Chansons populaires de la Basse-Bretagne/Le pater de Jean

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


LE PATER DE JEAN
____


_______— Pater noster, Jean,
_______— Pater noster, ma mère, dit Jean.
_______— Etes-vous marié, Jean ?
— Oui, marié assez, marié a la servante d’un prêtre !
_______— Oh ! quel malheur, Jean !

— Malheur aucun, dit Jean, elle avait quelques champs,
_______Et moi, j’avais quelques semences.

_______— Oh ! quel bonheur, Jean !

— Bonheur aucun, dit Jean, trois champs d’avoine que j’avais
_______Se sont tous changés en folle avoine.

_______— Oh ! quel malheur, Jean !

Malheur aucun, dit Jean, j’avais trois petits cochons
_______Et je m’en nourris.

_______— Oh ! quel bonheur, Jean !


Bonheur aucun, dit Jean ; en faisant cuire le boudin,
_______Je me brûlai le doigt.

_______— Oh ! quel malheur, Jean !

— Malheur aucun, dit Jean ; je fis une quête,
_______Et (avec le produit) on éleva trois maisons.

_______Oh ! quel bonheur, Jean !

Bonheur aucun, dit Jean ; en élevant la dernière,
_______Fut éborgnée ma femme.

_______Oh ! quel malheur, Jean !

Malheur aucun, dit Jean, puisqu’il a été dit par Dieu :
_______— « Mieux vaut être borgne qu’aveugle ! »

__________