de Guingamp [1].

   Et moi aussitôt de dire
Que j’irais à Guingamp, la voir ;

   De dire que j’irais à Guingamp
Voir ma douce jolie...

   Quand je fus sur les pavés de Guingamp,
Je vis ma maîtresse dans sa chambre ;

   Je vis ma maîtresse dans sa chambre,
Devant elle un miroir ardent.

   Et moi de lui dire
Que je n’irais pas dans sa chambre l’entretenir ;

   Que si elle voulait descendre sur le pavé,
Je l’entretiendrais, sans délai...

   — Ma maîtresse, dites-moi,
Si elle est vraie, la nouvelle que j’ai entendue ?

   Si elle est vraie, la nouvelle que j’ai entendue,
S’il est vrai que vous êtes mariée ?


   S’il est vrai que vous êtes mariée,
Ma bague, vous me la rendrez,

   Car l’argent, l’or jaune
Ne siéent pas à une femme de tanneur.

   — Jeune clerc, excusez-moi,
C’est un gentilhomme que j’ai épousé.

   — Fût-il gentilhomme et noble,
Sa loge est sur le bord du rivage ;

   Sa loge est sur le bord de la rivière,
Toute semblable à celle d’un tanneur.

   ... La jeune femme disait,
Chez elle, à sa mère, quand elle arrivait ;

   — Dame Marie du Folgoat !
Comment mon cœur pourra-t-il résister ?

   Comment mon cœur pourra-t-il résister,
A respirer l’odeur de cuir qu’exhalent ses habits ?

   — Taisez-vous, ma fille, ne pleurez pas,
Il possède de l’or, celui que vous avez épousé ;

   Il possède de l’or et de l’argent,
Et le clerc n’est que joli (garçon) !

   ... — Le tanneur est parti pour Tréguier,
Je souhaiterais que jamais il ne revînt à la maison !

   Elle n’avait pas fini de parler,
Qu’une lettre en sa main a été remise ;

   Qu’on lui a remis une lettre, chez elle,
Pour annoncer la mort du tanneur.

   ... Le jeune clerc disait,
Dans sa chambre d’étude, certain jour :

   — Quelque chose de nouveau est survenu ;
Trois feuilles dans mon livre ont pourri ;

   Trois feuilles sont tombées à terre,
Elle est devenue veuve, celle qui m’aime !

   Allons à Guingamp l’épouser,
Elle est devenue veuve, celle qui me plait !

__________


  1. Voilà un pauvre clerc
    Dont la maîtresse est mariée ;

       Voilà un jeune clerc
    Dont la maîtresse jolie est mariée ;

       Dont la maîtresse jolie est mariée
    A un tanneur de Guingamp