Chansons posthumes de Pierre-Jean de Béranger/La Nourrice

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir La Nourrice (« Dors, Flora, ma chérie… »).


LA NOURRICE


Air : Dans les prisons de Nantes. (Air noté )


        Dors, Flora, ma chérie,
Tra, la, tralala, la, la, la.
        Suzon, qui t’a nourrie,
        Te berce et bercera
        Toujours, et chantera.

        Jusqu’au matin, sois sage,
Tra, la, tralala, la, la, la.
        De ta fauvette en cage,
        Dès que le jour poindra,
        La voix t’éveillera.


        Demain vient ton grand-père,
Tra la, tralala, la, la, la,
        Que de joujoux, ma chère !
        Plus il t’en donnera,
        Plus ma fille en aura.

        Hier, il m’a dit : — Nourrice,
Tra, la, tralala, la, la, la,
        L’amour nous est propice.
        Jamais fleur n’éclôra
        Plus belle que Flora.

        Oui, quand tu seras grande,
Tra, la, tralala, la, la, la,
        D’amoureux une bande
        À tes pieds s’abattra,
        Et ton cœur choisira.

        Le mieux fait te demande,
Tra, la, tralala, la, la, la.
        Sous ta fraîche guirlande,
        Un soir, à l’Opéra,
        Ta beauté l’enivra.

        Ton père dit : — Pour gendre,
Tra, la, tralala, la, la, la,
        Flora, faut-il le prendre ?
        — Oui, tout bas répondra
        Ma timide Flora.

        Ce jeune homme est un prince,
Tra, la, tralala, la, la, la.
        Tout l’or de la province
        En robes passera.
        Quelle noce on verra !

        Te voilà donc princesse,
Tra, la, tralala, la, la, la.
        Pour plaire à ton altesse,
        Chacun me saluera.
        En rira qui voudra.

        Tu doteras ma fille,
Tra, la, tralala, la, la, la.
        Dieu bénit ta famille :
        Ma fille allaitera
        Le fils qu’il t’enverra.

        Un jour, au cimetière,
Tra, la, tralala, la, la, la,
        « Ci-gît, dira ma pierre,
        « Suzon, que tant pleura
        « La princesse Flora. »

        Dors, Flora, ma chérie,
Tra, la, tralala, la, la, la.
        Suzon, qui t’a nourrie,
        Te berce et bercera
        Toujours, et chantera.



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :

Air : Dans les prisons de Nantes.

No 407.


\relative c' {
  \time 2/4
  \key g \major
  \tempo "Andantino."
  \autoBeamOff
  \set Score.tempoHideNote = ##t
    \tempo 4 = 100
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
\partial 8 d8\pp g8. a16 b8^\> a\! | g4 fis^> 
b^\> fis\! | g8 a b c16^\> b\! | a4 r8 d, 
g8. a16 b8^\> a\! | g4 fis8 fis | g^\> g fis e\! 
d d cis d | c'4 b8[ (a)] | g4 r8 \bar "||"
}
\addlyrics {
Dors, Flo -- ra, ma ché -- ri -- e,
Tra, la, tra -- la -- la, la, la, la.
Su -- zon, qui t’a nour -- ri -- e,
Te berce et ber -- ce -- ra
Tou -- jours, et chan -- te -- ra.
}

Haut