Chansons populaires de la Basse-Bretagne/Prière de la colombe blanche

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


PRIÈRE DE LA COLOMBE BLANCHE
____


J’avais vu une colombe blanche
   Passer au-dessus de ma tête,
Et, avec elle, dans son bec, une rose
   Du jardin de la Madeleine.
Et moi de lui demander
   Où elle allait se poser.
Elle de me dire comme voici :
   « (Là) où sont Pierre, et Paul, et Marie-Madeleine,
Trois à écrire, quatre à lire,
Trois Vierges à allumer des lumières,
Là où nous disons nos prières.
   Pater noster crucifix !
A Jésus-Christ parmi les anges ?
Le plus bel enfantelet qu’il y ait au monde,
Lequel est sur la croix crucifié,
Disons tous, petits et grands :
   Deo gratias !


Marguerite Philippe.
__________


Une variante de la même prière, dit :

J’avais vu une colombelle blanche,
   En face de moi, descendre (du ciel);
Moi, de lui demander
   Où elle allait se poser.
Quatre vierges à allumer des lumières.
Pour nous (permettre) de dire nos prières


   Pater noster Jèsus pur,
Trois Ave Maria à notre cou,
   En travers et en long,
Pour nous préserver du Malin-Esprit,
   De la mer, du vent,
Des sept péchés mortels.
   Les Juifs sont cruels
De se promener à l’heure de minuit,
   Avec des flambeaux de feu, des lanternes closes...


La prière, très décousue se termine par la légende de la jeune fille à qui la Vierge remet le mouchoir teint du sang du Sauveur en lui recommandant de ne le point laver. (V. Gwerziou Breiz-Izel, t. l, Les Trois Marie, p. 157, et dans ce volume, p. 319.)

__________